Le gazoduc EastMed, qui ira du champ du Léviathan d’Israël à Chypre et au continent grec, devrait fournir une autre source de gaz pour une Europe énergivore; Cette décision va aggraver les relations avec la Turquie qui revendique également des ressources en gaz dans la région

Ynet

Les dirigeants d’Israël, de la Grèce et de Chypre ont signé jeudi un accord à Athènes pour un gazoduc sous-marin qui acheminerait le gaz des nouveaux gisements offshore du sud-est de la Méditerranée vers l’Europe continentale.

Le gazoduc EastMed de 1 900 kilomètres, le plus long au monde, est destiné à fournir une source alternative de gaz pour une Europe énergivore, qui dépend largement des approvisionnements de la Russie et de la région du Caucase.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, qui a assisté à la cérémonie de signature avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président chypriote Nicos Anastasiades, a déclaré que le gazoduc offrira à l’Europe “une meilleure flexibilité et indépendance dans ses sources d’énergie”.

Le gazoduc irait des réserves de gaz offshore du bassin levant israélien à Chypre, à l’île grecque de Crète et au continent grec. Un gazoduc terrestre vers le nord-ouest de la Grèce et un autre gazoduc sous-marin prévu achemineraient le gaz vers l’Italie.

Le projet pourrait également accueillir de futures découvertes de gaz dans les eaux au large de Chypre et de la Grèce, où l’exploration est en cours.
Le projet, doté d’un budget approximatif de 6 milliards de dollars, devrait satisfaire environ 10% des besoins en gaz naturel de l’Union européenne. Mais elle est lourde de complexités politiques et logistiques.

La course à la revendication des gisements énergétiques offshore dans le sud de la Méditerranée a créé de nouvelles tensions entre la Grèce et Chypre, d’un côté, et la Turquie, rivale historique.
Ankara a augmenté les enjeux avec les récentes mesures visant à explorer les eaux contrôlées par les deux pays membres de l’UE. Chypre et la Grèce sont particulièrement perturbées parce que la Turquie a envoyé des navires de forage escortés par des navires de guerre dans des eaux où Chypre a des droits économiques exclusifs.

Anastasiades de Chypre a déclaré que le pipeline affirme que la Grèce et Chypre ont des droits souverains dans les eaux qui leur sont attribuées en vertu du droit international.
“Cette coopération que nous avons développée … n’est dirigée contre aucun pays tiers”, ?? il a dit. “Au contraire, le pays qui le souhaite est le bienvenu, étant entendu qu’il adopte les principes de base du droit international et respecte pleinement les droits souverains et l’intégrité territoriale des États indépendants.”

Faisant allusion à la position de la Turquie, Anastasiades a déclaré que la coopération est la seule approche dans une région instable au lieu de s’engager dans une voie d ‘”auto-isolement”.
Netanyahu a déclaré qu’Israël allait devenir une “puissance énergétique” avec ses réserves de gaz offshore. Il a ajouté que les trois pays ont établi “une alliance de grande importance” qui renforcera la stabilité régionale.

Le ministre de l’Énergie, Yuval Steinitz, a déclaré que la construction du gazoduc EastMed prendrait jusqu’à sept ans et que ses avantages étaient notamment d’être moins vulnérables au sabotage et de ne pas franchir de nombreuses frontières nationales pour atteindre les marchés.

Chypre est divisée en un sud chypriote grec, où se trouve le gouvernement internationalement reconnu de la nation insulaire, et un nord chypriote turc séparatiste soutenu par la Turquie. La scission a fait suite à une invasion turque de 1974 après un coup d’État avorté visant à mettre Chypre sous domination grecque.

La Turquie ne reconnaît pas Chypre comme un État et prétend qu’une grande partie de la zone économique exclusive de Chypre appartient à son propre plateau continental.

La Turquie revendique également de vastes étendues sous contrôle grec dans la mer Égée et au large de la Crète. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu’aucun projet ne peut se poursuivre sans le consentement de son pays à la suite d’un accord frontalier maritime qu’Ankara a signé avec le gouvernement libyen basé à Tripoli.

Le gouvernement chypriote a autorisé la société énergétique italienne Eni, la société française Total, ExxonMobil et Noble Energy, basée au Texas, à effectuer des forages exploratoires d’hydrocarbures dans la zone économique offshore du pays.

 

 

 

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :