“Nous ne voulions pas nous lever le matin parce que nous ne voulions plus entendre de mauvaises nouvelles.”

 

Jerusalem Post

Les nouvelles des communautés juives de New York ont été effrayantes et implacables. Chaque jour de ces dernières semaines, de nouvelles victimes de l’épidémie de coronavirus ont été annoncées avec plus d’amertume, plus de funérailles et plus de chagrin.

La communauté orthodoxe des quartiers new-yorkais de Williamsburg, Crown Heights et Borough Park a été particulièrement touchée, tout comme d’autres enclaves orthodoxes du nord de l’État, et les grandes communautés hassidiques ont subi de graves pertes dues à la contagion.

Bien qu’il n’y ait pas de chiffres définitifs, les estimations évaluent à 300 le nombre de morts dans les communautés orthodoxes de New York.

Comme en Israël, certaines communautés orthodoxes de New York ont ​​été lentes à adopter les réglementations de distanciation sociale émises par les autorités de l’État, tout comme d’autres groupes de population, en raison des énormes limites qu’elles posaient à la vie religieuse.

Trois services de prières quotidiens, une immersion fréquente de mikvé pour les hommes hassidiques, les familles nombreuses vivant dans des quartiers étroits, les événements du cycle de vie très fréquentés et d’autres caractéristiques de la vie orthodoxe ont tous contribué à l’épidémie massive dans la communauté.

Et en effet, de graves critiques ont été adressées aux dirigeants rabbiniques et aux dirigeants des communautés hassidiques qui ont ignoré les avertissements concernant le danger de l’épidémie et refusé de fermer leurs institutions lorsque cela leur a été demandé.

De grands mariages et cortèges funèbres ont eu lieu dans la communauté hassidique même après l’entrée en vigueur des règlements interdisant le rassemblement de personnes, certains incidents ayant eu lieu jusqu’en avril.

Le Admour de la dynastie hassidique Munkatch a ouvertement dénigré les recommandations de distanciation sociale devant ses hassidim lors de ses célébrations de la fête de Pourim lorsqu’il a manifestement serré la main de ceux à sa table.

Des dizaines de hassidim, sinon plus, se sont rendus aux funérailles du Admour de Kozlover le 5 avril que la police de New York est venue dissoudre, tout comme des dizaines de hassidim d’Amshinov qui se sont rendus au cortège funèbre de leur Rabbi le 6 avril.
Les Admourim sont morts après avoir contracté COVID-19.

Il a également été signalé qu’un mikvé, bain rituel, utilisé par les hommes de la communauté hassidique de Satmar est resté ouvert à Williamsburg. Une affiche en yiddish accrochée par des responsables de la communauté a déclaré que le coût d’entrée avant le septième jour de Pessa’h mardi était de 7 $.

Pourim, une fête de grands repas de fête et de célébrations massives dans la communauté hassidique, semble avoir été une cause majeure de la propagation rapide de l’épidémie de coronavirus dans les communautés, comme dans d’autres parties du monde juif.

La fête est tombée dans la nuit du lundi 9 mars au mardi 10 mars, mais ce n’est que le 12 mars que le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a interdit les rassemblements de plus de 500 personnes, trop tard pour influencer les communautés hassidiques.

Selon un conseiller de la communauté Satmar de Kiryas Yoel, la plupart des communautés hassidiques ne prenaient pas du tout les coronavirus au sérieux à Pourim, et ont déclaré qu’il y avait de vagues rumeurs d’une maladie en Chine et en Italie.

Mais parallèlement à la déclaration de Cuomo, la suspension par le président Donald Trump des vols d’Europe vers les États-Unis le 12 mars, a indiqué à la communauté hassidique que l’épidémie pourrait avoir de plus grandes conséquences pour le pays et la communauté que ce que l’on pensait auparavant, a déclaré le conseiller.

Le Chabbat après Pourim, de nombreuses synagogues de la communauté du nord de Kiryas Yoel ont continué de fonctionner, mais une semaine plus tard, le conseiller de Satmar a déclaré que 85% des synagogues étaient fermées, bien que deux mikvés restent ouverts.

Un événement critique qui a incité plusieurs Admourim  à prendre des mesures plus importantes a été une conférence téléphonique tenue entre le conseiller de Trump, Avi Berkowitz, et les dirigeants hassidiques une semaine après Pourim le 18 mars, où il les a vivement encouragés à fermer leurs synagogues, yeshivas et autres institutions. Et le 19 mars, Kiryas Yoel a déclaré l’état d’urgence.

Mais à la fin du mois de mars, un grand nombre de communautés orthodoxes déclaraient éprouver des symptômes de coronavirus, notamment de la fièvre, un essoufflement et une perte de goût et d’odorat.

L’épidémie a frappé les communautés hassidiques à un moment particulièrement inopportun. De nombreuses entreprises dépendent de la période des Fêtes de Pessa’h pour un pourcentage élevé de leurs revenus annuels.

Les magasins de chaussures et de vêtements, les magasins d’articles de cuisine et les magasins Judaica dépendent tous de la periode de Pessa’h pour une grande partie de leurs revenus, mais beaucoup ont été forcés de fermer en raison de la réglementation en vigueur pour essayer de stopper la propagation de la maladie.

Mais la mauvaise nouvelle n’arrêtait pas. “Mon oncle était plein de vie, mais il est allé à l’hôpital en mars et est décédé quelques jours plus tard”, a déclaré le conseiller de Satmar au Jerusalem Post .
«Vingt-cinq personnes dans les communautés hassidiques sont mortes au cours d’un Chabbat. il y avait un flux constant de nouvelles sur les nouveaux décès. “Nous ne voulions pas nous lever le matin parce que nous ne voulions plus entendre de mauvaises nouvelles.”

Même le Admour de Satmar, Rabbi Aharon Teitelbaum, n’a pas été épargné par le fléau des coronavirus et a été testé positif pour la maladie, bien qu’il ne souffre pas de symptômes graves. Sa femme reste cependant hospitalisée avec COVID-19 et a été à un stade intubé et dans un état critique, bien qu’elle semble s’être stabilisée et n’est plus intubée.

De retour à Brooklyn , la plupart des résidents hassidiques se conforment désormais largement aux ordres de distanciation sociale, explique un hassid de la communauté hassidique de Gour. « Quatre-vingt-cinq pour cent des personnes dans Borough Park demeurent à la maison, les rues sont vides, toutes les synagogues sont vides et ont été fermées pendant les trois semaines. Il y a de la panique, oui, les gens ont peur. Lorsque vous ouvrez la fenêtre, c’est totalement silencieux. La seule chose que vous entendez, ce sont les sirènes d’ambulance », a-t-il déclaré.

Et la vie a radicalement changé. Les écoles orthodoxes ont enregistré des cours audios pour les élèves qui sont disponibles via des lignes téléphoniques dédiées. L’option des cours de visioconférence n’est pas une réalité pour de nombreuses communautés hassidiques qui évitent les plateformes Internet. Les cours sont généralement enregistrées et non en direct car de nombreux ménages n’ont qu’une seule ligne téléphonique, qui doit être partagée entre plusieurs enfants.

La prière se déroule soit individuellement à la maison, soit dans ce que l’on appelle le «porche minyanim», où dix hommes vivant assez près les uns des autres pour pouvoir entendre le chef de service constituent le quorum.

À Crown Heights, les mariages hassidiques ont été réduits en taille par rapport aux centaines d’invités qui participent habituellement. Des voitures de mariage traversent le quartier devants des résidents vêtus dans leurs vêtements de fêtes pour encourager le nouveau couple.

Lors d’un incident extraordinaire survenu le 24 mars, le Admour de Bobov a exécuté la coutume de «Mitzvah tantz», Dance de mariage, à travers la fenêtre de sa résidence de Borough Park, où une nouvelle mariée debout dans la rue devant son domicile tenait une extrémité d’une écharpe pendant que le Rabbi tenait l’autre bout et dansait.

Malgré les difficultés, les souffrances et le chagrin qui ont été ressentis si fortement dans les communautés hassidiques de New York, l’épidémie de Covid-19 n’a pas remis en cause la foi et le dévouement profondément ancrés de la communauté.
“Ce n’est pas quelque chose qui entre en conflit avec la foi”, a déclaré un Hassid de Gour.
«Dieu fait tout et dirige tout, et ce fléau en fait partie. En fait, les gens de la communauté hassidique voient cette épidémie comme un témoignage du fait que l’homme n’est pas aux commandes et ne dirige pas les événements. »

Ces sentiments étaient partagés par Kiryas Yoel. “Ce fléau ne remet pas en cause notre foi”, a déclaré le conseiller Satmar. «Notre foi ne promet pas que si nous faisons une chose, nous obtiendrons quelque chose de spécifique en retour. Notre foi est qu’il y a quelqu’un qui guide le monde, Dieu, et que même en 2020 un minuscule virus peut arrêter le monde entier.
«Nous sommes certains que notre Père d’en haut est toujours notre Père. Si un père frappe son enfant pour avoir couru sur la route, l’enfant ne comprend pas pourquoi jusqu’à ce qu’il soit plus âgé, et nous devons aussi nous rendre compte que nous ne comprenons pas toujours tout. »

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :