Plus d’une centaine de tombes du cimetière juif de Westhoffen (Bas-Rhin), à l’ouest de Strasbourg, ont été maculées de croix gammées. Cette profanation découverte mardi 3 décembre a semé la « consternation » en Alsace où une série d’actions similaires ont été perpétrées ces derniers mois.

La France va ouvrir un bureau national pour mener la lutte contre les crimes de haine après la profanation de 107 tombes dans un cimetière juif du nord-est du pays, a annoncé
mercredi le ministre de l’Intérieur .

La présence de croix gammées et d’autres graffitis antisémites sur les tombes du cimetière de Westhoffen à environ 25 kilomètres à l’ouest de Strasbourg en Alsace était la dernière attaque raciste à avoir secoué le pays.

Le bureau, qui ferait partie de la gendarmerie française, sera chargé d’enquêter sur ce crime mais également sur tous les actes antisémites, anti-musulmans et anti-chrétiens, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

« La République elle-même a été profanée », a déclaré Castaner après avoir visité le cimetière datant du XVIe siècle.

La région alsacienne a subi une vague de vandalisme raciste au cours de l’année écoulée, notamment la profanation de 96 tombes dans un cimetière de Quatzenheim en février, qui a provoqué l’indignation nationale.

« L’antisémitisme est un crime et nous le combattrons » « Les Juifs sont et font la France », a rappelé Emmanuel Macron.

« L’antisémitisme est un crime et nous le combattrons, à Westhoffen comme partout, jusqu’à ce que nos morts puissent dormir en paix », a tweeté le président Emmanuel Macron dans la soirée. « Ceux qui s’attaquent à eux [aux juifs], jusque dans leurs tombes, ne sont pas dignes de l’idée que nous avons de la France », a poursuivi le chef de l’Etat.

« Les Juifs sont et font la France. Ceux qui s’attaquent à eux, jusque dans leurs tombes, ne sont pas dignes de l’idée que nous avons de la France. L’antisémitisme est un crime et nous le combattrons, à Westhoffen comme partout, jusqu’à ce que nos morts puissent dormir en paix. »

Selon le président du consistoire israélite du Bas-Rhin, Maurice Dahan, le cimetière compte environ 700 tombes, dont 107 ont été profanées. Ce cimetière accueille plusieurs sépultures des familles de l’ancien président du Conseil Léon Blum et de l’ex-président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré. Exprimant sa « colère devant ces gestes ignobles, scandaleux et révoltants », ce dernier a déploré « une insulte à la mémoire, une insulte à ces femmes et à ces hommes qui ont honoré la France et sont enterrés à Westhoffen ».

La profanation a suscité une cascade de réactions indignées. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a exprimé sa « révolte et de son « dégoût » et Christophe Castaner a dénoncé « des actes abjects et répugnants ». Le ministre de l’Intérieur est attendu sur place en fin de matinée mercredi pour une « cérémonie de recueillement ». Le parquet de Saverne a indiqué avoir ouvert une enquête préliminaire confiée à une « cellule spéciale » de la gendarmerie.

Le nombre croissant d’infractions anti-juives dénoncées à la police – en hausse de 74% en 2018 par rapport à l’année précédente – a alarmé le pays, qui abrite à la fois la plus grande communauté juive et la plus grande communauté musulmane d’Europe.

« Les Juifs sont et font la France », a écrit mardi le président Emmanuel Macron sur Twitter. « Ceux qui les attaquent, même leurs tombes, ne sont pas dignes de l’idée que nous avons de la France. »

« L’antisémitisme est un crime et nous le combattrons à Westhoffen comme partout jusqu’à ce que nos morts puissent dormir en paix », a-t-il ajouté.

 

 

 

 

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG