WHATSAPP POUR ENVOI DE PHOTOS UNIQUEMENT : 00972 587 358 770 [email protected]

 

M. Raphael Nouril, artiste classique, vit actuellement à Londres, en Angleterre. Il a produit de nombreuses peintures représentant des personnalités religieuses et politiques, ainsi que tous les aspects de la vie familiale juive.

Je suis née en 1940 à Tabriz, en Iran, où j’ai été éduquée en tant qu’artiste dans le style classique par Reza Samimi, le portraitiste royal de Perse en 1954. A une époque où l’art moderne dominait l’Europe et l’Amérique, en Iran, l’enseignement était classique.

J’ai voyagé en France pendant un certain temps et j’ai visité l’École des Beaux-Arts de Paris pour leur montrer mon travail. Ils ont répondu très positivement et m’ont suggéré de visiter les musées d’Art Classique pour me familiariser dans les œuvres des anciens maîtres.

J’ai immigré à Londres, où j’ai continué à pratiquer mon art. Je me considérais comme laïque jusqu’en 1983, quand tout a changé pour moi.

A cette époque, ma femme et moi vivions à Londres, à côté d’une famille Loubavitch, les Rutman. Lors de l’une de mes visites chez eux, j’ai vu un portait du Rabbi accroché au mur, et j’ai été inspiré pour peindre son portrait. C’était une décision difficile parce que j’avais besoin de m’identifier à lui. Quand je peins quelqu’un, je ne reproduis pas simplement ses traits, j’ai besoin de transmettre son caractère et ses sentiments.

Bien que j’avais déjà peint de nombreuses personnalités connues, y compris le Shah d’Iran, je n’avais jamais peint de saint homme auparavant. Je m’approchais toujours de mes sujets en essayant de les connaître, mais comment pouvais-je connaître un saint homme?

Je me sentais distant sur plusieurs niveaux. En plus d’être physiquement à plusieurs milliers de kilomètres du Rabbi, étant laïque, je ne me sentais pas non plus capable de m’identifier à lui. Je devais y remédier en devenant plus proche, à la fois physiquement et spirituellement.

Pour commencer, puisque le Rabbi était à New York et que j’étais à Londres, j’ai commencé à regarder des vidéos de lui, et j’ai emprunté quelques photos à Mr Guedalya Rutman, mon voisin Loubavitch . Mais cela ne suffisait pas. Dans ma quête pour me rapprocher de lui, je commençais à prier, à mettre les Tefilines et même à garder le Chabbat et les jours de Fêtes.

Après deux mois de pratique du Judaïsme, je me sentais prêt à commencer à peindre le Rabbi. Quand je peignais dans le passé, je dessinais souvent et effaçais le contour plusieurs fois avant d’être satisfait; Je frottais ce que j’avais fait et recommençais, parfois deux ou trois fois. Mais dans ce cas, je n’ai jamais rien effacé – même pas une seule fois! Je sentais comme si une force conduisait ma main à la destination de chaque ligne. J’ai commencé avec les yeux du Rabbi, les peignant sur une toile vierge puis, les yeux me regardant, j’ai continué à peindre le visage.

Quand j’ai presque terminé le portrait, j’ai voyagé avec Guedalya Rutman chez le Rabbi pour compléter les dernières touches du tableau. Cependant, en 1984, le Rabbi n’accordait plus d’audience privée et, quand je suis arrivé au quartier général de Loubavitch, on m’a dit de laisser la peinture à son secrétaire et qu’elle serait montrée au Rabbi plus tard. Ce que je ne pouvais pas faire parce que j’étais venu pour rencontrer le Rabbi en personne. Au lieu de cela, j’ai attendu dehors, le portrait recouvert d’un tissu, espérant le dévoiler lorsque le Rabbi arriverait le matin. Lorsque le Rabbi est sorti de sa voiture, ma femme a retiré le tissu du portrait et et le montra au Rabbi.

J’avais prévu de lui demander son avis mais, le Rabbi sourit et dit : «Les mains comme ça sont interdites … elles devraient être comme ça.», en posant sa main droite sur sa main gauche. J’avais peint le Rabbi avec ses doigts entrelacés, quelque chose qui, je l’ai appris plus tard, est problématique. J’ai demandé au Rabbi de commenter le visage. Le Rabbi fixa le visage et répéta trois fois « Très bien ». Puis il ajouta, avec un large sourire, « Mieux que l’original! »

Quand je suis rentré à la maison, j’ai effacé la partie des mains en utilisant un acide spécial, et j’ai recommencé à peindre les mains. Quand j’ai terminé, j’ai envoyé une photo au bureau du Rabbi. Ensuite jai fait imprimer 358 lithographies en édition limitée de l’original, valeur numérique du mot Machia’h , un sujet dont le Rabbi était si passionné. J’ai numéroté et signé chacune d’elles et envoyé la dernière au Rabbi.

Toute cette expérience m’a rapproché de la communauté Loubavitch à Londres. Dans le processus, j’ai appris plus sur le Rabbi, surtout qu’il était très étroitement lié à son beau-père, le précédent Rabbi. Donc, j’ai décidé de les peindre ensemble.

Après une longue recherche, j’ai trouvé une très petite photo des deux ensemble. Cette photographie a été prise peu de temps après le mariage du Rabbi avec la fille du précédent Rabbi. Il était très jeune sur cette photo et le Rabbi précédent tenait sa main d’une manière touchante. J’ai décidé de reproduire cette photo sur une toile grandeur nature.

Il m’a fallu un an pour l’achever, et je l’ai apporté à New York pour le montrer au Rabbi en 1988, l’année où sa femme est décédée. Quand je l’ai dévoilé pour lui, il était clairement très heureux.  » Spasiba « , a-t-il dit, « Merci » en russe, puis, il est passé à l’anglais, en disant, « Merci beaucoup de me l’avoir montré. Ce tableau est un bon début pour que vous doubliez vos efforts et que vous répandiez le judaïsme à travers vos œuvres d’art avec votre épouse.  »

Puis il m’a donné, à moi et à ma famille, de nombreuses bénédictions pour le succès et plusieurs dollars pour la Tsedaka. Alors que je m’éloignais, il m’a rappelé et a levé les mains en disant: « N’oubliez pas de grandir … en haut! »

À partir de ce moment, des choses inhabituelles ont commencé à se produire avec mes peintures. Elles sont devenus des moyens pour de nombreuses personnes de revenir au judaïsme. cela montre à quel point la bénédiction d’un homme saint peut influencer le monde.

Parmi de nombreux exemples, voiciune histoire que je voudrais raconter:

Un jour, j’étais en Floride et je me suis arrêté dans une galerie de Bal Harbour. J’ai commencé à parler avec le propriétaire, un vieil homme. Il était juif mais il était éloigné du judaïsme, depuis de terribles tragédies dans sa famille. Puis, j’ai sorti mon portfolio, et il a été immédiatement frappé par le portrait du Rabbi et l’a acheté.

J’ai eu l’occasion de le visiter quelque temps après et j’ai appris qu’il avait dépensé cinq cents dollars pour encadrer le portrait et qu’il avait refusé de le vendre. Quelque temps plus tard, des jeunes Habad ayant remarqué le portrait ont commencé à lui parler et l’ont aidé à mettre les Tefilines . Il était devenu pratiquant à soixante-quinze ans!

Quand j’ai entendu cela, je me suis souvenu de ce que le Rabbi m’a dit: « Répands le Judaïsme avec tes œuvres d’art » et, grâce à sa bénédiction, c’est arrivé!

 

Commentaires

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP