WHATSAPP POUR ENVOI DE PHOTOS UNIQUEMENT : 00972 587 358 770 [email protected]

.

El Nido est une municipalité des Philippines, située sur l’île de Palawan. Classée par les touristes comme un “paradis tropical”. Le Rav Yossi Marom , sa femme Efrat et leurs enfants ont établi un Beth Habad actif et dynamique, un restaurant casher, des cours de Torah, des offices de prières et une maison ouverte toute la journée – et souvent même la nuit.

 

“L’île de Palawan s’étend sur une superficie d’environ la moitié de celle d’Eretz Yisroel”, souligne l’émissaire Habad local, le Rav Yossef Its’hak Marom, qui est actuellement dans sa deuxième année de Chli’hout à El Nido avec sa famille. “Le tourisme est situé à la pointe de l’île. Alors que l’île était autrefois un village de pêcheurs, depuis son développement en une attraction touristique, l’endroit a changé. Les vues sont magnifiques, on a l’impression de vivre dans une carte postale. Ces dernières années, des milliers d’Israéliens, des routards sont venus visiter l’île. “

Au cours des dernières années, de nombreux hommes d’affaires israéliens sont également venus vivre sur l’île. Cela rendait tout à fait clair que Palawan avait besoin d’un Chalia’h permanent. “Nous avons rapidement réalisé le formidable potentiel de Chli’hout dans cette ville”, se souvient le Rav Marom. “A Pessa’h l’année dernière, six cents Israéliens nous ont rejoint pour les nuits du Seder. L’histoire est assez similaire à chaque fête juive, alors que des milliers d’Israéliens franchissent chaque année les portes de notre Beth Habad. “

LE CHOC INITIAL

Il s’avère que la République des Philippines était la deuxième experience de Chli’hout pour la famille Marom. Ils avaient déjà fait un «stage» en remplaçant le Chali’ah à Rishikesh en Inde, pour une période d’un an. Quand ils ont terminé leur Chli’hout, il était clair pour eux que leur objectif était de trouver un autre endroit sur le globe. Quand la proposition d’une Chli’hout aux Philippines s’est présentée, nous sommes tout de suite partis  aux Philippines. “Sans beaucoup de préparation et avec peu de connaissance de l’endroit, nous sommes allés à El Nido”.

“Nous sommes d’abord arrivés à la capitale philippine, Manille, et de là nous avons embarqué sur un vol vers l’île de Palawan. Quand nous avons atterri à l’aéroport de fortune, après plusieurs heures de voyage, nous avons réalisé que nous étions arrivés au fin fond d’une jungle. Une vieille jeep militaire utilisée auparavant par l’armée américaine nous a menés à une cabane improvisée en bois au bord de l’aéroport, où les bagages ont été apportés lentement par deux travailleurs groggy. “

Puis, le Rav Marom a demandé au chauffeur de l’emmener dans magasin pour acheter des produits de base, des fruits et légumes. “Après avoir voyagé pendant environ six minutes, le chauffeur s’est arrêté, “C’est le marché”, dit-il en désignant quelques stands en bois improvisés …

«Il y avait six stands vendant une variété de produits: bananes, aubergines, moteurs à pousse-pousse, jouets, sucre, riz, ballons à gaz, concombres et œufs. Chacun des six stands avait la même marchandise. Nous avons alors réalisé pour la première fois que les tomates et les concombres étaient une denrée très chère ici. En raison de l’humidité étouffante de l’île, ces légumes ne restent pas frais très longtemps et cela ne vaut pas la peine que les marchands les importent en grandes quantités. “

L’électricité sur l’île fonctionne entièrement sur un seul générateur, donc les pannes de courant sont fréquentes, tout comme les services d’eau sporadiques. Assez souvent, l’eau du robinet est mélangée avec des morceaux de boue. “D.ieu merci, nous avons récemment installé une nouvelle pompe dans le Beth Habad”, explique le Rav Marom.

“Il n’y a pas longtemps, j’ai vécu quelque chose d’assez amusant. J’étais assis au Beth Habad, racontant  à un jeune touriste comment le Rabbi envoie des émissaires aux quatre coins du globe, partout où des Juifs peuvent être trouvés, même dans un village isolé en Russie où vivent quelques Juifs âgés qui puisent leur eau dans un puits. Il fut stupéfait, et soudainement nous éclatâmes tous le deux de rire pour la même raison – les conditions de cette Chli’hout sont assez semblables à celles rencontrées par ce Chalia’h dans le lointain village russe. “

LE DÉSESPOIR DE CES DERNIERS JOURS

Lorsque les Marom et leurs enfants sont arrivés à El Nido, ils ont loué une chambre dans une maison d’hôtes locale pendant qu’ils cherchaient un établissement approprié pour servir de base à leurs activités. “El Nido était un petit village de pêcheurs et qui a soudainement acquis une reconnaissance mondiale. Ses habitants sont rapidement devenus très riches grâce à l’industrie du tourisme. La plus petite parcelle de terre sur cette île coûte maintenant très cher et chaque cabane s’est transformée en mine d’or. La ville avait très peu de maisons, et celles qui étaient disponibles étaient transformées en commerces ou en hôtels”.

“La chaleur et l’humidité, le jour de notre arrivée, était tout simplement insupportables. Un soleil brûlant frappait pendant que nous allions de maison en maison, interrogeant sur les logements disponibles. Ceux qui étaient prêts à nous louer une place demandaient une prix astronomiques.”

Pendant une semaine, les Marom ont fait le tour du village pendant qu’ils laissaient leurs trois enfants avec une fille au pair Habad venue avec eux. “Je dois avouer qu’il y avaient des moments où nous étions tourmentés par le doute: Pourquoi avons-nous besoin de tout cela et pourquoi n’avons-nous pas vérifié les choses à fond avant de partir en voyage? Quand je me sentais perdre espoir, ma femme m’encourageait en me rappelant les réponses que nous avons reçues du Rabbi. Pendant cette semaine, c’était notre chambre d’hotel qui servait de Beth Habad. “

Après une semaine de recherches infructueuses, les Marom s’assirent sur un banc dans la cour de l’hôtel – fatigués et assoiffés. “Peut-être étions-nous un peu impétueux quand nous avons pris la décision de sortir en Chli’hout?” Pensai-je. “Nous sommes déjà là depuis une semaine, mais nous n’avons pas réussi à faire quoi que ce soit. C’est une chose de ne pas avoir d’endroit organisé, mais nous n’avons même pas fait d’activités! »

Subitement, un touriste avec un grand sac à dos qui sortait de l’hôtel. Il avait l’air juif, et je lui ai dit en anglais: “Es-tu juif? Il m’a regardé avec surprise et a dit non”.

Ce furent des moments où Dieu mit les mots dans ma bouche. J’étais extrêmement fatigué et je ne pensais vraiment pas à ce que je disais. Je suis généralement un peu plus respectueux et n’essaye pas d’ennuyer les gens.

Avez-vous des amis ou des connaissances juives?”, lui ai-je demandé, même si je pouvais voir qu’il était pressé. Il me regarda surpris et me répondit: “Amis? Ma grand-père maternel était juive. Elle a émigré de Pologne au Paraguay où elle a épousé mon grand-père, qui n’était pas juif. Et maintenant, si vous voulez bien m’excuser, je dois prendre un taxi pour l’aéroport”.

“Quand j’ai entendu cela, tout mon épuisement disparu en un instant, et j’ai commencé à lui poser plus de questions. «Savez-vous ce que sont les Tefillines? Attendez quelques minutes”, ai-je demandé. Je ne lui ai même pas demandé s’il était prêt ou pas – j’ai simplement retroussé sa manche et lui ai mis les Tefillines. Pendant ce temps, d’autres Israéliens sont arrivés et ont commencé à danser autour de nous. «Maintenant, nous allons faire une bar-mitsva pour vous», lui dis-je joyeusement en lui expliquant qu’il était juif à tous les égards.

Au début, il était gelé sur place, cependant, il s’est rapidement réchauffé et a fini par danser avec nous. Comme nous nous séparions les uns des autres, j’ai remarqué qu’une heure s’était écoulée. “Qu’en est-il de votre vol?”, lui ai-je demandé. Il me répondit, les yeux remplies de larmes “Aucune importance, les Tefilines sont beaucoup plus importants. Je prendrai un autre vol”. Je l’ai pris en photos avec les Tefilines, puis je lui ai demandé d’envoyer les photos à sa grand-mère, dans l’espoir que cela susciterait des souvenirs positifs.

Ce réveil spirituel a également eu un effet sur les autres jeunes Israéliens venus participer à cet événement joyeux. Même moi, j’ai retrouvé un sentiment de force et une conscience qu’il y avait de quoi faire ici et que nous n’étions pas venus ici pour rien. Depuis lors, toute l’approche de notre Chli’hout a pris une direction plus appropriée. Toutes les difficultés précédentes semblaient avoir disparu. ”

UNE CRISE INATTENDUE AU MILIEU DE LA NUIT

Le jour suivant, tout a commencé à se faire miraculeusement. Un riche propriétaire avec des dettes bancaires et des créanciers a accepté de nous louer sa maison spacieuse en échange d’un dépôt raisonnable. “Après avoir bien examiné la question et constaté que tout était correct et légal, nous avons demande une bénédiction au Rabbi et nous avons signé le contrat et le Beth Habad El Nido venait d’ouvrir. ”

Les nouvelles se sont rapidement répandues, et l’endroit est devenu un un phare spirituel pour des milliers de touristes israéliens. Une synagogue a été fondée, des cours de Torah ont été établis, et une cuisine casher a commencé ses opérations. Des dizaine de touristes juifs venus du monde entier visitent la Beth Habad chaque jour. Chaque Chabbat, environ deux cents Juifs participent aux prières et aux repas de Chabbat. Des centaines d’autres viennent pour les programmes de vacances Habad.

“Après quelques mois, nous avons fait l’inauguration officielle du bâtiment. En l’honneur de l’ouverture, les autres émissaires aux Philippines sont venus et nous avons publié une annonce qu’un nouveau Beth Habad avait ouvert ses portes dans le pays. Le maire d’El Nido était l’invité d’honneur.”

Le Rav Marom parle avec beaucoup d’enthousiasme du soutien sans réserve du maire d’El Nido pour les nombreux programmes. “Il est un véritable ami, et il contribue même une grande partie de son temps et de son argent à nos activités”. Lorsqu’un émissaire se trouve dans un endroit éloigné comme El Nido, il est responsable de toutes les questions juives de l’endroit. Parfois, il faut aussi faire face à des situations complexes et désagréables. Le premier défi important auquel nous avons été confronté après l’ouverture du Beth Habad, a été l’accident de moto tragique d’un restaurateur israélien local.

Le téléphone dans notre maison a sonné vers minuit et j’ai entendu quelqu’un pleurer sur la ligne. Dans une voix étouffée par les sanglots, un homme m’a parlé de la mort subite de son ami. Les amis de l’israélien n’étaient pas en ville ce jour-là, après avoir volé plus tôt en Thaïlande. Je me suis levé et je suis rapidement allé à l’hôpital local pour m’assurer qu’il n’y avait pas encore eu d’autopsie. Selon la coutume locale, les défunts sont généralement incinérés. Au début, les autorités de l’hôpital ne m’écoutaient pas, jusqu’à ce que le maire se soit impliqué et leur a ordonné de faire tout ce que je demandais: “Il est le chef juif d’El Nido et malheur à quiconque ne suit pas ses instructions!”, leur avait-il dit.

Nous avons traversé deux jours très difficiles. Pour être honnête, je n’avais jamais traité de tels problèmes auparavant. Après avoir demandé conseil au Rabbin Yosef Levy de Manille, qui était à nos côtés pendant tout le processus, nous nous sommes assurés que l’affaire était traitée de manière appropriée. Vous devez vous rappeler que souvent il n’y a pas d’électricité en ville – pas de système de réfrigération, pas d’ordinateur en état de marche, et cela rendait impossible l’impression de documents de sortie sur un certificat de décès. Dans des circonstances normales, nous attendrions simplement que l’électricité soit rétablie. Cependant, il ne s’agissait pas de circonstances normales et je n’acceptais pas d’attendre.  Après deux jours de travail acharné et sans sommeil et grâce à l’intervention du maire, les certificats et permis de police nécessaires ont été écrits à la main.

Mais ce n’est pas seulement pour de mauvaises nouvelles que le Rav Marom a besoin de l’aide du maire; c’est aussi dans les moments de joie. Pessah dernier, il y avaient environ six cents touristes à la table du Seder. La veille de la fête, le Rav Marom s’est rendu compte qu’il n’y avait pas de place pour accueillir autant de monde, alors il s’est tourné vers le maire, qui a accepté d’utiliser la salle des événements municipaux.

En raison de la croissance des activités à El Nido, les Chlou’him envisagent d’élargir leurs programmes de sensibilisation et d’acheter une parcelle de terrain pour construire un Beth Habad spacieux. L’installation comprendra une synagogue, une salle de réunion, un jardin d’enfants, une cuisine casher et un mikvé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP