WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

Chabad.org, traduit par Hassidout.org

 

Quand il est arrivé à l’université de Binghamton dans le nord de l’état de New York, comme étudiant de première année, Kevin Brown de Yorktown Heights, n’avait jamais entendu parler des Tefilines, encore moins les voir ou les mettre. Maintenant, un an plus tard, il est chargé d’initier une campagne de deux jours sur le campus pour encourager les autres étudiants juifs à les mettre et à s’engager dans l’accomplissement d’autres Mitsvot.

 

Kevin Brown est étudiant en biologie, et Ariel Ingber, est étudiant en commerce et marketing. Ils ont mené la campagne «Mitsva Minute», mobilisant 45 étudiants bénévoles pour tenir des stands dans quatre emplacements stratégiques sur le campus de Binghamton. Les principales Mitsvot proposées étaient les Tefilines pour les garçons et les bougies de Chabbat pour les filles, avec la possibilité pour tous de faire une bénédiction sur des buscuits, et de se procurer une  boîtes de Tsedaka.

 

Ces opérations sur le campus ne sont pas nouvelles. Généralement, ce sont les Chlou’him Habad du campus qui font cette démarche lors d’événements et de programmes sociaux. Cette fois-ci, ce sont les étudiants eux-mêmes qui ont initié, planifié et exécuté ces campagnes, apportant un nouvel enthousiasme au projet.

 

« C’est vraiment extraordinaire de voir ces étudiants prendre à coeur et inspirer leurs camarades à faire des Mitsvot. En fait c’est une obligation pour chacun d’aider son prochain », a déclaré le Rav Levi Slonim, directeur du développement au Beth Habad de Binghamton.

 

Kevin Brown a connu par hasard le Beth Habad de Binghamton au début de son arrivée sur le campus. «Je suis entré dans la cuisine du Beth Habad un vendredi soir sur le campus et j’y ai travaillé comme assistant de cuisine depuis ce jour», a-t-il dit.

 

Le Beth Habad de Binghamton est célèbre pour accueillir plus de 400 étudiants pour un somptueux repas tous les vendredis soir.

 

 

Le Beth Habad a été fondée en 1985 par le Rav Aaron Slonim. Il est devenu le centre le plus fructueuses de « Habad on Campus », contactant des milliers d’étudiants au fil des ans. Près de 30% des étudiants du campus sont juifs, soit environ 3 500 étudiants.

 

Kevin Brown a mis les Tefilines pour la première fois alors qu’il se trouvait dans un autocar lors d’une croisière organisée par « Habad on Campus ». « C’est le Rav Levi Slonim qui m’a proposé de les mettre pour la première fois. Je les ai mis quelques fois après cela. Puis, le Rav Aaron Slonim m’a offert une paire de toute neuve et depouis, je les met chaque jour ».

 

«Nous voulions simplement laisser les gens avoir la possibilité en milieu de journée de faire une Mitsva et de se rapprocher de D.ieu », nous confit Kevin.

 

Les étudiants se sont rendu compte qu’il fallait beaucoup de préparation pour réussir un événement. Ils ont donc organisé une session de formation pour les volontaires afin qu’ils apprennent comment mettre les Tefilines aux autres, comment gérer des situations potentiellement sensibles et comment encourager la participation sans être trop insistant.

 

«Nous avons installé quatre endroits stratégiques autour du campus: dans deux salles à manger, au syndicat des étudiants et dans la bibliothèque», a rapporté Kevin. « Nous proposons des boitiers pour les droitiers et les gauchers, ainsi que deux bougies électriques car, pour des raisons de sécurité, les bougies en cire sont interdites dans les dortoirs.»

 

Ariel Ingber raconte qu’une des étudiantes était ravie d’avoir pu se procurer des bougies de Chabbat électriques. En effet, depuis longtemps elle ne pouvait plus allumer sa bougie dans son dortoir.

 

Les bénévoles ont permis à des centaines d’étudiants et étudiantes de mettre les Tefilines, d’allumer les bougies de Chabbat, de réciter une bénédiction sur une collation ou de donner de la Tsedaka.

 

« A la fin de la journée, si une seule personne avait mis les Tefilines cela en aurait valu la peine », a déclaré Ariel Ingber, faisant écho à l’adage talmudique, « Celui qui sauve une vie est considéré comme ayant sauvé un monde entier. »

 

«J’allumais ma bougie de Chabbat avec ma mère chaque vendredi soir», a déclaré Isabelle Sehati, étudiante en sciences politiques, « malheureusement, j’ai du arrêté. Je suis tellement heureuse de pouvoir continuer la tradition loin de la maison et je ne peux que remercier les Habad pour leur dévouement sur le campus. »

 

Le projet a pris une dimension supplémentaire en s’associant à une campagne mondiale de Tefilines en l’honneur du 46ème anniversaire du Rav Yitzi Hurwitz, un émissaire Habad de Californie qui lutte courageusement contre la Maladie de Charcot depuis cinq ans.

 

Le Rav Slonim a également souligné que cette année, la campagne de Tefilines sur le campus avait une signification particulière. En effet c’est la 50ème année depuis que le Rabbi de Loubavitch a lancé la première campagne de Tefilines en 1967, pendant la Guerre des Six Jours.

 

David Jacobson, un spécialiste des sciences informatiques, a lui aussi mis les Tefilines dans l’un de ces stands. Il a déclaré: « il est réconfortant de voir qu’il y a des juifs sur le campus qui sont disposés à consacrer leur temps libre au bien-être spirituel des autres. »

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP