WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]
Au cours de la première guerre du Golfe, les dirigeants politiques et militaires israéliens se sont retrouvés dans une phase d'apprentissage abrupte alors que le pays était pilonné par les Scud de Saddam Hussein; Les leçons tirées de cette expérience - et les exigences des Américains - résonnent toujours, en particulier en ce qui concerne un plan iranien sournois visant à frapper l'État juif de l'Irak.
Le tableau dressé par les renseignements recueillis par Israël et par le commandement central des États-Unis est très préoccupant. Les Iraniens, ont-ils appris, ont commencé à envoyer des missiles sol-sol aux milices chiites en Irak. Les missiles sont notamment destinés à Israël, afin de le dissuader de poursuivre ses attaques contre les installations iraniennes en Syrie.

C'est une manœuvre iranienne rusée: des tirs de missiles en provenance d'Irak ne donneraient pas à Israël un motif valable pour attaquer la Syrie ou le Liban, et placeraient l'État juif dans un dilemme. En outre, une attaque contre l'Irak nécessite une coordination avec les États-Unis, qui ont déjà informé Israël que toute action militaire en Irak mettrait en danger la vie des Américains protégeant le régime de Bagdad. Cela exigerait également une coordination avec les pays voisins tels que la Jordanie et l'Arabie saoudite pour permettre aux avions de combat de l'armée de l'air israélienne de voler dans leur espace aérien. Il est évident que ces pays ne coopéreront pas ouvertement avec Israël pour attaquer un pays arabe voisin.

Cela s’est produit au cours de l’année écoulée et a conduit l’armée israélienne à élever son niveau d’alerte. Les Iraniens n’ont pas envoyé les missiles comme une simple menace, ils ont également l’intention de les utiliser pour une frappe de représailles ou pour la dissuasion.
Le 10 février 2018 , l'IAF a attaqué la base aérienne T-4 dans le nord de la Syrie, détruisant une remorque de commandement et de contrôle d'un drone iranien après son infiltration en Israël. Au cours de ce même incident, un avion de chasse IAF F-16 a été abattu au-dessus du territoire israélien par un missile anti-aérien syrien. Des militaires iraniens ont été tués lors de la frappe israélienne et Téhéran s'est préparé à riposter par l'intermédiaire des milices chiites qu'elle contrôle. Il semble que ce n’est que sous l’effet de fortes pressions diplomatiques que la menace des missiles iraquiens ait été levée. Le 10 mai, les Iraniens ont lancé plus de 20 roquettes vers le plateau israélien du Golan, ce qui n’a causé aucun dommage ni créé un nouvel équilibre entre la dissuasion et la dissuasion. Au contraire, ils ont seulement donné à Israël le motif de frapper à nouveau les Iraniens, là où cela convient à Tsahal - en Syrie. 

Une frappe israélienne sur des cibles iraniennes en Syrie (Photo: Unité du porte-parole de Tsahal)

Une frappe israélienne sur des cibles iraniennes en Syrie (Photo: Unité du porte-parole de Tsahal)

 

 

L'état-major de Gadi Eisenkot n'a pas eu à faire face à des tirs de missiles à longue portée - provenant du Liban, de Syrie, d'Irak ou d'Iran - en grande partie grâce à une politique intelligente d'ambiguïté qui a permis à Israël de "nier plausible" et n'a pas forcé l'ennemi à répondre aux frappes pour lesquelles Israël n'a pas revendiqué la responsabilité.

La récente décision de lever le voile d'ambiguïté autour des opérations militaires israéliennes en Syrie laisse l'état-major général, désormais placé sous le commandement du nouveau chef d'état-major de l'armée israélienne, Aviv Kochavi, avec la nécessité de préserver et de renforcer la dissuasion israélienne. Au-delà de la créativité et de l'audace qui ont caractérisé la carrière militaire de Kochavi jusqu'à présent, cela l'obligera pour la première fois à faire preuve de capacités politiques. Pour permettre à l'armée israélienne de jouir de la liberté d'opérations en Syrie, avec une fenêtre d'opportunité qui se referme à l'approche de la fin de la guerre civile dans le pays, il devra obtenir l'appui du Premier ministre et de chacun des membres du cabinet de sécurité.
La tentative iranienne de retranchement en Syrie a été arrêtée pour l'instant, mais le mot de la fin n'a pas encore été prononcé. Une attaque iranienne contre Israël depuis le sol irakien reste un scénario réaliste. Les FDI sont-elles prêtes à faire face à un nouveau front irakien? Le gouvernement va-t-il résister aux pressions américaines pour laisser à quelqu'un d'autre le soin de débarrasser l'Irak des Iraniens? Les amis arabes d'Israël vont-ils coopérer avec cela? Est-ce qu'Israël choisira de ne pas répondre aux missiles d'Irak ou d'Iran sur son territoire, malgré le coup porté à sa dissuasion? Ou encore, le gouvernement israélien autorisera-t-il l'armée à prendre de lourdes mesures punitives, y compris à endommager des infrastructures civiles, pour faire comprendre à l'ensemble du Moyen-Orient que les citoyens israéliens ne sont pas en plein jeu?
Un autre état-major, non moins talentueux, a dû faire face aux mêmes questions dans les années 90 et n'a pas pu fournir de réponses.Les sites de l'ouest de l'Irak où les Iraniens pourraient déployer des missiles se trouvent presque dans la même région que celle à partir de laquelle les missiles Scud "Al Hussein" à longue portée ont été lancés sur Israël pendant la première guerre du Golfe. Le 18 janvier 1991, il y a presque exactement 28 ans jour pour jour, huit missiles Al Hussein ont été lancés pour la première fois de l'ouest de l'Irak vers les centres de population du centre d'Israël et de la région de Haïfa. Israël n'a pas répondu ce jour-là et est resté diplomatiquement paralysé, avec des plans militaires non développés, jusqu'à la fin de l'opération Desert Storm de la coalition dirigée par les États-Unis le 28 février.

 

Une maison de Ramat Gan détruite par un Scud irakien, janvier 1991 (Photo: GPO)

Une maison de Ramat Gan détruite par un Scud irakien, janvier 1991 (Photo: GPO)

Au total, une quarantaine de missiles ont été tirés d'Irak, la plupart d'entre eux dans la région de Dan. Israël n'a pas répondu et il paie encore le prix de la dissuasion psychologique. L'ennemi a appris le talon d'Achille d'Israël. Même le Hamas ose lancer des roquettes à Tel Aviv et reste toujours debout. La guerre du Golfe a créé «l'éthique de la retenue» qui, au cours des années écoulées, est devenue une doctrine à laquelle Israël est confronté. La mémoire historique est qu'Israël s'est retenu et n'a pas attaqué en raison d'une forte pression américaine. Mais ce n'est que la moitié de la vérité.

 

La peur: attaque sur Dimona 

Le début était réellement prometteur. Dès avril 1990, quatre mois avant l'invasion irakienne du Koweït et neuf mois avant le lancement du premier missile sur Israël, les services de renseignements israéliens ont découvert sept lanceurs fixes stationnés dans l'ouest de l'Irak. En juillet, les premiers préparatifs en vue d'une opération visant à frapper cet appareil ont commencé, puis une série de discussions et de préparatifs ont commencé pour des opérations spéciales - aériennes et terrestres - d'échelles différentes. Mais cette saga a été remplie de zig-zag. Il n’existait pas de vision du monde claire, aucun plan n’avait atteint un point où il avait des chances raisonnables de réussir et les conditions diplomatiques n’avaient pas encore mûri. Israël courait sur place.

 

Des missiles Patriot interceptent des Scuds irakiens au-dessus de Tel Aviv pendant la guerre du Golfe de 1991 (Photo: GPO)

Des missiles Patriot interceptent des Scuds irakiens au-dessus de Tel Aviv pendant la guerre du Golfe de 1991 (Photo: GPO)

 

Trois semaines après l'invasion irakienne, le 21 août 1990, l'état-major de l'armée israélienne a organisé des jeux de guerre pour examiner les différentes manières de faire face aux menaces irakiennes. À ce stade, les forces de défense israéliennes étaient déjà en état d'alerte, à la lumière des évaluations selon lesquelles un conflit régional global engloberait également Israël. À la fin des jeux de guerre, il a été question d'un possible tir de missile ou d'un raid aérien irakien potentiel sur des cibles stratégiques, telles que le réacteur Dimona nculear et les grands centres de population. Il y avait aussi l'évaluation selon laquelle les Iraquiens étaient capables d'utiliser des armes chimiques contre l'une de ces cibles stratégiques, comme Dimona.

La plupart des intervenants à la réunion - dirigés par le chef des FDI de l'époque, Dan Shomron, son adjoint Ehud Barak, le chef de la direction du renseignement militaire Amnon Lipkin-Shahak et le commandant de l'armée de l'air Avihu Ben-Nun - pensaient que l'Irak tenterait de provoquer Israël afin de l'attirer à la guerre et de démanteler la coalition américaine avec le monde arabe. Par conséquent, ils ont prédit qu'il y aurait une pression américaine sur Israël pour ne pas agir. La plupart des personnes présentes ont convenu qu'il était possible que les Israéliens fassent preuve de retenue quant au calendrier, à la portée et à la nature d'une réponse potentielle, et ils ont tous convenu que toute initiative devrait être coordonnée avec les Américains.

 

Le dictateur irakien Saddam Hussein en 1991 (Photo: AP)

Le dictateur irakien Saddam Hussein en 1991 (Photo: AP)

 

L'état-major général de Shomron, tout comme l'état-major de Gabi Ashkenazi, qui envisageait l'éventualité d'une frappe sur le projet nucléaire iranien 20 ans plus tard, a préféré que les Américains résolvent le problème pour Israël. Mais ils n'étaient pas convaincus que les Américains feraient le travail de manière satisfaisante. Ils ont donc tous convenu que si l'Irak tirait des missiles sur les principaux centres de population israéliens, Israël n'aurait d'autre choix que de réagir.

Le Commandant général du général du nord, Yossi Peled, a ensuite affirmé qu'Israël devait réagir dans les deux sens, même si les missiles n'étaient lancés que sur des cibles militaires, sans quoi cela dissuaderait la dissuasion d'Israël contre la menace de tir indirect à l'avenir. Lipkin-Shahak a évoqué la possibilité de frictions avec la Jordanie dans le cas des frappes aériennes israéliennes sur Bagdad et a recommandé à Israël "d'examiner d'autres réponses douloureuses, telles que frapper les navires de guerre irakiens".

Le chef des FDI a estimé que l'armée israélienne n'avait pas la capacité de détruire l'armée de l'air irakienne, ni d'empêcher ou d'arrêter complètement les tirs de missiles sur Israël. Par conséquent, a-t-il dit, la première priorité de l'armée serait de savoir comment rétablir la dissuasion israélienne et non de supprimer la menace. En d’autres termes, dissuaderez l’Iraq de tirer de nouveaux missiles.

"Si les centres de population israéliens sont touchés", a déclaré le chef des FDI à l'issue des jeux de guerre, "Israël martellera le gouvernement et les sites stratégiques à Bagdad ainsi que des cibles militaires à l'ouest de l'Irak, pour adresser aux Irakiens un message sans équivoque: le tir du missile n'arrête pas, nous allons frapper les centres de population à Bagdad ".

Les jeux de guerre ont révélé le fait que les FDI ne savaient pas quand recourir à la force ou avaient un plan opérationnel face à la menace de tirs de missiles contre Israël depuis l'ouest de l'Irak. À ce moment-là, les FDI étaient prêtes à combattre deux unités irakiennes censées rejoindre un front oriental contre Israël - l'une venant de la direction de la Syrie et l'autre de la direction de la Jordanie. Mais il n'avait pas de plan efficace pour traiter les missiles ou les roquettes à longue portée. Le seul plan que l'armée ait eu lorsque la crise a éclaté devait traiter des armes chimiques syriennes, et les hauts responsables de Tsahal essayaient maintenant de l'adapter aux conditions existantes dans l'ouest de l'Irak.

Mais ce plan n'était pas prêt non plus. Depuis sa présentation à la fin de 1989 et jusqu'à la fin de la première guerre du Golfe, on ne savait toujours pas qui commanderait cette opération, qui regrouperait l'armée de l'air israélienne, les forces terrestres et la direction du renseignement. Une dispute acerbe opposa l'armée de l'air et le QG des opérations spéciales (qui à l'époque était placé sous le commandement du major-général Doron Rubin). Les décisions prises par le chef des FDI, son adjoint et le chef de la division des opérations n'ont pas permis de régler le différend. Inversement, un différend similaire est actuellement en cours entre le Depth Corps, qui a hérité du quartier général des opérations spéciales, et la Force aérienne.

Mais ces opérations combinant forces spéciales et forces aériennes, prévues dans l'ouest de l'Irak, avaient une importance secondaire. L'option préférable consistait à renforcer la dissuasion en punissant douloureusement le gouvernement irakien et ses citoyens si des missiles étaient réellement lancés sur les centres de population israéliens. Les discussions à ce sujet dans les états-majors et le gouvernement sont révélatrices d'indices.

Le premier missile a atterri à Tel Aviv le 18 janvier 1991 à 2 heures du matin. Quatre heures plus tard, le ministre de la Défense, Moshe Arens, a tenu des consultations dans son bureau. Le chef des FDI, Shomron, a recommandé d'attaquer Bagdad. Le commandant de la force aérienne a également parlé d'une frappe importante; sinon, il était inutile de déranger. Le chef adjoint des FDI a recommandé une action sur deux fronts - les tirs de roquettes et les mesures punitives - mais a souligné qu'Israël dépendait entièrement des Américains pour obtenir des renseignements en temps réel de Bagdad. Le commandant de l'armée de l'air a également insisté sur la nécessité de coordonner les actions avec les Américains, a demandé l'autorisation d'effectuer une sortie au-dessus de l'ouest de l'Irak pour prendre des photos et recueillir des renseignements, et a proposé qu'Israël applique les mesures punitives et attaque les lanceurs.

 

Le chef d'état-major adjoint des FDI, Ehud Barak, et le ministre de la Défense, Moshe Arens, pendant la guerre du Golfe de 1991 (Photo: ministère israélien de la Défense)

Le chef d'état-major adjoint des FDI, Ehud Barak, et le ministre de la Défense, Moshe Arens, pendant la guerre du Golfe de 1991 (Photo: ministère israélien de la Défense)

 

À 7h45, le ministre de la Défense a convoqué une autre réunion. Le commandant de la Force aérienne a présenté les plans de la sortie du renseignement l’après-midi même. Il a également présenté trois plans d'opérations spéciales dans l'ouest de l'Irak. "Il s'est avéré que les Américains n'étaient pas en mesure, lors de leur première frappe, de détruire tout l'appareil de défense irakien", a déclaré Ben-Nun. "Par conséquent, je recommande de prendre un quartier de la ville de Ramadi, à l'ouest de Bagdad, et de l'effacer avec 80 tonnes de bombes." Le commandant de la marine, le major-général Micha Ram, a fait une autre suggestion: "Coulons quatre navires marchands irakiens". Le chef du groupe aérien de l'IAF, Brig. Le général Amir Nachumi a déclaré que "si Israël ne répond pas, les Irakiens tenteront de nous frapper avec une guerre chimique".

Ce jour-là, à 15 heures, il apparut que la coordination avec les Américains échoua et que la sortie des services de renseignements fut reportée au lendemain. Ce soir-là, les Américains ont informé Israël qu'ils étaient disposés à lui fournir immédiatement deux batteries de patriotes pour projeter les missiles irakiens. Le major général Thomas R. Olsen, représentant du commandement central des États-Unis (Centcom), a débarqué le lendemain en Israël avec des images satellites de l'ouest de l'Irak, censées donner à la population un sentiment de coopération. Mais les photos ont été prises un mois avant et pas en temps réel. Pendant le séjour d'Olsen en Israël, quatre missiles ont été lancés dans la région de Dan - preuve supplémentaire que l'activité américaine dans l'ouest de l'Irak était inefficace.

Peu après le lancement du deuxième missile, le 19 janvier, à 9 heures, le ministre de la Défense a convoqué une réunion. Il a fait le point sur sa conversation avec son homologue américain, Dick Cheney, alors secrétaire à la Défense, au cours de laquelle Arens a demandé à Israël de prendre des photos du renseignement pendant la journée et d'agir le soir. Le commandant de l'armée de l'air a de nouveau présenté un plan de sortie du renseignement dans l'après-midi, mais les Américains n'ont pas coopéré, affirmant qu'ils n'avaient aucun contrôle sur les nations arabes sur le fait que l'armée de l'air israélienne serait obligée de survoler l'Irak. . Arens, Shomron et Barak ont ​​convenu qu'il fallait agir pour que les Américains n'aient pas d'autre choix que d'accepter, même si cela impliquait l'abattage d'avions arabes en cours de route. Arens a conclu la discussion en disant: "D'abord l'ouest de l'Irak, ensuite nous irons à Bagdad."

À 10 heures, le commandant de l'armée de l'air a présenté au chef des FDI ses plans d'action dans l'ouest de l'Irak. Dan Shomron a déclaré qu'Israël devait "mettre un pied dans la porte". Signification: Israël devait faire quelque chose, qu'il s'agisse d'une sortie de renseignement ou d'une attaque, même symbolique, pour tenter de dissuader l'ennemi.

À 10h45, le chef des FDI a donné le feu vert au commandant de l'armée de l'air "pour se préparer à une sortie de renseignement violente dans l'ouest de l'Irak. Si les avions identifient une cible pertinente, telle qu'un lance-missiles Scud, ils sont autorisés à attaquer". À 11 heures, le ministre de la Défense a approuvé le plan. À 14 heures, la sortie était censée commencer.

 

Le Premier ministre israélien Yitzhak Shamir et le président américain George HW Bush réunis à Madrid en 1991, après la guerre du Golfe (Photo: David Rubinger)

Le Premier ministre israélien Yitzhak Shamir et le président américain George HW Bush réunis à Madrid en 1991, après la guerre du Golfe (Photo: David Rubinger)

 

Mais au même forum qui a approuvé le plan, les responsables de la défense ont commencé à faiblir. Arens a appris que le Premier ministre d'alors, Yitzhak Shamir, avait parlé au président américain George HW Bush, qui lui avait dit qu'il n'avait pas réussi à s'entendre avec l'Arabie saoudite et la Jordanie sur les opérations israéliennes en Irak. À midi, le ministre de la Défense a demandé au chef des FDI de modifier la trajectoire de vol de la sortie. À la lumière de ce changement, le chef des FDI est parvenu à la conclusion que la sortie pourrait avoir lieu ce jour-là.

À 12h30, Arens a convoqué une autre réunion. Le commandant de la Force aérienne a informé le forum que la sortie du renseignement ne serait pas effectuée ce jour-là. À ce stade, l'enthousiasme des plus hauts rangs de l'armée israélienne pour tout type d'opération en Irak avait diminué. Tout le monde parlait de la possibilité d'un enchevêtrement avec la Jordanie, l'amenant à se joindre à la guerre.

À 16 h 30, Shamir a mis fin à la charade et a donné l'ordre: "Israël ne répondra pas. Nous en reparlerons vers la fin de la guerre".

Cette dynamique de zigzag et de passage rapide de l'enthousiasme à la lassitude, qui provenait en réalité d'un manque de préparation, était présente jusqu'à la fin de la crise. L'armée elle-même n'a pas compris ce qu'elle voulait. il a commencé par des plans pour de petites opérations de commando, puis par de vastes préparatifs en vue de la conquête de l'ouest de l'Irak en utilisant des centaines de soldats qui resteraient sur le terrain pendant des jours, et n'a abouti à rien.

 

Le plan pour frapper les barrages irakiens

La question des mesures punitives a de nouveau été évoquée dans une évaluation de la situation effectuée par l'état-major le 21 janvier. Tous les orateurs ont souligné l'incapacité, tant d'Israël que des États-Unis, d'éliminer la menace de missiles surface-à-surface sur Israël. recommandé de surveiller patiemment les développements futurs. Le major général Yoram "Yaya" Yair, commandant de la 91e division de "Galilée", a parlé d'opérations de représailles et de dissuasion visant à mettre un terme aux tirs de missiles et a proposé un plan visant à détruire deux barrages sur le Tigre, qui doit été un plan d'urgence. La destruction des barrages entraînerait de graves inondations et de graves dégâts dans les zones peuplées d'Irak. Mais le commandant de la Force aérienne avait des réserves en raison de limitations opérationnelles, et la proposition a été rejetée.

 

À notre connaissance, ce plan a été évoqué pour la première fois lors de discussions au ministère de la Défense, avant même le début des combats. Le 19 octobre 1990, Arens a demandé l'examen de la possibilité d'attaquer des barrages situés sur les fleuves Euphrate et Tigre en Irak. La Direction des services de renseignement a examiné les conséquences de la destruction de deux des trois barrages: Haditha, Saddam (aujourd'hui le barrage de Mossoul) et Samarra. En même temps, le chef du département d'histoire de l'armée, le colonel Benny Michelson, devait préparer un rapport sur les conséquences de l'attaque britannique sur les barrages de la Ruhr en Allemagne en 1943.

 

L'attaque des barrages sur le Tigre, qui a été rejetée le 21 janvier 1991, a de nouveau été évoquée pour discussion le 10 février par le chef de la Division des opérations. À ce stade, les Américains avaient déjà détruit la plupart des cibles pertinentes et Israël n'avait d'autre choix que de se contenter des barrages, ce qui en faisait presque la dernière option réaliste qu'il lui restait pour rétablir sa dissuasion. À la fin de la discussion, il a été décidé que le MID rassemblerait des informations sur sept barrages en Irak et que l'armée de l'air présenterait des plans opérationnels d'attaque au chef de la Division des opérations le 19 février, soit neuf jours plus tard. Ces décisions ont été prises malgré le fait deux semaines et demie plus tôt, le commandant de la Force aérienne a déclaré qu’il n’avait pas la capacité de mener ces attaques.

L’évaluation de la situation était que, malgré les dégâts immenses causés à la fois aux vies humaines et aux biens en Iraq, l’opinion mondiale aurait plus de facilité à supporter une telle opération que le bombardement brutal d’une ville. Mais, comme ce fut le cas pour tous les plans de Tsahal lors de la première guerre du Golfe, les plans d'attaque des barrages n'étaient pas prêts avant la fin du conflit.

 

700 sorties par jour 

À un moment donné, Arens a réussi à saisir l'occasion avec son homologue américain. Le 22 janvier à 20 h 30, une roquette a atterri sur la rue Abba Hillel à Ramat Gan, causant de graves dégâts et entraînant la mort de trois personnes âgées à la suite d'une crise cardiaque. Le ministre de la Défense et le chef d'état-major de l'armée israélienne se sont rendus sur le site et sont repartis convaincus que les systèmes patriotes américains étaient incapables d'intercepter correctement les Scuds irakiens. Israël avait atteint les limites de sa patience et de sa retenue.

Israéliens portant des masques à gaz pendant la guerre du Golfe de 1991 (Photo: GPO)

Israéliens portant des masques à gaz pendant la guerre du Golfe de 1991 (Photo: GPO)

 

À 22h30, Arens a convoqué un débat sur la manière dont Israël devrait réagir. "Si les tirs de roquettes ne s'arrêtent pas", a déclaré le ministre de la Défense aux généraux, "nos civils vont fuir les zones urbaines". Cette sinistre prédiction allait se réaliser.

Arens s'est entretenu avec Cheney au cours de ce débat et, pour la première et unique fois, les Américains ont accepté d'autoriser Israël à agir dans l'ouest de l'Irak, à l'ouest d'une ligne de démarcation entre les deux parties. Cependant, les Américains ont souligné à plusieurs reprises qu'ils n'étaient pas en mesure d'organiser une coordination israélienne avec les Jordaniens et les Saoudiens, et que c'était déjà l'affaire d'Israël.

Cependant, les météorologues de l’armée de l’air ont prévenu qu’il ferait mauvais pour l’Irak au cours des deux prochains jours, et que la taille et l’intensité de l’opération étaient également controversées. Le chef de l'armée de l'air israélienne parlait d'environ 700 sorties par jour, sinon il serait impossible de terminer la mission. D'autres ont proposé de se contenter d'actions ciblées menées par les forces spéciales de l'armée. Et encore une fois, ils ont recommencé à se demander qui serait responsable de l'opération: les commandants au sol ou l'armée de l'air?

Lors d’une réunion du Cabinet tenue le 23 janvier à 9 heures, le Premier ministre s’est rendu compte de la situation. Afin d'éviter d'offenser le chef d'état-major et de ne pas sombrer dans le désastre, le Premier ministre a autorisé les préparatifs en cours en vue d'une vaste opération dans l'ouest de l'Irak, mais, rappelant à l'armée ses véritables projets, Shamir a ordonné des plans supplémentaires. être établi. "Jusque-là", dit-il, "il n'y a aucune autorisation pour quoi que ce soit".

Israël n'a jamais frappé l'Irak pendant la guerre du Golfe, même s'il s'en est approché.

La guerre du Golfe est un précédent médiocre. Aujourd'hui, alors qu'Aviv Kochavi prépare l'armée pour l'ère d'après-guerre civile en Syrie, il doit tenir compte du fait qu'Israël sera toujours soumis à des pressions politiques exercées par une puissance qui lui refuserait la liberté d'action - que ce soit les Américains en Iran ou les Russes en Syrie.

 

Le chef des FDI de Satff Aviv Kochavi sur le mur occidental à Jérusalem (Photo: AFP)

Le chef des FDI de Satff Aviv Kochavi sur le mur occidental à Jérusalem (Photo: AFP)

 

Une autre leçon tirée de la guerre du Golfe est que l’armée israélienne n’était pas préparée à changer de menace régionale. Les plans ont été élaborés en temps de guerre et même l'armée n'était pas convaincue de pouvoir tenir le coup. Afin de résister à la pression, l'échelon politique devait s'assurer qu'il disposait d'une véritable armée, sinon la bataille diplomatique serait également perdue.

La troisième leçon était destinée principalement aux voisins d'Israël: lors de la guerre du Golfe, Israël a préparé des mesures punitives particulièrement sévères. Il ne les a pas mises en œuvre car il n'était pas prêt du point de vue politique, opérationnel ou du renseignement. Mais sa volonté de nuire aux populations civiles afin de causer des dégâts énormes à un État ennemi existe toujours. Le renseignement à long terme et les capacités opérationnelles existent également. L'ennemi doit savoir que la seule chose qui empêche Israël de frapper les grandes villes en réponse aux attaques contre ses propres civils est la volonté de l'échelon politique de le faire.

Commentaires

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP