WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

Je ne sais pas pourquoi Dieu m’a épargné la vie dans ma synagogue de Poway. Tout ce que je peux faire, c’est faire en sorte que chaque moment vécu soit important.

 

New York Times / Par Yisroel Goldstein 
M. Goldstein est le rabbin de Chabad of Poway, en Californie.
Traduit par Hassidout.org

Poway, Californie – Ce serait mes funérailles aujourd’hui. Je me préparais à donner mon sermon ce Chabbat matin, samedi, qui était également le dernier jour de Pâque, la fête de notre liberté, quand j’ai entendu une forte détonation dans le hall de ma synagogue.

Je pensais qu’une table était tombée ou peut-être même que, Dieu nous en préserve, ma chère amie Lori Gilbert Kaye avait trébuché et était tombée. Quelques instants plus tôt, j’avais salué Lori. elle était venue aux offices pour dire Yizkor, la prière de deuil, pour sa défunte mère.
Je suis allé à la réception pour la surveiller. Ce que j’ai vu en ces secondes me hantera le reste de mes jours.
J’ai vu Lori qui saignait par terre. Et j’ai vu le terroriste qui l’a assassinée.
Ce terroriste était un adolescent. Il se tenait là, un grand fusil à la main. Et il me visait maintenant. Pour une raison: je suis juif.

Il a commencé à tirer. Mon index droit a été arraché. Une autre balle a touché mon index gauche, duquel a commencé à jaillir du sang.

Après le massacre de Pittsburgh, nous avons eu une formation communautaire. Maintenant, cet entraînement a débuté. Mon cerveau s’est dirigé vers la salle de bal de la synagogue, où les enfants, y compris deux de mes petits-enfants, jouaient. J’ai couru vers eux en criant: «Sortez! Sortez! » J’en attrapai autant que je pouvais avec mes mains ensanglantées et les poussai hors du bâtiment.

Ce jour-là, l’un de nos fidèles, Almog Peretz, un ancien combattant des Forces de défense israéliennes, a couru après moi pour aider à mettre les enfants en sécurité et a reçu une balle dans la jambe.

Sa nièce Noya Dahan, âgée de huit ans, a reçu des éclats de balles. Ensuite, un miracle incroyable s’est produit: l’arme du terroriste s’est bloquée. Deux autres fidèles héroïques – un ancien combattant de l’armée, nommé Oscar Stewart, et un agent de patrouille frontalière nommé, Jonathan Morales – se sont précipités vers lui et il s’est enfui.

Les ambulances n’étaient pas encore arrivées. Nous nous sommes tous rassemblés à l’extérieur. Je ne me souviens pas de tout ce que j’ai dit à ma communauté, mais je me souviens bien d’avoir cité un passage de la liturgie du Seder de Pâque: «À chaque génération, ils se lèvent contre nous pour nous détruire; et le Saint béni soit-Il nous sauve de leur main. » Et je me souviens d’avoir crié les mots «Am Israel ‘Hai! Le peuple d’Israël vit ! » Je l’ai dit des centaines de fois dans ma vie. Mais je ne l’ai jamais ressenti avec autant de vérité.

Je suis un homme religieux. Je crois que tout se passe pour une raison. Je ne sais pas pourquoi Dieu a épargné ma vie. Je ne sais pas pourquoi j’ai dû assister à des scènes d’un pogrom dans le comté de San Diego, comme celles que mes grands-parents ont connues en Pologne. Je ne sais pas pourquoi une partie de mon corps m’a été enlevée. Je ne sais pas pourquoi j’ai dû voir ma bonne amie, une femme qui incarnait la valeur juive de Hessed (gentillesse), chassée dans son lieu de culte. Je ne sais pas pourquoi j’ai dû regarder le mari bien-aimé de Lori, un médecin, s’évanouir alors qu’il tentait de la réanimer. Et puis leur fille unique, Hannah, sanglante de douleur en rencontrant ses deux parents effondrés par terre.

Je ne connais pas le plan de Dieu. Tout ce que je peux faire, c’est essayer de trouver un sens à ce qui s’est passé. Et utiliser ce temps emprunté pour rendre ma vie plus importante.

J’avais l’habitude de chanter une chanson à mes enfants, une chanson que mon père m’avait chantée quand j’étais enfant. « Hachem est ici », je chantais, en utilisant un nom hébreu pour Dieu, en pointant mon index droit vers le ciel. «Hachem est là», je chantais, pointant à droite et à gauche. « Hachem est vraiment partout. » Ce doigt que j’aurais utilisé pour souligner l’omniprésence de Dieu m’a été retiré.

Je prie pour que mon doigt manquant me serve de rappel constant. Un rappel que chaque être humain est créé à l’image de Dieu; un rappel que je fais partie d’un peuple qui a survécu aux pires destructions et qui durera toujours; un rappel que mes ancêtres ont donné leur vie pour que je puisse vivre en liberté en Amérique; et un rappel, surtout, de ne jamais, jamais, ne jamais avoir peur d’être juif.

A partir de là, je vais être plus effronté. Je vais être encore plus fier de marcher dans la rue avec mes Tsitsit et ma Kippa, reconnaissant la présence de Dieu. Et je vais utiliser ma voix jusqu’à ce que je sois enroué pour exhorter mes compatriotes juifs à pratiquer la religion juive. Allumer des bougies avant Chabbat. Pour mettre des Mezouzot à leurs portes. Faire des actes de gentillesse. Et venir à la synagogue – en particulier ce Chabbat à venir.

Je suis un fier émissaire de Chabad-Loubavitch, un mouvement du judaïsme hassidique. Notre chef, le grand rabbin Menachem Mendel Schneerson, a notamment enseigné qu’un peu de lumière élimine beaucoup de ténèbres. C’est pourquoi les rabbins ‘Habad voyagent à travers le monde pour fonder des communautés juives: j’ai des collègues à Katmandou, au Ghana, à Paris et à Sydney. Nous pensons qu’aider un être humain à puiser dans son étincelle divine est un pas en avant vers la réparation de ce monde brisé et un rapprochement du rachat de l’humanité. C’est pourquoi, il y a 33 ans, ma femme et moi sommes venus dans cette partie de la Californie pour construire une maison de lumière.

Parce que nous sommes évidemment juifs, identifiables par nos chapeaux noirs et nos barbes, cela signifie également que certains d’entre nous ont déjà été pris pour cibles. Il y a onze ans, mes collègues, le rabbin Gavriel et Rivka Holtzberg, qui dirigeaient le Beth Habad de Mumbai, en Inde, ont été assassinés avec quatre de leurs invités. Ils ont été ciblés par le groupe terroriste Lashkar-e-Taiba parce qu’ils étaient juifs. Et au fil des ans, des personnes que je connais ont été harcelées et agressées par des voyous dans le quartier où j’ai grandi, à Crown Heights, à Brooklyn, lors d’incidents qui ne sont généralement pas signalés par la presse.

Dans son vil manifeste, le terroriste qui a abattu ma synagogue a appelé mon peuple, le peuple juif, une « race sordide et parasitaire ». Non, nous sommes un peuple divinement chargé d’amener la lumière de Dieu dans le monde.

C’est donc avec ce pays.  L’Amérique est unique dans l’histoire du monde. Jamais auparavant un pays n’avait été fondé sur l’idéal selon lequel tout le monde est créé à l’image de Dieu et que tout le monde mérite la liberté. Nous avons mené une guerre pour concrétiser cette promesse.
Et je crois que nous pouvons le rendre réel à nouveau. C’est ce que je m’engage à faire avec le temps.

Yisroel Goldstein est le rabbin de Chabad of Poway.

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP