WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

Il était principalement un écrivain respecté, un intellectuel de renommée mondiale, mais l’autre aspect de sa personnalité, en tant que symbole de l’Israël laïc, éloignait un large public, en particulier religieux, qui avait du mal à s’identifier à son image et à se connecter à ses œuvres.

 

Amos Oz (hébreu : עמוס עוז), nom de plume d’Amos Klausner, né à Jérusalem le 4 mai 1939 et mort le 28 décembre 2018 à Tel Aviv, est un poète, romancier et essayiste israélien. Il est professeur de littérature à l’université Ben Gourion de Beer-Sheva. Amos Oz est le cofondateur du mouvement La Paix maintenant et un fervent partisan de la solution d’un double État au conflit israélo-palestinien.

Une relation spéciale développée au fil des ans entre Amos Oz et l’émissaire Habad d’une ville d’Ukraine a été révélée après la mort de l’écrivain, une profonde amitié qui a conduit le défunt à découvrir et approfondir une sensibilité au judaïsme et un lien avec la tradition.

Tout a commencé avec la décision de la municipalité de Rovno en 2014 de commémorer la maison de la famille Musman, où Fania, la mère d’Amos Oz, a grandi. La maison, que l’écrivain décrit dans «Une histoire d’amour et de ténèbres», est devenue une destination touristique pour de nombreux Israéliens, et les autorités locales ont voulu installer une plaque commémorative à l’extérieur. Elles ont demandé au rabbin Shneor Zalman Schneerson, rabbin de la ville et émissaire de Habad à Rovno, de contacter le fils vivant en Israël pour lui demander de participer au libellé de la légende.

« Amos a suivi le processus de commémoration, et sa fille Fania a assisté à la cérémonie, qui était magnifique et très impressionnante », raconte le rabbin Schneerson. « Amos Oz était très ému et m’a demandé de venir lui rendre visite lorsque je me rendrais en Israël. Cela a été le début d’une relation amicale entre nos deux familles, qui a duré jusqu’à aujourd’hui. Depuis, nous nous sommes parlé chaque semaine et nous avons beaucoup correspondu.  »

« Un Juif très chaleureux »

Lors de leur première rencontre, Oz s’est intéressé au nom de Schneerson. Il lui a demandé s’il était en famille avec celle qui fut son institutrice, la poétesse Zelda. La réponse fut positive. « Chaque fois que nous nous sommes rendus en Israël, il nous a invités, mentionnant qu’une bouteille de whisky était déjà sur la table et nous attendait. »

Le Rav et la fille d'Amos Oz

Le Rav et la fille d’Amos Oz

 

« C’était un Juif très chaleureux, un homme avec une grande âme, se souvient Schneerson. Même si nos points de vue sur de nombreuses questions étaient opposés, dés notre première rencontre, le courant est passé. Il a écouté, raconté et bien sûr exposé ses opinions, mais il était bien plus conciliant que querelleur. Il souffrait beaucoup de l’ignorance de la jeune génération et ne cachait pas sa frustration devant son absence de valeurs.  »

L’émissaire de Habad à Rovno décrit Amos Oz comme un « homme sociable » et déclare: « Tout ce que vous avez lu dans » Une histoire d’amour et de ténèbres » sur cette culture de rencontres entre amis juifs et arabes à la maison existait vraiment. Il avait beaucoup d’amis ».

Un des événements qui a particulièrement touché le rabbin Shneor fut son quarantième anniversaire, lorsque sa femme a voulu le surprendre et a invité Amos Oz à lui écrire une bénédiction. « Amos était désolé de ne pas avoir eu le temps d’enregistrer un message vidéo, mais il a envoyé une lettre très émouvante et inhabituelle, et il est clair qu’il était très ému », dit-il.

Amos Oz était lié à D.ieu à sa manière

Amos Oz s’est également confié à son jeune ami sur des questions religieuses: « Nous avons commencé à parler de foi, il était assez intelligent pour comprendre qu’il pouvait se définir en tant que croyant et il m’a donc parlé de lui-même », raconte le rabbin Shneor, « il ne respectait pas tous les commandements mais était lié à D.ieu à sa manière – ce qui ne contredit pas la foi.  » Un jour, Amos a demandé à Shneor de réciter la prière du Kaddish à la mémoire des fils et filles de la famille de sa mère, Musman, qui ont été assassinés à Rovno, au cours de l’Holocauste, comme la plupart des habitants de la ville.

« Quand il a découvert qu’il était malade, il l’a partagé avec nous et je peux vous dire que pendant toute la période où il s’est battu contre la mort, nous avons été témoin de sa grande foi. Amos était croyant.  Je lui ai dit qu’il était né le 15 du mois de Iyar, tout comme mon épouse et l’un de mes enfants. À cette date, la Manne, le pain spécial que les enfants d’Israël mangèrent dans le désert après l’exode d’Égypte, a cessé de tomber du ciel,. Dès lors, ils durent avoir la foi que le Saint Béni soit-Il, leur fournirait une nourriture naturelle pendant leur voyage vers la Terre d’Israël.

Le rabbin Shneor Zalman Schneerson souhaitait terminer par l’éloge funèbre suivant: « Amos Yakar, Amos Ben Yehuda Aryeh de mémoire bénie, de là où vous résidez aujourd’hui, soyez un bon défenseur pour votre femme, Nili qui vous a accompagné avec beaucoup d’amour, pour vos filles Fania et Galia, votre fils Daniel et vos petits-enfants que vous avez tant aimés. Soyez également un bon défenseur pour la communauté juive de Rovno, dont la préservation était si importante pour vous et dont vous avez suivi le développement de près ».

alliancefr.com, source Ynet

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP