Email rédaction et publicités : hassidout.org@gmail.com    -   Envoi de photos par whatsapp : 00972-587-587-972

ilouil-nishmat-moule

 

 

Accueil
Ki-Tissa : "Le demi-chékel, un coeur brisé en deux’" par le Rav Yaakov Abergel
Magazine - Paracha
Vendredi, 17 Mars 2017 09:06
וַיְדַבֵּ֥ר יְהֹוָ֖ה אֶל־משֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר: כִּ֣י תִשָּׂ֞א אֶת־רֹ֥אשׁ בְּנֵֽי־יִשְׂרָאֵל֘ לִפְקֻֽדֵיהֶם֒ וְנָ֨תְנ֜וּ אִ֣ישׁ כֹּ֧פֶר נַפְשׁ֛וֹ לַֽיהֹוָ֖ה בִּפְקֹ֣ד אֹתָ֑ם וְלֹא־יִֽהְיֶ֥ה בָהֶ֛ם נֶ֖גֶף בִּפְקֹ֥ד אֹתָֽם:

 

Le début de la Paracha que nous lisons ce Chabbat est traduit de la manière suivante: “L’Eternel parla à Moché, en disant: Quand tu feras le dénombrement des enfants d’Israël…”.


Rachi explique que le verbe: ‘Ki-Tissa’ (que l’on traduit littéralement par: “Quand tu feras le dénombrement’, signifie ici: Réception, comme sa traduction araméenne: “Quand tu voudras recevoir le total de leur compte pour savoir combien ils sont….”.
L’Eternel dit à Moché que “pour recevoir le total de leur compte, pour savoir combien ils sont”, Moché ne devait pas les compter, mais “ils donneront chacun un demi-chékel, tu compteras les chékalim, et tu connaitras leur nombre”.


Le Rabbi de Loubavitch délivre de nombreux enseignements sur la signification profonde du demi-chékel.
Parmi ces enseignements, le Rabbi nous rapporte l’explication du Talmud de Jérusalem (Traité Chékalim, 1) au sujet de la déclaration de l’Eternel à Moché: “Ceci ils donneront”.


L’Eternel montra à Moché une sorte de pièce de monnaie de feu, son poids était d’un demi-chékel, et Il lui dit: “Comme ceci, ils donneront” (Rachi, 30, 13).
Le Rabbi nous explique la signification profonde de cette ‘pièce de monnaie de feu’, ‘le demi-chékel’.
Par définition, une pièce de monnaie a une valeur qui ne change pas, une valeur fixe.
De fait, ‘le demi-chékel’, qui a la même valeur pour tout le monde, est une allusion à l’acceptation du joug divin (kabbalat ol), du fait que la conscience que l’on doit accomplir la Volonté du Saint béni est la même pour chaque juif.
L’acceptation du joug divin est la même pour chaque juif, comme une pièce de monnaie dont la valeur est fixe et ne subit aucun changement, l’acceptation du joug divin est une qualité qui incombe à chaque juif, ‘une valeur fixe qui ne subit aucun changement’.
A l’opposé, le feu, dont la nature et le mouvement sont de s’élever toujours vers le haut, désigne la vitalité, le désir, l’ascension vers le haut, la progression, et il représente donc le service divin d’un juif, lequel diffère selon chacun.
Chaque juif s’investit dans son service divin de manière différente. Chacun selon ses possibilités, selon ses capacités.
L’enseignement du Rabbi au sujet de ‘la pièce de monnaie de feu’ est donc qu’un juif doit s’efforcer d’unir ces deux opposés. Unir la pièce, laquelle désigne l’acceptation du joug divin, au feu, qui lui-même représente le désir et la passion.
En effet, un homme par nature, quand il agit animé par des sentiments, parvient à sublimer, à élever ses actes (à l’image du feu).
Par contre quand il agit sous l’effet de l’acceptation du joug divin, il peut demeurer froid, sans ressentir un désir brûlant ni une passion particulière.
‘Unir le feu à la pièce’ signifie qu’il parvient à agir sous l’effet de la passion, même quand il agit par totale soumission, sous l’acceptation du joug divin.
Rabbi Chimon Bar Yo’haï enseigne que “l’Eternel Israël et la Torah ne font qu’Un”, et cela s’exprime par le fait que lorsqu’Israël donne le demi-chékel, l’Eternel complète la somme en donnant à son tour un demi-chékel, marquant ainsi l’Unité et le lien qui l’unit à l’Assemblée d’Israël.
Le demi-chékel représente le lien de l’Eternel avec Ses enfants. L’essence de l’âme d’un juif, qui est enracinée dans l’Essence divine, est comparable à une piece de monnaie de feu, car comme le feu qui s’élève continuellement vers le haut, l’essence de l’âme désire éternellement rejoindre sa source divine.
A la lumière de ce qui vient d’être dit, il nous apparaît avec clarté que cette pièce de feu est en fait une allusion au ‘point du coeur’ (nékoudat ha lev), car une pièce est elle-même comme un point, et le feu est lui-même comme le désir qui s’enflamme dans le coeur.
Aussi, le demi-chékel, nékoudat ha Lev, n’est autre que la profondeur du coeur d’un juif. Son désir qui dépasse infiniment l’intelllect et la raison, et qui exprime l’amour “de tout ton pouvoir” qu’un juif déclare à D.ieu, quand il récite deux fois par jour le verset du Chéma Israël: “Et tu aimeras l’Eternel ton D:ieu de tout ton coeur de toute ton âme et de tout ton pouvoir”.
Cette pièce de feu n’est donc pas sans évoquer l’olive que les enfants d’Israël brisaient pour en extraire l’huile qu’ils devaient apporter à Moché, pour allumer la Ménorah, ainsi qu’il est écrit dans la Paracha Tetsavé laquelle précède notre Paracha.
L’olive est elle-même comme un point, et l’huile qu’elle contient est comme le feu car c’est par elle que le feu illumine la Ménorah du Temple.
Aussi, le demi-chékel et l’olive concassée sont tous deux une allusion au ‘point du coeur’.
Le demi-chékel est lui-même tel une ‘pièce brisée en deux’ à l’image du coeur brisé d’un juif du fait de l’absence du troisième Temple et du Machia’h.
L’enseignement du Rabbi de la Paracha Tetsavé est uni à son enseignement de la Paracha Ki-Tissa. Un juif doit unir la pièce avec le feu.
Quand par exemple il donne la Tsédaka, un juif doit combattre la froideur qu’il ressent à ce moment, car s’il agit par totale soumission à l’Eternel, comme c’est le cas quand il se soumet à l’acceptation du joug divin, il manque ‘le feu’ à son acte.
Ainsi qu’il a été expliqué, le sentiment, l’amour ressenti dans un coeur enflammé, a pour effet d’élever l’acte de charité.
Comme l’écrit l’Admour Hazaken, “D.ieu attend le coeur de l’homme”, et plus précisément encore, Il attend le coeur brisé de l’homme.
Qu’il prenne la forme d’une pièce de feu brisée en deux, ou encore celle d’une olive concassée, l’essentiel demeure dans le fait de réveiller l’essence de l’âme, le luminaire, lesquels expriment notre attachement le plus vrai et le plus profond à l’Eternel, et notre plus grand désir, celui du dévoilement de D.ieu.
L’enseignement du Rabbi est clair, pour parvenir à briser notre coeur nous devons accepter le joug divin comme le firent les enfants d’Israël au moment de Pourim, avec un coeur enflammé de l’amour de D.ieu. “Nous ferons et nous comprendront”, nous ferons c’est certain, mais pas sans être animés par la passion.
Rav Yaakov Abergel

 

Add your comment

Your name:
Your email:
Titre:
Comment:
 
 

du mercredi soir 24 mai 2017

au jeudi soir 25 mai 2017

 

44

jours du Omer

paiement0 anash 
MOI AUSSI JE CLIQUE SUR J'AIME!!

 

3tamouz574-ecrire

0ohel חסידות.אורג 

 logo 

 keren-shmouel 

 

iphone-whatsapp3

PETITES ANNONCES

DEMANDE DE TEHILIM 
POUR UNE REFOUAH CHELAMA
cliquezici

Je lis les Tehilim en ligne

 
LES TEHILIM DU JOUR

ALBUM PHOTOS DU RABBI

 

musique_habad


Les cours vidéo du Rav Y.I Ofen



LE DVAR MALHOUT (hébreu)

.

0dvar_malhout

LE HITAT DU JOUR

Houmach avec Rachi
Le commentaire de Rachi est une composante indispensable de l'étude quotidienne de la Torah. Son explication du 'Houmach, les cinq premiers livres de la Torah, clarifie le sens "simple" du texte de sorte qu'un enfant de cinq ans brillant puisse le comprendre.

Psaumes / Téhilim
Composé par le Roi David, le livre des Psaumes fut une source d'inspiration et un refuge dans la détresse au cours des siècles pour les Juifs comme pour les non-Juifs. Lire ses pages revient à entamer une conversation avec D.ieu.

Tanya
La 'Hassidout 'Habad est une philosophie globale liée à un mode de vie qui conçoit le Juif comme le lien unissant le Créateur avec le monde. Écrit par Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi, le fondateur de 'Habad, le Tanya est le texte central de cet enseignement.

Hayom Yom
Hayom Yom – une expression qui se traduit par « Au jour le jour » – est un recueil de pensées concises, souvent liées à la période où à l’étude du jour, qui procurent au lecteur de quoi sustenter son âme chaque jour de l'année.

Rambam
Le Michné Torah est l'œuvre principale du Rambam (Rabbi Moïse ben Maïmon). Elle contient des centaines de chapitres qui explicitent l'ensemble des lois évoquées dans la Torah.