Mme Reizel (Azimov) Raskin est la Chlou’ha au Maroc depuis près de 60 ans, avec son mari, le Rav Yehouda Leib Raskin a »h. Elle est la soeur aînée du Rav Chmouel a »h Azimov, Chalia’h du Rabbi en Ile de France. Elle raconte un miracle du Rabbi en juillet 1971.

Mme Reizel Raskin, quand êtes-vous arrivé au Maroc?
Après la fête de Pessah 1960.

Comment êtes-vous arrivé là-bas?
Avant que mon mari et moi soyons devenus Hatan et Kalla, le Rabbi a demandé si nous étions disposés à aller au Maroc. Mon mari a répondu: “Hineinei, je suis prêt.” Ma réponse était la même.

Était-ce difficile de partir si loin? En 1960, les appels téléphoniques internationaux étaient coûteux et, bien sûr, il n’y avait ni courrier électronique ni Skype.
Si le Rabbi a dit d’y aller, à quoi pensait-il? Nous étions des soldats du Rabbi. Les appels téléphoniques étaient très rares à l’époque et ne faisaient certainement pas partie de notre budget. Nous avons écrit des lettres. Les parents de mon mari vivaient en Israël et à cette époque, vous ne pouviez même pas envoyer une lettre directe du Maroc en Israël [à cause de l’hostilité des musulmans envers Israël]. Nous devions envoyer la lettre soit à New York, soit à mes parents à Paris, et ils la transmettaient en Israël.

Le contenu va ici
Je me souviens qu’à l’époque nous devions traire les vaches et faire bouillir le lait [pour le pasteuriser]. Ce n’était pas comme aujourd’hui ou l’on peut acheter du lait cacher dans une épicerie.

Combien de Juifs étaient au Maroc quand vous êtes arrivé?
Environ 150 000 Maintenant, il n’y en a plus que 2 000 [en raison d’une migration massive de Juifs du Maroc vers Israël et ailleurs au fil des ans].

Avec votre mari décédé il y a 15 ans et avec si peu de Juifs dans le pays, pourquoi restez-vous?
Mon cœur ne me permet pas de quitter un endroit où le Rabbi nous a envoyé.

Est-il vrai que le roi marocain – Hassan II, qui a gouverné de 1961 à 1999 – a beaucoup soutenu votre travail au Maroc?
Il était très heureux parce que cela lui donnait une bonne réputation, à savoir que les Juifs sont capables de vivre sans aucun obstacle. Bien sûr, il y avait des moments où nous devions faire très attention, mais nous y avons survécu. Nous savions que le Rabbi veillait sur nous, nous n’avions donc rien à craindre.

Pouvez-vous partager une histoire de vos six décennies de Chli’hout?
Nous avons dirigé plusieurs écoles et, en 1971, mon mari a organisé un voyage pour que certains enseignants viennent à New York pour voir le Rabbi. Mon mari a écrit au Rabbi, et le Rabbi a répondu que, en raison de la situation politique au Maroc, il valait mieux ne pas voyager.

Le voyage devait avoir lieu le 17 Tamouz. Cette année-là, le jeûne est tombé un Chabbat, il a donc été repoussé à dimanche. Vendredi, nous avons reçu un message du bureau du Rabbi disant que les Habad du monde entier devaient organiser un Farbrenguen ce Chabbat. Plus tard dans la journée, un Chalia’h de Londres nous a appelé pour nous dire que le Rabbi voulait savoir si nous avions bien reçu ce message.

Ce Chabbat, après la Tefila, quelqu’un rentra en courant dans la synagogue et cria: «Ils viennent de tuer le roi!» Tout le monde savait ce que cela signifiait, que nous étions en grand danger parce que le roi Hassan II était connu pour être le protecteur des Juifs. Les gens, ce jour-là, criaient dans la rue: «Tuez les Juifs!». Mon mari, cependant a dit à tout le monde: « Je vous promets que rien ne se passera car il y a un Tsaddik à New York, et il savait ce qui allait se passer. Il nous a demandé de faire un Farbrenguen aujourd’hui et a appelé spécialement pour s’assurer que nous avons reçu son message »

Nous avons appris par la suite que le roi Hassan II avait survécu à la tentative d’assassinat.  Ce putsch avorté a eu lieu le 10 juillet 1971 dans le palais royal, Hassan II fêtant son 42e anniversaire et accueillait pour l’occasion un millier d’hôtes venus du monde entier.

Des soldats commandées par quelques dizaines d’officiers firent alors irruption et tirèrent sur la foule des invités. Cette tuerie fit une centaine de tués et environ 200 blessés parmi les invités du roi. Hassan II sauva sa vie en se cachant plusieurs heures dans un « dressing-room » jouxtant la salle du trône et protégées par sa garde personnelle.

Le roi Hassan II avait ordonné l’arrestation de toutes les personnes ayant tenté de quitter le pays au cours des jours qui suivirent le coup d’état. C’est ce dimanche matin que le groupe d’enseignants devait partir pour New York. Ils auraient tous été arrêtés si le Rabbi ne nous avait pas demandé d’annuler le voyage.

 

L’héritage du Rabbi de Loubavitch 

Nombre de Chlou’him : près de 5 000
Nombre de Chlou’him avant Guimel Tamouz 1994:
1207
Nombre de Chlou’himaprès Guimel Tamouz 1994: 3739
Nombre de Chlou’him aux Etats Unis: 1946
Année de sortie du premier Chalia’h: 1950 – à Casablanca, au Maroc
Année de publication du dernier Chalia’h : 2019 à l’Université Purdue et à Takayama, au Japon.
Nombre de Habad sur les campus: 284|
Nombre de juifs ayant assisté à un Sedarim communautaires de Habad en 2019: 50 000 ont assisté à un Seder dirigé par des «rabbins errants» Ba’hourim . Un nombre incalculable d’autres personnes ont assisté aux milliers de sedarim menés par les Chlou’him .
Nombre d’enfants qui participeront à un camp Gan Israel cet été: 60 000 aux Etats Unis seulement, plusieurs centaines de milliers dans le reste du monde.

(statistiques fournies par Merkos L’Inyonei Chinuch)

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG