Email rédaction et publicités : [email protected] - Envoyez vos photos par whatsapp (photos uniquement) : 00972-587-587-972

ilouil-nishmat-moule

EN DIRECT : Farbrenguen de Roch Hodech Elloul au Beth Habad de Flandre

 

Accueil
beth-loubavitch
 

Halaha du jour : Est-il permis d'utiliser les Téfilines d'un défunt ? PDF Imprimer Envoyer
Halaha - Question au Rav
Réponse: Il est tout à fait permis de mettre les Téfilines d'une personne ayant quitté ce monde et, de plus, le fait de mettre ses Téfilines confère un grand mérite à son âme.
 
Le magazine de COL : Parachat Terouma PDF Imprimer Envoyer
Publications - Divers

 


 

 
Video du jour : "Un mois de bon Mazal" PDF Imprimer Envoyer
Vidéo - RABBI
 
Mazal Tov ! Hanahat tefilines de David Hailou Hababou 29 Chevat 5769 au Heder Loubavitch PDF Imprimer Envoyer
Mazal Tov - Hanahat Tefilines

 
Beth Habad francophone de Netanya : 4ème anniversaire du Minyan des jeunes PDF Imprimer Envoyer
ISRAEL - Netanya

Photos : Elie Balouka

 
Nouveau chant d'Avraham Fried avec Abie Rottenberg PDF Imprimer Envoyer
Audio - Divers

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.
 

 
CCF New York : Conférence du Rav Mendel Cohen PDF Imprimer Envoyer
USA - CCF
 

 
Plus de 40 personnes de la communauté Francophone de New-York ont assisté à la conférence "la Kanalah du marriage" du  Rav Menahem Mendel Cohen, Chalia'h du Rabbi à Bordeaux, venu spécialement pour cette occasion. La conférence a été organisée par le CCF New-York en association avec la "Congrégation Sefaradic of Manhattan".
Tous les participants étaient enchantés par les paroles du Rav Menachem Mendel Cohen et lui ont demandé de revenir bientôt.
 
Erev Habad au Beth Habad des Champs Elysées PDF Imprimer Envoyer
FRANCE - Paris - Paris 8

Photos : Haim Djian

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 
Quatre raisons d’être joyeux (S'il en fallait...) PDF Imprimer Envoyer
Magazine - Judaisme
par Yanki Tauber
www.fr.chabad.org

1. Parce que c’est un bon moyen de réussir. Comme le dit l’œuvre de base du ‘Hassidisme, le Tanya de Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi (1745-1812) : « Comme dans le cas de deux individus luttant l’un contre l’autre, chacun s’efforçant de renverser son adversaire : si l’un est indolent et lourd, il sera facilement renversé et vaincu, même s’il est le plus fort. Ainsi en est-il exactement de la lutte contre le mauvais penchant : on ne peut le surmonter… que dans l’entrain qui provient de la joie et d’un cœur ouvert et lavé de toute trace de souci et de tristesse. » Ceci et valable pour les arts martiaux, les batailles morales et tout ce qu’il y a au milieu.

2. Parce que c’est une bonne chose en soi. Pourquoi la joie ne serait-elle qu’un outil, un moyen d’atteindre un but ? Elle est une bonne chose en soi, une meilleure manière d’être. Et elle n’est pas si difficile à atteindre. Il suffit de se concentrer sur les bonnes choses que l’on possède et celles dont on fait partie, et de considérer combien elles sont tellement plus réelles et durables que ce qui n’est pas génial dans la vie. Ainsi, même si les choses négatives prennent le devant de la scène dans votre vie, vous savez qu’elles n’ont rien à y faire. Expulsez-les et faites entrer les vrais acteurs.

3. Parce que le moment s’y prête. Être joyeux nécessite parfois des efforts, comme dit dans la raison nº 2 ci-dessus. Mais il arrive que la gaieté soit dans l’air, et la seule chose à faire est alors de s’ouvrir à elle et la laisser pénétrer son âme. Il s’agit de l’époque où nous sommes : nos Sages ont enseigné que « Lorsque le mois de Adar fait son entrée, la joie se multiplie. » Comme Haman l’a tristement (pour lui) découvert, c’est l’époque où de bonnes choses arrivent au peuple juif. Vous n’avez rien de particulier à faire pour vivre cela – ilfaut juste ne pas l’empêcher d’entrer.

4. Parce que c’est ce que vous êtes. Celle-ci n’est pas vraiment une « raison », alors je pense que cela signifie qu’il n’y a en réalité que trois raisons et non quatre. Les maîtres du ‘Hassidisme nous enseignent que notre âme est « littéralement une partie de D-ieu. » Par conséquent, la joie n’est en définitive pas une technique qu’il faille maîtriser, ni un but à atteindre, ni même un état auquel s’abandonner. C’est ce que nous sommes, en vertu de notre lien avec Celui dont il est dit « Force et joie emplissent Sa résidence » (Chroniques I, 16, 27). Pourquoi se cacher de ce que nous sommes ?
 
Ils découvrent l’éprouvette où leur vie a commencé PDF Imprimer Envoyer
Infos - France

Un Membre éminent de la Communauté Loubavitch à l’honneur : Le Docteur KULSKI, Chef du Service de Biologie de la Fécondation de l’Hôpital de Sèvres, fait le point sur les connaissances actuelles de la spécialité, devant un public de spécialistes et de journalistes. Ce fut un véritable Kidouch Hachem

C’est une première. Une centaine d’enfants nés par procréation médicale assistée ont découvert hier à l’hôpital de Sèvres (Hauts-de-Seine) le laboratoire où ils ont été conçus


 

 

 
Le Dr Kulski explique à Mathis, Ambre, Quentin et David (de gauche à droite), tous nés grâce à la procréation médicale assistée, de quelle manière ils ont été conçus.

 

Ils sont venus en landau, en poussette, à trottinette… Et en tirant la manche de leur maman dans l’espoir d’être le premier arrivé à la fontaine au chocolat. « C’est ici que je suis né ? » demande Mathis en engloutissant une brochette de fruits. « Non, c’est ici que tu as été conçu », rectifient ses parents, Gaël et Nathalie. Le petit bonhomme de 5 ans semble se satisfaire de l’explication. Il avise le hall de l’hôpital de Sèvres (Hauts-de-Seine), transformé en préau de maternelle un jour de kermesse. « Et eux aussi ? » Eux aussi. Une centaine d’enfants de 2 mois à 10 ans, riant, braillant et cavalant dans tous les sens, dont le point commun invisible est d’être tous issus d’une insémination artificielle ou d’une fécondation in vitro. Alors que 200 000 enfants sont déjà nés grâce à ces techniques en France, c’est la première fois qu’un centre d’assistance médicale à la procréation a cette idée étonnante : réunir, en vrai, les enfants dont les premières cellules ont pris vie dans les éprouvettes de son laboratoire. (Lire la suite)

Lire la suite...
 
Halaha du jour : Est-il permis de payer les frais liés au traitement médical d'un enfant handicapé avec l'argent du Maasser, et a-t-on l'obligation de prélever le Maasser d'une allocation d'handicap? PDF Imprimer Envoyer
Halaha - Question au Rav
Réponse:
Les parents ayant obligation de soigner leur enfant, ceux-ci ne peuvent payer le traitement avec l'argent du Maasser. L'allocation est, quant à elle, soumise au prélèvement du Maasser, comme tous les autres revenus.
Cependant, en cas de véritables difficultés financières, il sera permis pour les parents de financer les dépenses engendrées par les soins avec l'argent du Maasser, et il ne sera pas obligatoire de prélever le Maasser de l'allocation d'aide.
Source: צדקה ומשפט פרק ב הערה נ, פרק ה הערה לב, ועוד
chabad.org.il
 
Enregistrement de la discution entre les les terroristes de Bombay et le Rav Levi Chem Tov PDF Imprimer Envoyer
Vidéo - Vidéo du jour
 
Soirée du Keren Hasmahot à Crown Heights PDF Imprimer Envoyer
USA - Crown Heights

צילום: אודליה. ש'. שטורעם

 
Tous les Bahourim sont invités au mariage de Chalom Zekri et Avigail Altabé à 19h30 PDF Imprimer Envoyer
Mazal Tov - Hatan-Kalla

dans les Salons du Moulin Brûlé - 47 avenue Foch à Maisons Alfort Plan

 
Résultat de la tombola du "Keren Zelda" PDF Imprimer Envoyer
FRANCE - Banlieues - Yerres
Nous souhaitons un grand  mazal tov à tous les gagnants :

- Un vélo : Edelman Yoel
- Un Kenwood : Mme Juliette Habib
- Une machine à café : Mme Rivka Attal
- Une parure pour 2 lits + couettes : Mr Nemanow Nissan
- 150 € chez Kiabi : Belinov Rivka
- Produits cosmétiques : Hedva  Tordjman (St Maur)
- Une parure Swarovski : Sonia Attias
- Un set de houmachim : Mlle gourévitch Bra'ha
- Un set de Pessah' : Hannie Pewsner
- Photos des parents du Rabbi : Mme Koulsky Feigie
- Lecteur DVD portable : Edelman Yoel
- Lecteur DVD: Elinor Pinto ( Paris)
- 200€ chez Excel Optic: Fargeon Levana
- 5 brushing: Mme Sarah Pinson (brunoy)
- Un poussette Maclaren: Mme Hannie Segal
-  Table de Shabbat complète: Mme Didi Rahel   
-  1 caméscope : Moranne Benzaqui
-  Un GPS : Mme Nemanow Perla
-  1 IPOD avec enceinte : Nizard Menahem
-  1Hanoukia : M. Allouche ( Bonneuil sur marne)
- billet d'avion pour Israël : Beila Engelberg
- ordinateur : Mr Israel Segal
- une perruque + coupe: Sarah Altabé
- split the pot : Mr Zalmen Segal
 
Un Boeing 737 de Turkish Airlines s'écrase à l'aéroport d'Amsterdam PDF Imprimer Envoyer
Infos - France

Un avion de ligne de la compagnie nationale turque Turkish Airlines s'est écrasé mercredi 25 février, à 10 h 42, lors de son atterrissage à l'aéroport international de Schiphol, à Amsterdam.
Selon la chaîne de télévision britannique Sky News, il s'agirait d'un Boeing 737-800, qui transportait 135 passagers. Selon CNBC Turquie, citée par Reuters, 50 passagers seraient blessés, mais sortis de l'appareil.
L'avion de la compagnie nationale Turkish Airlines "s'est écrasé alors qu'il s'approchait d'une piste d'atterrissage", a indiqué une employée du service de presse de l'aéroport, Melanie Smieder. "Tout le trafic aérien est bloqué", selon elle. L'appareil s'est écrasé près des pistes et s'est brisé en trois parties.
"Les pompiers et les ambulances sont sur place", a précisé à la télévision néerlandaise une porte-parole de l'aéroport, Mirjam Snoerwang.

 
Plus de 250 personnes participent à la soirée du Keren Yoheved (Ha'hnassat Kalla) au Beth Haya Mouchka PDF Imprimer Envoyer
FRANCE - Paris - Paris 19 - rue Petit

 
Mazal Tov ! David Bellaiche (fils de Gégé) est Hatan avec Lévana Krief PDF Imprimer Envoyer
Mazal Tov - Hatan-Kalla
 
Il y a un an : l'attentat à la Yéchivat Merkaz Harav à Jérusalem PDF Imprimer Envoyer
ISRAEL - Jérusalem

צילום: מאיר אלפסי, שטורעם

 

RAPPEL : La nuit du 6 mars 2008, alors que la yeshiva accueille des étudiants du Lycee-Yeshiva "latsei'irim" ou "pour les jeunes" (ישל"צ, ישיבת ירושלים לצעירים) pour célébrer la néoménie d'Adar beth au cours de laquelle a lieu la fête de Pourim, un tireur isolé s'introduit dans la yeshiva avec une arme automatique et fait feu dans la bibliothèque, tuant huit étudiants âgés de quinze à dix-huit ans, et en blessant quarante autres, dont trois dans un état critique, avant d'être abattu par les forces de défense israéliennes, dont le Rav Yitzhak Dadoun, un officier de réserve, ancien étudiant de la yeshiva et travaillant actuellement dans un des instituts de recherches de la yeshiva. Selon Dadoun, le tireur était armé d'une mitrailleuse Kalashnikov.

Un autre témoin a dit à la télévision israélienne avoir entendu des tirs isolés et de mitrailleuse de l'intérieur du bâtiment pendant au moins 10 minutes. L'un des directeurs de la yeshiva, David Simhon, a déclaré sur la chaîne de télévision Aroutz 2 qu'au départ, les coups de feu n'ont inquiété personne, les gens pensant qu'il s'agissait de pétards en l’honneur de Pourim.

Des officiels de sécurité ont révélé que le tireur, Ala al-Din Hashem Abou Dhaim, un Arabe israélien de Jérusalem-Est, membre d'une cellule du Hamas de Jabel Moukhaber, village jouxtant le sud-est de Jérusalem. Il avait anciennement travaillé à la yeshiva comme chauffeur.

 
Halaha du jour : Est-il permis de marcher sur de l'herbe pendant Chabbat? PDF Imprimer Envoyer
Halaha - Question au Rav
Réponse:
Marcher sur l'herbe pendant Chabbat est autorisé, malgré le risque existant d'arracher l'herbe.(En revanche, le fait de courir sur l'herbe et d'y jouer sera traité ultérieurement)
Source: שולחן ערוך אדמו"ר הזקן סימן שלו סעיף ח
chabad.org.il
 
Pourim avec les soldats de Tsahal, mardi 10 mars 2009 PDF Imprimer Envoyer
ISRAEL - 100% Lahayal
 
Vous aussi vous pouvez participer à cette opération:
Pièce d'identité obligatoire
PROGRAMME :
1/ Mise des tephilines aux soldats
2/Lecture de la Meguila
3/ Repas de fête avec les soldats
 4/ Divrei Torah
 
Depart : 13h30 Netanya : Hotel The Seasons - 1 bd de Nice  
Reservations : 054 57 81 461
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
paypal .www.lahayal.org
autre villes nous contacter

 
Inauguration d'un nouveau Beth Habad à Raanana, dimanche 22 février 2009 PDF Imprimer Envoyer
ISRAEL - Divers

 
Halaha du jour : J'ai oublié de désactiver l'ampoule du réfrigérateur avant Chabbat. Puis-je demander à un non-juif d'ouvrir la porte du réfrigérateur? PDF Imprimer Envoyer
Halaha - Question au Rav
Réponse:
Il est permis de demander à un non-juif de réaliser un acte lié à «un travail interdit le Chabbat», lorsque ce n'est pas l'acte interdit le Chabbat, en lui-même, qui est recherché; ceci, même s'il est évident que le travail interdit durant Chabbat se fera obligatoirement.
C'est pourquoi, s'il est arrivé que vous ayez oublié d'éteindre l'ampoule du réfrigérateur avant l'entrée du Chabbat, il vous sera permis de demander à un non-juif de l'ouvrir car, ce n'est pas l'allumage de l'ampoule qui est ici recherché mais l'ouverture du réfrigérateur (ndr-l'allumage de l'ampoule n'en étant qu'une conséquence).
Source: שולחן ערוך אדמו"ר הזקן סימן רנג סעיף י
chabad.org.il
 
Mazal Tov ! Chmouel Levy (Strasbourg) est Hatan avec Chayale Benhamou (Miami) PDF Imprimer Envoyer
Mazal Tov - Hatan-Kalla

Le mariage aura lieu mercredi Roch Hodech Adar 5769 / 25 février 2009 dans les salons de la Yeshiva Ohalei Torah à Crown Heights

 
Mazal Tov ! Yossi et Lea Lahiany à l'occasion de la naissance de leur fille "Perle Odaya" PDF Imprimer Envoyer
Mazal Tov - Naissance
 
Le récit de la semaine : "un médecin ami" PDF Imprimer Envoyer
Magazine - Récits

Emissaire du Rabbi à Netanya, Rav Netanel Dreyfus a conservé des liens étroits avec la communauté juive française dont il est issu.

J’étais une fois invité un Chabbat à Paris chez un ami Loubavitch, un médecin spécialiste et je lui racontais des histoires extraordinaires du Rabbi.

Il me fit remarquer que je n’avais sans doute pas entendu parler de ce qui lui était arrivé personnellement :

«Alors que mon épouse était enceinte, on découvrit qu’elle était affectée d’une maladie cardiaque sévère mais rare. Le diagnostic était pessimiste, aussi bien pour elle que pour l’enfant qu’elle portait. J’écrivis immédiatement au Rabbi qui me répondit de "prendre conseil auprès d’un médecin-ami spécialiste de la chirurgie cardiaque infantile".

Jusqu’à la réception de cette lettre, j’ignorais même qu’il existait une telle spécialisation. Et, bien entendu, j’ignorais à qui m’adresser : qui pouvait être en même temps un médecin-ami et un spécialiste de la chirurgie cardiaque infantile ? Ce qui était clair, c’est que des capacités particulières étaient nécessaires.
Je passais en revue, mentalement, les noms de tous mes camarades des bancs de la faculté de médecine pour tenter d’en retrouver un qui soit particulièrement doué.
Soudain, je me suis souvenu d’un étudiant, vraiment brillant : à chaque cours, il proposait aux professeurs des solutions judicieuses et originales. C’était lui qu’il me fallait retrouver. Mais comment ? Je m’adressai à la direction de l’université mais on refusa de me donner ses coordonnées : il était devenu un grand spécialiste, très difficile à contacter.
Quand j’expliquai au directeur de l’université qu’il s’agissait d’une urgence extrême, il consentit à prendre mes coordonnées et à les transmettre à ce médecin : s’il le désirait, ce serait lui qui me contacterait.
J’attendis nerveusement la suite : heureusement, il me téléphona et me demanda pourquoi j’avais cherché à le joindre. Je lui demandais quelle était maintenant sa spécialité et il répondit : la chirurgie cardiaque infantile. J’étais stupéfait de la façon dont le Rabbi m’avait amené jusque là. Je lui expliquai la situation de mon épouse et il répondit que ce cas n’était pas de son ressort puisqu’il n’opérait pas des adultes. J’ai insisté et je lui expliqué – à lui qui n’était pas juif – que j’avais reçu des instructions spécifiques de notre grand Rabbi à New York, qui était connu, entre autres, pour ses réalisations miraculeuses.
Pensif, il finit par déclarer : «Ecris à ton Rabbi que tu m’as retrouvé ; donne-lui mon nom : si ton Rabbi prend la responsabilité de l’opération, je suis prêt à l’effectuer sans me porter du tout garant de son succès car, comme tu le sais, ma spécialité ne s’étend pas aux adultes». (Autant que je le sache, ce médecin n’avait jamais entendu parler du Rabbi !)

Le Rabbi envoya son accord, le médecin opéra et voici l’enfant qui est né quelques mois plus tard ! D.ieu merci, mon épouse s’est également très bien remise !
Et il y a une suite à cette histoire : quelques années plus tard, un autre cas similaire se présenta : un non-Juif avait besoin d’une opération cardiaque délicate. Ce non-Juif s’adressa à mon ami qui répondit – comme à moi – qu’il n’opérait pas les adultes. Le malade insista : «J’ai entendu que vos opérations étaient couronnées de succès et je n’aurais confiance qu’en vous ! Faites une exception pour moi !»
Ce médecin eut alors une idée. Il me téléphona : «J’ai quelque chose de très spécial à te demander, déclara-t-il tout de go. On me demande d’effectuer exactement la même opération que j’ai effectuée sur ton épouse. Je n’accepterai de la faire que si ton Rabbi m’accorde encore une fois sa bénédiction !»
J’ai transmis cette demande inédite au Rabbi qui donna son accord. L’opération fut un succès !

Rav Netanel Dreyfus
Kfar Chabad n°1315
traduit par Feiga Lubecki

 
L'édito de Haim Nisenbaum : “Quand entre le mois d’Adar...” PDF Imprimer Envoyer
Magazine - Editorial

«Certaines phrases sonnent comme des fanfares de victoire et des cris d’allégresse.
Elles montent avec les couleurs dansantes des plus grands feux de joie : “Quand entre le mois d’Adar, on multiplie la joie”. Voici, en effet, que le nouveau mois se présente à nous et l’évènement dépasse largement les considérations de calendrier.

Le mois d’Adar possède une lumière intérieure particulière. Eclairé, dès son début, par la fête de Pourim à présent si proche, il est une période où le temps est comme transfiguré par une joie infinie. Il est celle où,
selon l’expression du livre d’Esther, tout “fut transformé”. Il faut s’en souvenir : alors que l’ennemi des Juifs,
Haman, pensait faire de ce mois celui de leur disparition, il devint celui de leur victoire. Et ce fut leurs ennemis qui subirent le terrible sort qu’ils voulaient leur infliger. Cette transformation brutale du drame annoncée en allégresse étend ses effets sur l’ensemble du mois. C’est pourquoi celui-ci prend, dès son ouverture, cette coloration particulière d’espoir et de bonheur, jusque dans les temps troublés.
Cette notion est si étonnante que nos Sages en ont tiré une recommandation étonnante: si un homme a un litige qui doit être réglé devant la justice, qu’il reporte l’examen de cette affaire au mois d’Adar car c’est là un mois propice.

Tout se passe comme si ce mois était décidément porteur d’une puissance qui n’appartient qu’à lui et change tout ce qu’il touche. Alors que nous entrons dans cette période nouvelle, c’est cette approche différente qu’il convient d’avoir ; certes, l’espoir peut sembler ne pas toujours être au rendez-vous de
la vie quotidienne et le bonheur sans nuages quelquefois un peu trop absent, cependant Adar nous introduit dans une autre dimension : celle où le meilleur possible est la seule éventualité admissible.
Forts d’une telle certitude, nous avançons sans hésiter dans les jours qui viennent. Ils nous conduisent vers une lumière sans fin et nous savons que celle-ci, par nature, ne peut que continuer de nous conduire de victoire en victoire jusqu’à la plus belle et la plus nécessaire de toutes : la venue de Machia’h.

Haim Nisenbaum

 
La Sidra de la Semaine : Parachat Terouma PDF Imprimer Envoyer
Publications - La Sidra de la Semaine

 


 

 
Vidéo du jour : Texte de la prière du Kiddouch écrite par Ilan Ramon PDF Imprimer Envoyer
Vidéo - Vidéo du jour


 
Le Rav Yaacov David Leitter et son épouse Sarah, nouveaux Chlou'him temporaires à Bombay PDF Imprimer Envoyer
ASIE - Inde


Le Rav Yaacov Leitter et son épouse Sarah viennent d'être choisis pour continuer la Chlihout à Bombay. Sarah Leitter est la soeur de Rivka Hotzberg hy"d.

 
Mazal Tov ! Mickael Bokobza (Créteil) est Hatan avec Dvorah Haiun (fille de Gérard) PDF Imprimer Envoyer
Mazal Tov - Hatan-Kalla
 
Halaha du jour : Le fait de se couvrir la tête pour un homme est-il une obligation ou simplement une coutume? PDF Imprimer Envoyer
Halaha - Question au Rav
Réponse:
La source la plus ancienne concernant le fait de se couvrir la tête se trouve dans les bénédictions du matin, instituées par Ezra et son tribunal rabbinique. La bénédiction «Oter Israël Betifara» (Qui couronne Israël de splendeur) fait en effet référence au fait de se couvrir la tête, le chapeau étant appelée « splendeur », du fait qu'il confère pudeur et sainteté, crainte du Ciel et soumission à chaque juif vis-à-vis de la "Présence Divine" (Che'hina) qui repose sur nos têtes.

On raconte qu'un Sage du Talmud naquit avec une tendance au vol; mais, depuis son plus jeune âge sa mère l'éduqua en lui répétant: «couvre ta tête afin que la crainte du Ciel repose sur toi». Ainsi, on voit à quel point il est important et nécessaire d'habituer et d'éduquer, même les enfants, à avoir la tête couverte. Les plus pointilleux veillent même à garder la tête couverte pendant le sommeil.

À l'époque des Sages, nombreux étaient ceux qui se découvraient la tête durant de courtes périodes, notamment du fait de la chaleur; les plus observants avaient coutume de ne pas parcourir une distance de plus de quatre coudées (environ 2 m) la tête découverte. Certains décisionnaires pensaient alors que le fait de se couvrir la tête ne constituait pas une obligation mais un "Hidour Mitsva" (un "plus", une Mitsva embellie). Cependant, il est de coutume aujourd'hui dans la plupart des communautés d'Israël de se couvrir la tête de façon permanente et donc d'interdire tout déplacement la tête découverte.

Le fait de se couvrir la tête avec sa propre main ne permet pas d'entrer dans une synagogue, de lire la Torah, de prier ou de dire une bénédiction ; en revanche, la main d'une autre personne constitue un couvre-chef. Un chapeau de paille tressée constitue un couvre-chef. Une Kippa visible de tous les côtés de la tête est valable. Malgré tout, certains sont d'avis que pour pouvoir dire une bénédiction il est préférable de revêtir un Talit ou un chapeau en plus de la Kippa et les Hassidim ont coutume de se montrer pointilleux sur ce point.

Source: רמב"ם הל' תפילה רפ"ז. שו"ע הרב וכף-החיים סו"ס ב, ראש סי' מו, סי' צא וסי' קפג. אנציקלופדיה תלמודית, כרך ו, ערך 'גלוי ראש'. ספר המאמרים תש"ז עמ' 185. ספר המנהגים חב"ד עמ' 9. וראה הגהות 'מקור חסד' לספר חסידים (יח,מז; נג,יד).
chabad.org.il
 
Soirée du Keren Yoheved au Beth Haya Mouchka, lundi 23 février 2009 à 20h00 PDF Imprimer Envoyer
FRANCE - Paris - Paris 19 - rue Petit



 
Hef Beth Chevat à Névé Daniel PDF Imprimer Envoyer
ISRAEL - Divers

 
Liste des gagnants du Keren Lévi Itshok, samedi 21 février 2009 PDF Imprimer Envoyer
FRANCE - Banlieues - Brunoy
 
    Lots (Offert par) GAGNANT

Couverture d’enfant avec dessin de girafe (Mme Naim) FAMILLE SCHOLTE

Miroir grossissant (Mme Naim) FAMILLE EDELMAN 

Bijoux (de fantaisie) (Mme Naim) FAMILLE YANNI

Bijoux (de fantaisie) (Mme Naim) FAMILLE MELKI

Bijoux (de fantaisie) (Mme Naim) FAMILLE PARTOUCHE

Gilet jaune avec triangle de secours FAMILLE ARICHE

Set de 8 verres vert (Mme Naim) FAMILLE DAHAN

Set de 4 verres bleu et un thermos (Mme Naim) FAMILLE SERFATY

מפה de שבת (Mme Naim)FAMILLE BERDAH

מפה de שבת (Mme Naim)FAMILLE BERDAH

מפה de שבת (Mme Naim)FAMILLE NEMANOW

כוס (Mme Naim) FAMILLE NEJAR

Boite de maquillage FAMILLE BLUMING

(Suite de la liste)

Suite de la liste
 
Les Matsot Loubavitch de Kfar Habad arrivent en France PDF Imprimer Envoyer
ISRAEL - Kfar Habad


Le Rav Réouven Matusof en visite dans la fabrique de Matsot Chmourot de Kfar Habad

 

A la fabrique de Matsot Chemourot sous le contrôle du Mara deAtra, le Rav Mordekhaï Chmouel Ashkenazi chlita, les ouvriers ont travaillé sans relâche ces dernières semaines pour produire des Matsot fraiches et méhoudarot pour la communauté juive de France.

Le Rav Reuven Matusof, Chalia'h du Rabbi à la Lichka et responsable de la diffusion de la Matsa Chemoura en France, a visité cette semaine la fabrique de Matsot et a de nouveau constaté le haut niveau de cacherout et de hidourim en vigueur dans cet établissement, au sujet duquel le Rabbi a dit « Ce sont nos Matsot ». Il a lui-même supervisé l'emballage des Matsot et le départ des containers pour la France.

 
Le Rav Yossef Gutnik participera à la reconstruction du Beth Habad de Bombay PDF Imprimer Envoyer
Evénement - Gabriel et Rivka Holtzberg hy"d


Au centre et à droite, le Rav Nahman Holtzberg, père Gabi Holtzberg ay"d et le Rav Yossef Gutnik d'Australie

 
Halaha du jour : Ceux qui répondent au Zimoun doivent-ils écouter le "Birkat Hamazon" de celui qui dit le Zimoun? PDF Imprimer Envoyer
Halaha - Question au Rav
Réponse:
Il est rapporté dans les livres de Hala'ha qu'il y a lieu d'écouter la bénédiction de celui qui dit le Zimoun jusqu'à la fin de la bénédiction "Hazan Ete Hakol". Cependant, nombreux sont ceux qui ont coutume de dire eux-mêmes le "Birkat Hamazon" et de ne pas écouter la bénédiction de celui qui a dit le Zimoun. Un tel comportement est adopté par de nombreux Rabbanim.
Concrètement, il est de coutume chez le Rabbi que celui qui dit le Zimoun conclut la bénédiction "Hazan Ete Hakol" à voix haute, tandis que les autres ayant fini cette bénédiction avant lui pourront répondre "Amen" à sa bénédiction. Cette façon de faire est en accord avec tous les avis et il y a lieu de se comporter de la sorte.
Source: שולחן ערוך אדמו"ר הזקן סימן קפג סעיף י ובסימן  קצז סעיף ח, פסקי תשובות סימן קפג הערות 54-55
chabad.org.il
 
«DébutPrécédent581582583584585586587588589590SuivantFin»

Page 590 sur 624
 
MOI AUSSI JE CLIQUE SUR J'AIME!!

paiement0

 

radio.hassidout.org

 

3tamouz574-ecrire

0ohel חסידות.אורג   

 keren-shmouel 

 

DEMANDE DE TEHILIM 
POUR UNE REFOUAH CHELAMA
cliquezici

Je lis les Tehilim en ligne

 
LES TEHILIM DU JOUR


ALBUM PHOTOS DU RABBI

 rav-itshak-goldberg

musique_habad


Les cours vidéo du Rav Y.I Ofen



LE DVAR MALHOUT (hébreu)

.

0dvar_malhout

LE HITAT DU JOUR

Houmach avec Rachi
Le commentaire de Rachi est une composante indispensable de l'étude quotidienne de la Torah. Son explication du 'Houmach, les cinq premiers livres de la Torah, clarifie le sens "simple" du texte de sorte qu'un enfant de cinq ans brillant puisse le comprendre.

Psaumes / Téhilim
Composé par le Roi David, le livre des Psaumes fut une source d'inspiration et un refuge dans la détresse au cours des siècles pour les Juifs comme pour les non-Juifs. Lire ses pages revient à entamer une conversation avec D.ieu.

Tanya
La 'Hassidout 'Habad est une philosophie globale liée à un mode de vie qui conçoit le Juif comme le lien unissant le Créateur avec le monde. Écrit par Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi, le fondateur de 'Habad, le Tanya est le texte central de cet enseignement.

Hayom Yom
Hayom Yom – une expression qui se traduit par « Au jour le jour » – est un recueil de pensées concises, souvent liées à la période où à l’étude du jour, qui procurent au lecteur de quoi sustenter son âme chaque jour de l'année.

Rambam
Le Michné Torah est l'œuvre principale du Rambam (Rabbi Moïse ben Maïmon). Elle contient des centaines de chapitres qui explicitent l'ensemble des lois évoquées dans la Torah.