WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

 

Jasa Alfandari, a dédié les dernières années de sa vie à la revitalisation de la communauté juive non seulement du Monténégro, mais aussi de la région des Balkans. Trouvant chaque Juif vivant en Albanie et au Kosovo, Alfandari, parachutiste dans Tsahal et chasseur de nazis en Amérique du Sud, a travaillé avec le gouvernement pour que le judaïsme soit officiellement reconnu comme la quatrième religion officielle du pays.

Felice Friedson | Ynet

Jasa Alfandari est né à Subotica le 28 août 1946. Il a passé la plus grande partie de sa vie en Israël, où il avait «d'importantes activités pour le pays». Il a quitté ce monde le 13 juillet 2018. Il sera enterré à Subotica.

Il a passé les 25 dernières années au Monténégro où il a fondé la communauté juive, qui grâce à son travail et ses activités est devenu reconnaissable dans la seule région, mais aussi dans le monde entier.

L'année dernière, le petit pays des Balkans a eu son premier rabbin à temps plein, le Rav Ari Edelkopf, Chalia'h 'Habad né à Los Angeles, depuis son indépendance en 2006 en Serbie. Edelkopf est venu de Russie. La première synagogue de Monténégro ouvrira bientôt à Podgorica.

"Aujourd'hui, environ 500 Juifs vivent dans le pays, non seulement dans la capitale Podgorica mais aussi dans diverses parties du pays", a déclaré le Rav Edelkopf.

Felice Friedson, journaliste, a rencontré Jasa Alfandari.

"Pendant des siècles, le Monténégro n'a jamais eu de communauté juive ... jamais", racontait Jasa Alfandari, l'homme qui se chargerait de changer cela. "La dernière communauté juive connue était quelque part au 17ème ou 18ème siècle, composée de juifs portugais se dirigeant vers la Turquie." Cela est resté la situation jusqu'à ce que Jasa (prononcé "Yasha") décide que cela devait changer et pris la décision de revitaliser non seulement le Monténégro, mais aussi la région des Balkans.

Lorsque j'ai eu l'occasion de rencontrer Jasa, il y a plusieurs semaines, je ne savais pas, c'est que ce serait la dernière fois que je verrais Jasa. Il est décédé subitement le 13 juillet dans un hôpital où il était soigné pour des maux de dos et une angine.

Notre réunion a été organisée par le Chalia'h Habad, le Rav Ari Edelkopf qui, après avoir entendu notre intérêt pour l'histoire du Monténégro, nous a mis en contact avec cet homme de 72 ans nommé Jasa qui se fera un plaisir de voyager une heure pour nous rencontrer. Et il l'a fait.

Dans les toutes premières minutes de notre conversation, on pouvait constater sa grande force de caractère qui lui a servi alors qu'il a poursuivait des missions de sécurité classées pour l'État d'Israël et d'un autre coté un personnage aimant et chaleureux. Avant sa mort soudaine, Jasa avait identifié et contacté individuellement chaque Juif vivant en Albanie, au Kosovo et au Monténégro. Il avait collaboré avec le gouvernement du Monténégro pour faire reconnaître officiellement le judaïsme comme quatrième religion officielle du pays et avait organisé la conférence Ma'har (Demain) - un véritable rassemblement de Juifs des nations balkaniques.

Dans un appartement loué dans la capitale de Podgorica, érigé en petite synagogue et dépositaire de livres sacrés, certains datant de cent ans, coiffé de son chapeau de président de la communauté juive du Monténégro, Jasa Alfandari a expliqué que, en 1941, les Juifs de Yougoslavie se sont enfuis en Albanie, qui était également sous occupation italienne jusqu'en 1943, date à laquelle les Allemands sont arrivés au Monténégro et en Albanie.

"Le Monténégro et l'Albanie sont les deux seuls pays d'Europe, où après la guerre, il y avait plus de Juifs (1000) qu'avant (200) la guerre, a remarqué Jasa.

Quatre-vingt-dix pour cent des juifs du Monténégro sont ashkénazes (juifs d'origine européenne) et tous sont mariés. "Nous avons eu quelques mariages mixtes".

Jasa lui-même a grandi dans une famille très mixte : «La mère de ma mère était vraiment religieuse, orthodoxe. Mon grand-père, le père de ma mère, était originaire d'Allemagne et il était un bundiste, le mouvement qui a contré le sionisme. Ils ne voulaient pas que les Juifs quittent l'Europe avant la formation de l'Etat juif. Ils ont appelé Israël "Palestina" et ont dit que si les Juifs quittaient l'Europe, ce serait très dangereux. Mon père était un juif séfarade né à Belgrade où quatre-vingt-dix pour cent des juifs séfarades du royaume de Yougoslavie étaient des fans de Hashomer Hatzair, un mouvement nettement anti-religieux très actif dans les premiers temps de l'état.

"Pouvez-vous imaginer cette maison dans laquelle j'ai grandi? Le matin, ma grand-mère m'enseignait des prières et des éléments de judaïsme; puis dans l'après-midi, mon père et ma mère m'enseignaient des devoirs à propos de Hashomer Hatzair et du gauchisme. Donc, j'ai tout ramassé. De plus, il n'y avait plus personne de ma famille, alors j'ai grandi seul, sans personne », explique Jasa.

En 1968, Jasa est parti vivre au kibboutz en Israël, suivi du service militaire en tant que parachutiste. Là, il était un soldat exceptionnel qui a participé à de nombreuses opérations d'infiltration sérieuses. En 1991, Jasa a quitté Israël pour rentrer chez lui où sa mère âgée était malade. Quatre enfants et sept petits-enfants vivent en Israël aujourd'hui.

Tout le temps, Jasa était déterminé à créer une communauté juive, pour trouver les Juifs du Monténégro. Il a visité chaque famille une par une.

"Nous avons visité les 300 familles. Ils m'ont demandé: «Qu'est-ce que j'ai besoin d'une communauté? J'ai maintenant 65 ans ... d'accord, tu m'as dit que j'étais juif. Bon, et alors?

Un par un, Jasa commença à construire une communauté, presque tous assimilés «parce qu'ils ne sentaient aucun danger». Presque tous ne savaient rien du judaïsme, des rituels, des traditions ou de l'histoire. "Nous avons ici un Juif qui possède un Sefer Torah  que lui avait donné sa mère."

Jasa a envoyé une autre jeune fille en Israël à plusieurs reprises et rien n'a changé, "mais après la deuxième fois, elle a commencé à porter un Magen David. Cinq ans auparavant, il n'y avait aucune chance, mais maintenant ... ", a-t-il déclaré.

Ivana était l'une des nombreuses personnes que Jasa a aidé en envoyant ses jeunes enfants dans une colonie juive. "Ma mère et ma grand-mère étaient juives mais toutes deux ont épousé des Monténégrins. J'ai commencé à approfondir le judaïsme pour mes enfants. Ils auront le choix de suivre ou non ce que je n'avais pas. "

Jasa était fier de ce qu'il appelait la «relation spéciale entre la communauté et le gouvernement» citant le contrat officiel avec le gouvernement qui a fait du judaïsme une religion officielle - un document signé par Jasa au nom de la communauté juive. "Ce n'est pas comme les Etats-Unis. Ici c'est la loi. Le gouvernement nous reconnaît officiellement comme la quatrième religion au Monténégro, y compris les fêtes juives. "

Avec un large sourire, Jasa a expliqué comment, en 2011, il avait appelé l'ancien rabbin Yona Metzger, qu'il avait connu il y a des années dans l'armée. Il l'avait invité au Monténégro et a dit au gouvernement qu'un grand rabbin est "comme un pape des Juifs". Une réunion a été organisée avec le Premier ministre, le président et le président du parlement. Comme l'a dit Jasa, "avant la réunion, le Premier ministre m'a demandé:" Alors, qu'est-ce que je demande? " . Jasa a répondu «rien». Mais a ajouté: «Je veux la reconnaissance de la religion juive et de la communauté», et ils ont dit d'accord. Trois mois plus tard,  le cabinet du Premier ministre appel Jasa pour la signature du contrat entre la communauté juive et l'Etat.

La vie juive est sur le point de renaître au Monténégro, avec la décision du gouvernement d'accorder au judaïsme le statut de religion d'État officielle, rejoignant les religions actuelles du christianisme orthodoxe, de l'islam et du catholicisme romain. Cette décision intervient après une rencontre entre le président monténégrin Filip Vujanovic, le Premier ministre Igor Luksic et le président du parlement Ranko Krivokapic avec le grand rabbin Yona Metzger, le Chaliah Habad aux Balkans, le Rav Yoel Kaplan et d'autres.

"Je ferai tout mon possible pour encourager cette question, que ce soit par la législation ou en modifiant la réglementation existante", avait déclaré le Premier ministre au Rav Metzger.

"C'etait vraiment une étape importante et passionnante prise par les dirigeants du Monténégro et cela va certainement stimuler le développement de notre communauté et augmenter la fierté juive dans notre merveilleux pays".

Les intérêts commerciaux juifs étrangers et le tourisme juif dans la région se développent et la région devient un centre d'intérêt pour de nouveaux investissements d'outre-mer, ce qui entraîne un accroissement de la population juive, au moins pendant les vacances et le Chabbat. Cela augmentera le besoin de services de soutien juifs sous la forme de nourriture kasher et d'éducation juive.

Le Chalia'h Habad, Rav Ari Edelkopf, a été choisi pour diriger la communauté juive. Ce fut l'une des dernières initiatives de Jasa pour insuffler des rituels religieux et de la pratique au Monténégro, alors que les plans pour un centre communautaire juif et une synagogue sont en cours.

Le Rav Ari Edelkopf,  qui a été choisie par Jasa Alfandari pour diriger la communauté juive du Monténégro. (Photo: Felice Friedson / La ligne médiatique)

Le Rav Edelkopf a grandi à Los Angeles où son père était un rabbin pendant de nombreuses années. Il a servi à Sotchi, en Russie.

Le Rav Edelkopf était assis à notre réunion ce jour-là alors que Jasa parlait des 300 personnes qui sont venues célébrer Hanouccah. "La plupart d'entre eux sont juifs et ils n'ont jamais mis les pieds dans la communauté. Mais ils sont venus voir le rabbin et chanter des chansons et poser la pierre angulaire de la nouvelle synagogue."

La synagogue et le centre de la communauté juive se trouveront sur un terrain offert par le gouvernement, juste à côté de l'ambassade turque. "C'est le terrain la plus cher de Podgorica" se vantait Jasa. "Ce centre aura plus de 500 places. Un tel centre, un tel lieu n'existe pas dans les Balkans. "

Alors que les plans de construction de la synagogue progressaient, le Rav Edelkopf et son épouse ont décidé de célébrer la Bar Mitsva de leur fils avec la communauté du Monténégro. Ce que lesEdelkopf croient sera une première. Les festivités se dérouleront dans un hôtel de la ville de Budava, le même lieu qui a accueilli "un Seder de Pessa'h!"

 

Jasa Alfandari

 

Rav Ari Edelkopf et son épouse,  Chlou'him du Rabbi au Monténégro

 

Le Rav Yoel Kaplan, Jasa Alfandari et le Premier ministre Igor Luksic 

 

 

 

 

Commentaires

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP