Maintenant que le Mouvement Loubavitch a couvert la plupart des lieux géographiques accessibles aux juifs dans le monde, son objectif est de s’attaquer au domaine de la réalité virtuelle comme sa dernière frontière avant la venue du Machia’h.

Habad s’étend hors de ce monde et dans le monde virtuel, ont-ils annoncé plus tôt cette semaine.

Si jamais vous aviez besoin de trouver de la nourriture casher ou un repas de Chabbat dans un endroit comme le Népal, le Pérou ou le Congo, votre premier port d’escale était probablement l’avant-poste Habad local. Cependant, vous pourrez bientôt trouver Habad également en réalité virtuelle.

Habad.org a annoncé mardi qu’il travaillait à la création d’un espace Habad virtuel, ce qui en fait la première organisation religieuse juive à revendiquer le métaverse. Il s’appellera le MANA Habad Jewish Center, du nom du jeton Ethereum qui alimente la plateforme de réalité virtuelle Decentraland.

Il y a eu des centres de proximité Habad, communément appelés Beth Habad, dans certains des endroits les plus reculés de la Terre au cours des dernières décennies, conformément aux souhaits du Rabbi de Loubavitch, Rabbi Menachem Mendel Schneerson. Avec l’avènement du métaverse, le nouvel objectif de Habad est d’aborder le domaine de la réalité virtuelle comme sa dernière frontière.

Contrairement à d’autres groupes hassidiques, Habad est connu pour son enthousiasme pour les développements technologiques, principalement dans le but d’engager les Juifs dans leur tradition. Ils ont commencé avec la programmation radio aux États-Unis dans les années 1940 et, au fil du temps, sont ensuite passés à la télévision, à Internet et aux médias sociaux.

La décision de Habad de construire une présence en réalité virtuelle suit les nouveaux développements vers la tendance métaverse.

Mark Zuckerberg a clairement exprimé ses propres ambitions de métaverse dans ce qui allait immédiatement devenir l’actualité mondiale lorsqu’il a annoncé le changement de nom de Facebook en Meta le 28 octobre 2021, générant de nombreuses discussions sur sa nécessité et sa viabilité.

Le métaverse, un terme inventé à l’origine par l’auteur de science-fiction dystopique Neal Stephenson en 1992, fait référence à un environnement virtuel accessible via Internet. Contrairement à votre navigation habituelle ou à votre activité sur les réseaux sociaux, le métaverse peut impliquer l’utilisation d’avatars de style jeu vidéo pour voyager dans ledit environnement. De plus, il s’appuie souvent sur l’utilisation de la réalité virtuelle (VR) ou de la réalité augmentée (AR) pour rendre les espaces numériques plus vivants.

Le Rav Shmuli Nachlas, qui co-dirige également le Jewish Youth Network en Ontario, au Canada, avec sa femme, Chani, dirige l’effort de métavers Habad. Selon Rav Shmuli Nachlas et ses partenaires, le Rav Yisroel Wilhelm et expert en technologie, le métaverse est le prochain endroit où se connecter avec leurs coreligionnaires juifs.

« Si les gens sont là, alors nous devrions l’être aussi », dit Rav Shmuli Nachlas. L’objectif est de « rencontrer et inspirer les Juifs, où qu’ils soient », que ce soit en personne ou virtuellement. Selon Habad.org, les activités virtuelles du Beth Habad consisteraient en une étude de la Torah, des événements communautaires, des contacts avec d’autres Juifs ou des achats de Judaica.

Bien sûr, les services Habad virtuels ont également de nombreuses limites. En raison de l’interdiction de l’utilisation de l’électricité pendant le Chabbat et les jours fériés et également de constituer un Minyan virtuel, le Beth Habad virtuel ne serait bien sur pas en mesure d’héberger des services de synagogue virtuelle, comme cela a été fait par d’autres confessions depuis le début de la pandémie. De plus, les Mitsvot, les commandements rituels juifs, souvent promus par Habad (c’est-à-dire mettre les téfilines pour les hommes, secouer le Loulav à Souccot) sont des actions intrinsèquement physiques et orientées vers l’objet. À moins que les avatars se rendant dans ces Beth Habad virtuels ne possèdent ces objets à la maison, ils seraient incapables d’accomplir de telles Mitsvot.

De plus, aussi optimiste que puisse paraître la vision de Habad de la réalité virtuelle, ils n’hésitent pas à faire part de leurs inquiétudes à l’égard du métaverse. Le site Web de Decentraland implore ses lecteurs de « [se] perdre dans un monde étonnant et en évolution ». Cela peut être interprété comme un message à la fois excitant et inquiétant – inquiétant parce qu’il sent une négligence encore plus grande des relations en personne dans ce qui est encore une ère de pandémie et, probablement d’une importance similaire pour Habad, une négligence de la tradition juive.

Le fait que MANA, le nom de la plate-forme, soit un homonyme de la manne, la seule nourriture consommée par les Juifs pendant leurs quarante années d’errance dans le désert selon la Torah, n’est probablement pas une coïncidence. Tout comme la manne était une nourriture spirituelle descendue du ciel.

« Nous pouvons soit tourner le dos [au progrès technologique] dans la peur et l’incrédulité, ou nous pouvons apprendre à travailler avec cette nouvelle réalité pour assurer la diffusion du judaïsme autant que possible », a déclaré Rav Shmuli Nachlas.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :