WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

 

 

Après que Moscou ait critiqué les frappes "provocatrices" israéliennes sur la Syrie, Jérusalem prétend que les cibles étaient principalement des installations de stockage et de logistique utilisées par l'Iran pour envoyer des armes au groupe terroriste du Hezbollah.

Ynetnews 

Un responsable israélien de la sécurité a confirmé mercredi la responsabilité des frappes aériennes de mardi soir en Syrie, affirmant que l'armée de l'air avait touché une série de cibles impliquées dans les transferts d'armes iraniennes au groupe terroriste du Hezbollah.

La Russie avait critiqué la frappe aérienne, affirmant qu'elle mettait en danger les vols civils. Les commentaires ont mis en exergue les relations de plus en plus tendues entre Israël et la Russie, depuis la chute d'un avion russe en septembre par les forces syriennes qui ont réagi à un autre raid israélien.

Un responsable israélien a déclaré que l'armée de l'air avait attaqué plusieurs cibles iraniennes à trois endroits principaux mardi mardi et tôt mercredi. Il a ajouté que les cibles étaient principalement des installations de stockage et de logistique utilisées par l'Iran, l'ennemi juré, pour envoyer des armes au Hezbollah, soutenu par l'Iran et qui a combattu Israël lors de la seconde guerre du Liban en 2006.

Le responsable israélien a déclaré que c’était la défense aérienne syrienne qui mettait en danger les avions civils en lançant 30 missiles en réponse au raid aérien. Il a également affirmé que les forces iraniennes opéraient à moins de 80 kilomètres de la frontière israélienne, contrairement aux assurances données par la Russie.

Plus tôt mercredi, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le Général Igor Konashenkov, avait déclaré que six avions de combat F-16 israéliens avaient lancé un raid "provocateur" au moment où deux avions de ligne civils s'apprêtaient à atterrir à Damas et Beyrouth, créant ainsi une "menace directe" pour l'avion.

Le ministre libanais des Transports par intérim, Youssef Fenianos, a confirmé le récit de Konashenkov, affirmant que les deux avions de l'espace aérien libanais avaient "échappé de peu" à l'avion de guerre israélien, évitant ainsi une "catastrophe humaine". Les Fenianos ont déclaré que le Liban présenterait une plainte au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Konashenkov a déclaré que l'armée syrienne n'avait pas pleinement mobilisé ses moyens de défense aérienne pour éviter de heurter accidentellement les avions de passagers. Il a ajouté que les contrôleurs aériens syriens avaient redirigé l'avion à destination de Damas vers une base aérienne russe située dans la province côtière syrienne de Latakia.

Selon Konashenkov, les forces de défense aérienne syriennes ont abattu 14 des 16 bombes à guidage de précision larguées par les avions israéliens, tandis que les deux autres ont touché un dépôt militaire syrien à 7 kilomètres à l'ouest de Damas, blessant trois soldats syriens.

Le responsable israélien a déclaré que les avions israéliens avaient atteint toutes leurs cibles, provoquant parfois des explosions secondaires. Il a ajouté qu'ils avaient également détruit une batterie anti-aérienne syrienne.

Ces dernières années, Israël a reconnu avoir mené des dizaines de frappes aériennes en Syrie voisine, dont la plupart visaient des expéditions d'armes présumées iraniennes au Hezbollah. L'Iran et le Hezbollah ont envoyé des forces en Syrie pour renforcer le président Bachar Assad, qui semble proche de la victoire après une guerre civile dévastatrice qui a fait plus d'un demi million de morts et de disparus en sept ans.

 

 

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP