Kislev 5732-1972, Casablanca, Maroc – Le Rav Leibel Raskin, Chalia’h au Maroc depuis 1959, était assis dans son bureau et pensait à l’étude de Tanya. Il désirait grandement accomplir la mission de «répandre les sources de la ‘Hassidout vers l’extérieur». La Tanya ouvert devant lui, il eu l’idée de le faire traduire en arabe. Si cela était fait, les juifs locaux, ceux qui ne connaissaient pas la ‘Hassidout, pourraient enfin apprendre et comprendre la ‘Hassidout.

A cette époque, le Tanya était déjà traduit en français et en italien, mais en arabe?! Cela semblait trop ambitieux, presque impossible. C’était définitivement un énorme projet. Rav Raskin ne déciderait pas de lui-même et dans une lettre qu’il a envoyée au Rav ‘Hadakov, il a demandé: « Est-il utile et permis de traduire [le Tanya] en arabe, et avons-nous la permission de le faire, car cela implique une grande responsabilité et plus tard, cela impliquera également des dépenses. « 

Peu de temps après, le 27 Kislev, il  reçu une réponse de Rav ‘Hadakov sur le papier à lettres utilisé par les secrétaires du Rabbi. « En ce qui concerne mon opinion sur la traduction du Tanya en arabe, cela dépend si la traduction sera bonne. »

Il était évident pour lui que la réponse de Rav ‘Hadakov était en fait la réponse du Rabbi. Rav Raskin était ravi. «Le Rabbi a autorisé la traduction!» Cependant, la traduction devait répondre à la condition du Rabbi et ce n’était pas facile.

Le temps a passé et il y a eu des progrès. À Casablanca à l’époque, outre les écoles Loubavitch, il y avait aussi des écoles Otzar Ha’Torah. Bien qu’Otzar Ha’Torah était lituanien, il y avait toujours une grande amitié et beaucoup de respect entre les doyens et les enseignants des deux institutions. De nombreux enseignants ont appris dans le Kollel Horaa V’Dayanus de Rav Sholom Eidelman, le Chalia’h du Rabbi à Casablanca.

À cette époque, le Rav David Bouskila était le directeur général du réseau Otzar Ha’Torah pour le département des études juives. Il parlait couramment l’hébreu et, bien sûr, le français et l’arabe. Il était très aimé des juifs de Casablanca. Les brochures éducatives qu’il a écrites étaient très populaires parmi les juifs marocains. Rav Raskin a commencé à apprendre Shaar Ha’Yichud V’Ha’Emouna avec lui. Devant eux, outre le Tanya, se trouvait également un Tanya traduit en français. Comme ils l’ont fait, à la fin de chaque chapitre qu’ils ont appris, le Rav David Bouskila l’expliquait oralement, puis le traduisait en arabe.

Rav David Bouskila décrit ses sentiments à l’époque: « Au fil des ans, j’étais un véritable ami de ‘Habad. J’adorais les Chlou’him, j’admirais leur travail et j’étais même jaloux de leur Messitout Nefesh, leur abnégation pour l’éducation juive. Chaque fois que les Chlou’him me demandaient quelque chose, je les aidais immédiatement ».

«Lorsque Rav Leibel Raskin est venu me voir avec la suggestion de traduire le Tanya, j’étais très inquiet. Je savais que c’était une énorme responsabilité. Pour traduire, vous devez être un expert dans les deux langues ainsi que dans le sujet que vous traduisez. Je savais que chaque mot de Tanya est précis, alors bien sûr j’étais nerveux. Comment traduire des concepts comme les Dix Sefirot, Olam Haatsilout, etc. Mais le  Rav Raskin m’a encouragé. «Avant tout, apprenons le Tanya ensemble et ce n’est qu’alors que nous aborderons la traduction.» 

Au cours de l’été 5734/1974, lorsque Rav Raskin a constaté que le Rav David Bouskila faisait un excellent travail, remplissant ainsi la condition du Rabbi, il a écrit à Rav ‘Hadakov au sujet de leurs progrès et a demandé l’approbation pour certifier le Rav David Bouskila en tant que traducteur du Tanya en arabe. Il a rapidement reçu le feu vert. Dans une lettre datée du 18 Av, le Rav ‘Hadakov lui écrit: « Je reçois votre lettre et je vous remercie de la bonne nouvelle. En ce qui concerne ce que vous écrivez sur le fait d’avoir trouvé quelqu’un apte à traduire Shaar Ha’Yi’houd V’Ha’Emouna en arabe et que vous apprenez cela avec lui. Ceci est une bonne chose ».

Rav Raskin et Rav David Bouskila se sont assis pendant deux ans, apprenant et traduisant, révisant et éditant, jusqu’à ce que Rav David Bouskila soit capable de tout écrire et que quelqu’un qui travaillait avec lui, Eliyahu Assayag, le dactylographie.

À cette époque, avant que les ordinateurs et les imprimantes ne soient accessibles à tous, l’impression était un processus compliqué, en particulier dans un pays comme le Maroc. Le principal problème était le manque de moules de type lettre hébraïque. Essayer de les importer de France n’était pas chose simple. À la fin, ils ont trouvé un imprimeur juif local qui était prêt à entreprendre ce travail, bien sûr à un prix proportionné à ses efforts.

Comme pour toutes les questions de sainteté, il y avait des obstacles tout au long du chemin, mais l’objectif de présenter Shaar Ha’Yi’houd Véhaemouna à des milliers de Juifs marocains – leur a donné la force de continuer.

Même les limitations et le processus fastidieux d’envoi de colis à New York, ainsi que le fait que ce n’était pas souvent que quelqu’un allait et venait, limitaient et ralentissaient le travail. Ils avaient besoin de l’approbation du Rabbi pour la pagination, le mode de traduction et de nombreuses autres questions. Par exemple, Rav Raskin a envoyé, avec une page traduite du chapitre 7, le libellé de l’introduction à propos duquel il avait de nombreuses questions telles que: devrait-il écrire «sur instruction du Admour Chlita» ou simplement «nous présentons?» ils devaient écrire «Kehot, succursale de Casablanca» ou «Otzar Ha’hassidim?» Devraient-ils laisser la date originale qui était prévue pour le 20 Av même s’ils savaient qu’il serait difficile de terminer le travail d’ici le 20 Av 5736?

Alors qu’ils avaient déjà neuf chapitres prêts, le Rav Raskin a envoyé une autre lettre dans laquelle il demandait s’ils avaient la permission d’écrire – la façon dont cela était écrit dans les traductions anglaise et française – «la langue arabe». En réponse, le Rabbi a souligné la mots «nous avons la permission», puis a répondu aux questions en détail.

Sur la base des réponses, l’introduction était la suivante:
« Nous publions le livre Likkoutei Amarim Tanya, section deux, Shaar Ha’Yi’houd V’Ha’Emouna de l’Alter Rebbe, en langue arabe, pour faciliter l’apprentissage de ce livre pour nos frères juifs qui parlent cette langue. Le livre a été traduit par le Rav David Bouskila; l’introduction et les notes de bas de page ont été faites par R ‘Nissan Mendel (qui a traduit le Shaar Ha’Yi’houd V’Ha’Emouna en anglais) et ont été traduites par ce qui précède. »

Le 3 Kislev 5737-1976, ils ont terminé. le Rav Leibel Raskin a envoyé à son frère, le Rav David Raskin, quelques-uns des premiers exemplaires afin qu’il puisse les soumettre au Rabbi. « Je vous en prie, ne les donne à personne avant d’avoir reçu une lettre ou des nouvelles ce que le Rabbi a dit et comment il l’a reçu », a-t-il écrit à son frère.

Le Rabbi a envoyé une réponse manuscrite qui disait: « Elle a été reçue et merci beaucoup et c’est une chose opportune – Youd Kislev, le Gueoula du Mitteler Rebbe, le successeur de l’Alter Rebbe. Une augmentation supplémentaire de la diffusion (dans la langue du Moreh Nevou’him)  hâtera de la venue de Machia’h. Je vais le mentionner sur la tombe de mon beau-père le Rabbi. « 

Une copie de la réponse a été imprimée dans tous les sefarim qui n’étaient pas encore liés. « Il est intéressant de noter », a déclaré Rav Raskin, « que le Rabbi a également édité la signature: ‘Comité de rédaction de Kehot Casablanca, Maroc, ‘Hag Ha’Geoula, 19-20 Kislev 5737, 180 ans depuis la première impression de le Tanya dans la vie de l’Alter Rebbe dans ce monde, 20 Kislev 5557. »

Les mots supplémentaires «dans ce monde» ont été ajoutés par le Rabbi de sa main. Rav Raskin l’a expliqué ainsi: « La vie de l’Alter Rebbe s’étend éternellement et également « dans ce monde » ».

Quand les Sefarim sont arrivés au Maroc, les Juifs étaient très excités. À cette époque, la modernité se répandait. Les jeunes qui voulaient se sentir «des hommes du monde» ont commencé à parler en français, pas l’arabe, qui était leur langue maternelle. Et puis, le Rabbi de Loubavitch a traité cette langue avec respect et l’a fait à travers le livre le plus important de la ‘Hassidout ‘Habad.

Le Rav Chalom Messas, à l’époque grand rabbin de Casablanca, a écrit une lettre émouvante au Rabbi: «Le Tanya, qui a été récemment traduit en arabe, a fait une énorme impression dans notre communauté et la nation entière l’apprend avec un zeste merveilleux, que son mérite nous protège et tous ceux qui y participèrent, en particulier le Rav Yehouda Raskin qui y a travaillé avec enthousiasme. « 

 

 

Le reflet ultime de l’estime du Rabbi pour le Tanya traduit en arabe, a été souligné dans une Si’ha particulière qu’il a prononcé dans un Farbrengen de Chabbat Chemot 5737. Le Rabbi a parlé de l’avantage d’une traduction de Tanya en arabe: «On sait que les nations du monde sont divisées en deux catégories générales: Eisav et Ichmael. Puisque l’arabe est la langue d’Ichmael, en traduisant le Tanya dans cette langue, on accomplit le « Birour » d’Ichmael, de la langue d’une catégorie générale des nations du monde et pas seulement le « Birour » d’une langue d’une nation spécifique.»

La poursuite de la traduction du reste du Tanya était également fascinante et pleine de détails qui ne peuvent pas être abordés maintenant. C’est le Rav Raskin qui a initié la traduction de la première partie, tandis que le Rabbi a demandé la traduction du reste de Tanya.

C’est à ce moment que le Rav Binyamin Gorodetzky, le représentant du Rabbi en Europe, est arrivé au Maroc en Chevat 5739-1979. Il a dit à Rav Raskin que le Rabbi voulait que l’on entreprenne la traduction des autres parties du Tanya.

Forte de l’expérience amère du travail d’impression difficile qui comprenait de nombreuses corrections et révisions, le Rav Raskin a décidé de travailler la traduction au Maroc et de faire imprimer les Tanya à New York.

Alors qu’il était au milieu des travaux sur Likkutei Amarim, il a envoyé des copies de la traduction de quelques chapitres et de l’introduction et une lettre à son frère David, qu’il a soumise au Rabbi. Dans la lettre, il est dit: «Ci-joint une copie de plusieurs chapitres et de l’introduction traduit en arabe. Veuillez vous renseigner auprès du Rabbi si tout cela est comme il se doit et s’il cela convient. Je demande la bénédiction du Rabbi qu’il y ait du succès dans l’impression, la reliure et la distribution, et que je mérite de voir des [réponses] révélées et explicites avec cette impression comme il y en avait avec la traduction et l’impression de Shaar Ha Yi’houd V’HaEmouna».

En réponse, le Rabbi a souligné les mots «comme il se doit et s’il cela convient» et «qu’il y ait du succès».

Le 10 Chevat 5740-1980, trente ans depuis que le Rabbi a pris la direction du Mouvement Loubavitch, la traduction en arabe d’Igueret Hatechouva a été publiée. En 5744-1984, la première partie centrale du Likoutei Amarim a finalement été traduite. À la fin du livre a également été rajouté la Si’ha du Rabbi sur l’importance de la traduction du Tanya en arabe.

Rav Raskin a parlé d’un «Kiruuv» spécial du Rabbi concernant le Tanya traduit en arabe dans un t’shura qui a été publié pour le mariage de son petit-fils:

«Au milieu du grand  Farbrenguen du11 Nissan en 5737-1977, lors du 75ème anniversaire du Rabbi, de nombreux ‘Hassidim ont présenté des cadeaux au Rabbi. J’ai apporté un Téhilim que j’avais imprimé sur lequel était écrit: «11 Nissan, le 75ème depuis la naissance du Rabbi».

«Je suis allé chez le Rabbi pour lui offrir le Téhilim. Le Rabbi m’a versé de la vodka pour que je puisse dire Lé’haim, et je lui ai donné le Téhilim. Le Rabbi m’a soudainement dit: « Pouvez-vous m’apporter le Tanya en arabe? » J’ai été surpris car au début de l’année, dès que le Tanya a été imprimé, je l’ai envoyé au Rabbi. Apparemment, le Rabbi voulait le recevoir le 11 Nissan. J’ai couru dans le bureau de mon frère David où il y avait un Tanya. Je l’ai apporté au Rabbi et il m’a dit: « Un grand Yashar Koa’h! »

En 5740-1980, lorsque la traduction du Igeret Hatechouva a été imprimée, le Rav Raskin a invité le Rav David Bouskila à l’accompagner chez le Rabbi pour qu’ils puissent tous les deux le lui donner.

Le Rav David Bouskila en a parlé avec émotion: « Le Rav Yehouda m’a dit, vous devez savoir que nous devons emmener ce Tanya au Rabbi ». J’ai donc organisé un voyage à New York et j’ai eu une entrevue  privée avec le Rabbi ».

«Que puis-je vous dire… pendant tout le temps que j’ai parlé au Rabbi, des larmes coulaient de mes yeux. Quand vous voyez son visage, vous voyez un ange de D.ieu. Nous n’étions pas habitués à voir un visage pur comme celui du Rabbi. Tout au long de la Yé’hidout, mes yeux étaient baissés. Le Rabbi m’a parlé doucement. Je sentais que pour lui, il n’y avait personne d’autre au monde que la personne qui lui parlait à ce moment-là. Je ressentais que le Rabbi était complètement et uniquement avec moi pendant la Yé’hidout ».

«Le Rabbi m’a beaucoup remercié pour mon travail de traduction du Tanya et m’a demandé: « Connaissez-vous les avantages que vous avez obtenus en traduisant le Tanya dans la langue de Ichmael? » J’ai répondu que cela donne l’occasion à ceux qui parlent l’arabe d’apprendre le Tanya.»

À ce stade, le Rav David Bouskila a fait une pause dans son récit sur sa Yé’hidout et a décrit avec enthousiasme ses réflexions sur l’apprentissage du Tanya: 

« Avant d’apprendre le Tanya, je ne connaissais pas vraiment D.ieu. Si vous n’apprenez pas le Tanya, vous ne connaissez tout simplement pas vraiment D.ieu. C’est comme un bébé qui sait qu’il y a un D.ieu, vous apprenez à Son sujet, mais vous ne comprenez pas vraiment; sûrement pas ce que signifie l’amour de D.ieu et la crainte de D.ieu. Il en est ainsi de toutes ces choses qui sont au-dessus et au-delà de vous: sans l’étude du Tanya, elles sont au-dessus de vous, vous ne les saisissez pas. Revenons à la Yé’hidout – le Rabbi m’a dit: « L’avantage de la traduction que vous avez faite est qu’elle va permettre de briser la klipa d’Ichmael. » 

 

%d blogueurs aiment cette page :