LA HALA’HA

Les femmes sont exemptes de la Mitsva de secouer le Loulav. [1] Néanmoins, si elles désirent secouer le Loulav, elles peuvent le faire. [2] Dans la pratique, les femmes ont accepté comme une obligation de secouer le Loulav. [3] [En conséquence, les femmes doivent être particulièrement attentives à secouer le Loulav chaque jour de Souccot, en raison de la coutume acceptée. De même, il est d’usage d’éduquer les filles à secouer le Loulav. [4] ]

La bénédiction : [5] Une femme [d’origine ashkénaze [6] ] qui secoue le Loulav peut choisir de réciter une bénédiction avant de le faire, tout comme un homme récite avant d’accomplir la mitsva. [7] [Le premier jour ou par la première fois, elle peut également réciter la bénédiction de Shehe’hiyanou. [8] ] Cependant, si une femme ne sait pas comment dire la bénédiction, un homme ne peut pas dire la bénédiction à sa place. [9][Une bénédiction ne peut être récitée que si l’ensemble du Loulav est casher, selon Halacha. Il est donc impératif que les femmes  soient conscientes des lois en cause qui peuvent invalider un Loulav. Le premier jour de Souccot, si une femme secoue le Loulav d’un autre, il doit lui être offerte en tant que Matana Al Menas Leha’hzir, comme le veut la règle d’un homme.]

CONCLUSION:
Bien que les femmes soient exemptées de la mitsva de secouer le Loulav, elles l’ont néanmoins acceptée comme une obligation et doivent donc faire de même chaque jour de Souccot.
La bénédiction peut être récitée par la femme avant de secouer le Loulav.

QUESTION RÉPONSE

Les femmes doivent-elles secouer le Loulav dans les six directions, comme le font les hommes?
Certains Poskim [10] écrivent que, selon la Kabala, les femmes ne doivent pas secouer le Loulav dans toutes les directions, mais simplement le secouer une fois, cela suffit.

Un homme peut-il donner à une femme les Daled Minim à secouer?
Oui. Certains [11] cependant qu’il faut éviter de le faire pour des raisons de Tsniout. Voir la suite concernant une femme mariée.

Peut-on donner à une femme mariée à secouer les Daled Minim les premiers jours de Souccot?
Selon certains Poskim [12] ,on ne peut donner à une femme mariéede secouer les Daled Minim, le ou les premiers jours de Souccot, à moins d’indiquer explicitement qu’il s’agit d’une Matana Al Menas Lehachzir. [13] Le premier jour de Succot, une femme mariée devra, si possible, secouer le Loulav de son mari.

Les femmes peuvent-elles manger avant de secouer le Loulav?
Il est de coutume que les femmes, également, ne mangent pas avant de secouer le Loulav. [14] Il est cependant autorisé aux femmes à consommer jusqu’à 55 grammes de mezonot, une quantité illimitée de fruits et de légumes et une quantité illimitée de boissons. [15] Cela s’applique certainement à une femme enceinte, qui allaite ou qui se sent faible. [16] Cependant, elle ne devrait pas manger un repas complet ni plus de 55 grammes de Mezonot avant d’avoir secoué le Loulav. [17] Si, toutefois, elles estiment avoir besoin de mznger cette quantité de nourriture, alors c’est totalement permis. [18]

 

NOTES
____________________

[1] Admur 17: 3; Rama 658: 9 «Les femmes sont exonérées de la Mitsva de Etrog car elles ne sont pas obligées dans la mitsva»; Rambam Loulav 7:19 [Vetzaruch Iyun pourquoi cela n’a pas été enregistré explicitement dans Shulchan Aruch]; M ”B 655: 1

[2] Admur 17: 3; 589: 2; Michaber 589: 6; R ”H 33a comme règles Rabbi Yossi et Rabbi Shimon; Rabbeinu Tam; Couru; Rosh là-bas; Beis Yosef 589; Voir Kaf Hachaim 589/22

[3] Admur 17/3; Taz 658: 6

[4] Nitei Gavriel 41: 4

[5] Admour 17: 3; 589: 2; Rama 589: 6; Taz 658: 9; M « A 658: 11; M « B 655: 1; Rabbeinou Tam R ”H 33a; Couru; Rosh au nom de Mahritz Geiot; Tour 589; Ritva Sukkah 2; Rashba 123; Maggid Mishneh Shofar 2 au nom de Rashba; Shout Min Hashamayim 1; Birkeiy Yossef 654: 2; Yossef Ometz 82; Voir Kaf Ha’haim 17: 4; 589: 23; Darkei ‘Haim Vehsalom 778

Autres opinions – Sefaradim : Certains Poskim déclarent que les femmes ne peuvent jamais réciter une bénédiction sur une mitsva pour laquelle elles ne sont pas obligées. [Michaber 589/6; Beis Yossef 589; Rambam Hil’hos Tzitzis; Igour au nom de Reb Yeshaya; Rachi, introduit Hagahot sur Rambam; ‘Ha’ham Tzevi] Les Mi’haber ibid ont déclaré qu’elles ne pouvaient pas réciter une bénédiction en tant que Safek Bra’hot Léhakel. [Beis Yossef 589] Le Birkeiy Yossef ibid déclare qu’après avoir vu la réponse du ciel à Shout Min Hachamayim, il s’est rétracté et a ordonné aux femmes de réciter la bénédiction. Il conclut que si le Mi’haber avait vu le Shout Min Hashamayim, il serait certainement revenu sur sa décision.

Une femme Nidda peut-elle réciter les bénédictions? Voir Darkei Teshuvah YD 195: 58; Shoul’han Mela’him Nida 4; Yalkut Hagershoni 658: 5; Nitei Gavriel 41: 3

[6] Voir la note précédente.

[7] La raison pour laquelle il est permis aux femmes de dire une bénédiction alors qu’elles ne sont pas obligées de suivre un commandement : les femmes ont l’habitude de bénir même les commandements dont elles sont exemptées du fait qu’il s’agit d’un Mitsva Asseh Chehazman Grama. Ainsi, dans ce cas également, les femmes peuvent dire la bénédiction avant de secouer le Loulav. [Admour 589: 2 concernant Shofar] Les femmes peuvent dire une bénédiction de «Asher Kidishanou… Vitzivanu ..» sur des ordres qu’elles sont exemptées d’accomplir, étant donné que les hommes sont commandés dans cette mitsva. En outre, bien qu’elles ne reçoivent pas autant de récompense qu’un homme qui est commandé dans la mitsva, elles reçoivent une récompense et peuvent donc elles aussi dire une bénédiction comme un homme. [Admour 17: 3] [8] Rabbeinou Manoach Loulav 4:19; Voir Yabia Omer 4:50; Piskeiy Teshuvos 655: 3

[9] Admour 589: 2; Rama 589: 6; Darkei Moshe 589: 2

Raison pour laquelle un homme peut ne pas dire la bénédiction pour les femmes: Les femmes ne sont pas obligées par le commandement de Loulav et ne sont donc pas invitées à dire la bénédiction. Ainsi, un homme n’a aucune obligation de réciter la bénédiction lui permettant d’accomplir cette mitsva facultative. Dans un tel cas, si un homme dit la bénédiction aux femmes, cela est considéré comme une bénédiction inutile et est donc défini comme une bénédiction vaine. Cependant, les femmes elles-mêmes peuvent choisir de dire la bénédiction pour les raisons expliquées dans les notes précédentes. [ibid] Vetzari’h Iyun sur la façon de comprendre cette raison. Pourquoi les hommes ne peuvent-elles pas dire cette bénédiction facultative pour les femmes, tout comme les femmes peuvent le dire pour elles-mêmes? En d’autres termes, si nous autorisons une bénédiction facultative pour les femmes, pourquoi ne pouvons-nous pas également permettre aux hommes de dire pour le bien des femmes? La raison en est peut-être que, puisque la bénédiction est facultative et que l’homme ne gagne rien en la disant [pas même une exemption de Areivout], elle est donc considéré comme une bénédiction inutile pour lui. Cependant, les femmes peuvent dire que c’est parce qu’elle gagne l’accomplissement de la mitsva et que ce n’est donc pas inutile.

[10] Rav Poalim 1 Sod Yesharim 12 basé sur Kabala; Eitz Hassadeh 568: 11; Meorei ou 3 p. 69; Nitei Gavriel

[11] Voir Orchos Chaim 657: 5; Piskeiy Teshouvos 655: 3 note de bas de page 11

[12] Bikureiy Yaakov 657: 5 ramené Kaf Ha’haim; Piskeiy Teshouvos 654/3

[13] La raison : tout ce que l’épouse acquiert est acquis par son mari et, par conséquent, elle ne peut pas rendre le Loulav au propriétaire sans son autorisation, ce qui saboterait tout le Kinyan au départ. [Bikureiy Yaakov ibid] [14] Ashel Avraham But’ha’h 589 concernant Shofar et Loulav; Mahadourah Tinyana 592; Alef Hamaguen 651/25; Mishnat Yaakov 652/2; et c’est ce qui est suggéré dans Kitsour Choul’han Arou’h 129/19; Ateret Zkeinim 589 en ce qui concerne Shofar et il en irait de même pour le Loulav

La raison : bien que les femmes ne soient pas obligées de secouer le Loulav, néanmoins, puisqu’elles l’ont acceptée comme une obligation [voir Admour 17/3], elles doivent donc également suivre la décision de ne pas manger avant de faire la mitsva. [Ashel Avraham ibid] [15] Selon certains Poskim, même un homme est autorisé par la loi à manger de ces aliments, et s’il est faible, il est permis selon tous. Ainsi, les femmes qui ne sont même pas obligées de participer à la mitsva sont autorisées. [Voir Piskeiy Teshuvos 585/2 note de bas de page 26 qui utilise cette logique pour les femmes même légèrement faibles] [16] Piskeiy Teshuvos 585/2 note de bas de page 26

[17] Cela est conforme à la décision des Poskim susmentionnée, selon laquelle les femmes ne mangent pas avant d’agiter le Loulav. Ainsi, si l’on est capable de se rassasier d’autres aliments autorisés par la loi stricte, il est préférable de le faire.

[18] ‘Hayeh Adam 141/7; Kitsour Choul’ha Arou’h  ibid; Ashel Avraham ibid [Ils ne limitent pas la quantité de nourriture qu’ils peuvent manger]; Piskeiy Teshuvos 585/2.

 

בקשר לברכת נשים על הלולב
רב מנחם ללום

הנה בתוספות בקשר לשאלה איך יכולות נשים להגיד בברכה ״ציונו״ (וכמו שמקשה הרמב״ם והסמ״ג ועוד ראשונים) ומסביר ש״ציונו״ זה הולך על כלל ישראל ועיין מ״ש אדמור הזקן בקונטרס.אחרן סימן ע סעיף קטן א מגן אברהם.

בשם השל״א בעניין ״וציונו״ובצ״צ). וכן כתב הלבוש (תלמידו של הרמ״א) בסימן יז סעיף ב.

וכן כתבו הרבה מהאחרונים ולמשל עיין צמח צדק חלק ג באורח חיים.

והנה אפילו אצל הספרדים נשים היו מברכים על הלולב בספר כמובא בהריץ בספרו פסקי הרי »ץ גיאת שאגב הוא מהראשונים והי׳ ספרדי), וכן כתב החיד״א, כמו שמובא בספר ברכי יוסף ובשו״ת יוסף אומץ סימן פס כך שדעתו של החיד״א ברורה.

ועוד הרבה מהפוסקים הספרדים כתבו כך, למשל עיין בשו״ת פני יצחק (של הרב יצחק אבולעפיה שהי׳ פוסק ספרדי מדמשק האח של הרב אברהם) שפסק שיברכו בסימן מ . וכן בספר זכור לאברהם אלקלעיב ח״א חאו״ח ה׳ ברכות, אות נ׳ וח״ג חאו״ח אות ב’ ס״ק י״ז.

ואגב שם (בחלק א׳) מסביר שאין זה נגד הכלל דספק ברכות להקל, כי במקום מנהג אין לומר ספק ברכות להקל.

גם השדה חמד מערכת מ אות קלו כותב (אחרי שהביא הסברות לכאן ולכאן) ״ואנו אין לנו אלא דברי החיד״א״ גם בספר משפט עוזיאל חלק ד עניינים כללים אגב שהי׳ חכם ופוסק ספרדי מירושלים ונקרא חכם באשי) סכותב כך, גם בספר זכרונות אליעזר של הרב סלימאני שהיה גם ספרדי בסוף ספרו סימן ד שכתב שבחברון בעיה״ק נהגו נשים לברך על לולב (והובא בשו״ת ציץ אליעזר), גם הגאון הגדול רב עבדאלה סומך (שהי׳ פוסק ספרדי מבגדד) חזר על מה שכתב (עיין בספרו זבחי צדק סימן קי אות קנ״ח ובסוף ספרו) שפסק נשים צריכות לברך על לולב, וכן הבן איש חי בספרו רב פעלים ח״א סוף סימן יב כותב שנהגו נשים בבבל לברך וכן כתב הכף החיים יז.ד גם בשו״ת יפה ללב (של הרב יצחק פלאגי שהיה פוסק גדול באיזמיר) ותקפ״ט כג וכן הרב שלום משאש בשו״ת שמש ומגן חלק ב ע״ב כותב; ״רשאיות לברך״ גם הרב עובדיה הדאיה (הובא בשו״ת ציץ אליעזר חלק ט סימן ב,).

אגב הרב וולנדברג (ספר ציץ אליעזר חלק ט סימן ב מביא המון מקורות (עיי״ש) שהרבה ספרדיות נהגו לברך על לולב, וכן פוסק החיי אדם.

והנה מה שכותב הרב עובדיה (ביחוה דעת א .סח ו יביע אומר חלק לט מב וילקוט יוסף סימן נא סעיף לג) שנשים לא מברכות כלל על מצוות שהזמן גרמא

על כל פנים אי אפשר להגיד שזה כל.הפוסקים הספרדים כמו שכתבנו.

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG