WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

 

Ynet, traduit par Hassidout.org

Bien qu'il ait longtemps menacé l'existence d'Israël, l'Iran n'a pas de force aérienne moderne pour affronter Israël. Le lancement de missiles balistiques reste également un point d'interrogation, compte tenu du système de défense antimissile israélien, de la quasi-certitude des représailles israéliennes massives et du risque de s'aliéner davantage l'Occident alors que le président Donald Trump menace de retirer les États-Unis de l'accord atomique.

Pendant ce temps, la stratégie à long terme de l'Iran consistant à s'appuyer sur des groupes et des mandataires alliés se heurte également à des limites. Le Hezbollah, maintenant ensanglanté et battu par la longue guerre syrienne, n'a peut-être pas l'appétit pour un autre conflit alors que le groupe militant chiite tente de s'intégrer davantage dans la politique libanaise locale.

Voici un aperçu de ce qui s'est passé et des défis auxquels l'Iran est confronté.

Dimanche, juste avant minuit, une autre attaque a frappé les avant-postes du gouvernement syrien plus au nord, dans les provinces de Hama et d'Alep. L'Observatoire syrien des droits de l'homme basé en Grande-Bretagne a déclaré que les frappes visant un dépôt d'armes contenant des missiles sol-sol appartenant aux milices iraniennes dans la province de Hama et une base militaire dans la province d'Alep ont tué 26 forces pro-gouvernementales et 18 experts Iraniens.

Les soupçons de ces deux attaques ont immédiatement pesé sur Israël, qui, conformément à la tradition, n'a ni confirmé ni nié avoir mené les frappes. Si les avions israéliens ont effectué le dernier assaut, cela signifierait que Tsahal pénètre de plus en plus profondément dans le territoire syrien, alors que Hama est à environ 180 kilomètres d'Israël.

 

Les limites militaires iraniennes

Alors que le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a qualifié l'attaque du 9 avril de «crime» et que d'autres fonctionnaires ont menacé de se venger, les moyens militaires conventionnelles iraniens sont très limités.

La force aérienne iranienne, en particulier, a souffert depuis la révolution islamique de 1979. L'épine dorsale de sa puissance aérienne demeure les F-4, F-5 et F-14 américains d'avant la révolution, avec un mélange d'autres avions soviétiques et français vieillissants. Cette flotte est dépassée par les avions de combat modernes fournis par les États-Unis à Israël et aux pays arabes du Golfe.

Pour contrer cela, l'Iran a consacré une grande partie de son argent au développement de missiles balistiques qui, selon lui, constitue un moyen de dissuasion défensive contre une attaque aérienne directe. La Garde révolutionnaire iranienne, force paramilitaire intransigeante relevant uniquement de Khamenei, contrôle ces missiles balistiques qui peuvent atteindre Israël.

Il y a un précédent récent pour l'Iran qui lance des missiles balistiques pour venger les attaques. En juin dernier, six missiles iraniens Zolfaghar visaient des positions de groupes de l'État islamique en Syrie en représailles à une attaque revendiquée par l'EI contre le parlement iranien et le mausolée de Ruhollah Khomeini, le fondateur de la République islamique. Cependant, les médias israéliens ont rapporté plus tard qu'un seul a atteint son objectif, ce qui a été démenti par l'Iran.

Israël, en coopération avec les États-Unis, a également mis au point un système de défense antimissile multicouche qui peut le protéger contre les tirs iraniens. Alors qu'aucune défense antimissile n'est parfaite, Israël pourrait se défendre. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui est depuis longtemps un faucon sur l'Iran, n'hésitera probablement pas à lancer une attaque massive en représailles.

L'accord nucléaire dans la balance

Une attaque de missiles contre Israël entraînerait une réponse immédiate de l'Occident, en particulier des États-Unis, qui ont longtemps agi en tant que garants de la sécurité d'Israël. Trump a promis "nous n'avons de meilleurs amis nulle part" qu'Israël et déplace l'ambassade américaine à Jérusalem , ce qui a irrité les Palestiniens et leurs partisans arabes, qui revendiquent Jérusalem-Est comme capitale d'un futur Etat.

Toute action militaire isolerait davantage l'Iran alors que Trump se verrait imposer une date limite fixée au 12 mai pour décider quoi faire de l'accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales. Cet accord a permis à l'Iran de vendre du pétrole brut sur le marché international et de regagner l'accès aux banques du monde. Perdre pourrait signifier d'autres problèmes économiques pour l'Iran, qui a déjà vu sa monnaie, le rial, dégringoler face au dollar américain.

Alors que les Iraniens moyens n'ont pas bénéficié directement de l'accord nucléaire, ils ont fortement ressenti la crise monétaire. Les officiels du gouvernement iranien reconnaissent que la colère, couplée à des ressentiments encore fumants après les manifestations à l'échelle nationale qui ont balayé le pays en décembre et en janvier, pourraient encore remettre en question leur domination. Cela pourrait s'accentuer avec une attaque sur Israël.

 

Problèmes internes du Hezbollah

L'Iran pourrait se rabattre sur ses alliés ou mandataires militants régionaux pour lancer une attaque, une stratégie qu'il a utilisée avec beaucoup de succès après sa guerre ruineuse des années 1980 avec l'Irak. Après l'invasion américaine de 2003 qui a renversé Saddam Hussein, les Etats-Unis ont accusé l'Iran d'avoir entraîné des militants irakiens à construire des projectiles soi-disant explosifs, qui ont pénétré dans des véhicules blindés pour mutiler et tuer des soldats. Téhéran a nié faire cela. Les nations occidentales et les experts de l'ONU affirment également que l'Iran a fourni des armes aux rebelles chiites qui tiennent maintenant la capitale yéménite, des armes légères aux missiles balistiques, ce que Téhéran nie également.

Le Hezbollah, le groupe militant libanais et l'organisation politique qui a poussé les forces israéliennes à quitter le Liban en 2000, est la plus grande réussite de l'Iran. Depuis lors, le Hezbollah est resté un adversaire d'Israël et a combattu une guerre en 2006. Les collines qui bordent Israël restent la forteresse du Hezbollah.

L'Iran pourrait riposter par l'intermédiaire du Hezbollah, mais le groupe a été battu dans la guerre syrienne. Soutenant le président syrien Bachar Assad, il a vu des centaines de ses combattants tués et blessés.

Le Hezbollah veut également s'intégrer davantage dans la politique libanaise locale alors que la nation vote dimanche pour un nouveau parlement, pour la première fois en neuf ans. Le lancement d'une nouvelle guerre pourrait mettre en danger sa base de soutien politique, y compris peut-être parmi sa circonscription chiite, qui se méfie d'une autre guerre ruineuse avec Israël.

Qu'est-ce qui se passe maintenant?

Pour l'instant, l'Iran continue de menacer verbalement de représailles. Si ce n'était pas le cas, Israël pourrait se sentir encouragé à lancer des frappes encore plus profondes en Syrie pour éliminer les principales bases iraniennes avant la fin de la guerre. Mais la poursuite des frappes risque d'aggraver l'escalade de toutes parts, le Hezbollah étant toujours lourdement armé juste de l'autre côté de la frontière israélienne. La réaction de la Russie et des États-Unis à toute escalade reste également une question.

 

Commentaires

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP