Une des librairies les plus anciennes et les plus emblématiques de Jérusalem était Stein’s of Jerusalem. Situé sur la rue King George, entre Heichal Shlomo et la Grande Synagogue, il possédait une merveilleuse collection de livres principalement utilisés, mais également de livres neufs, y compris une vaste gamme de volumes sur Judaica.

À la mort de son propriétaire, son fils, photojournaliste de renom, ne souhaitait plus être libraire et vendit les locaux à au Beth Habad de Rehavia, qui fête actuellement son 10e anniversaire.

Avant d’acquérir les locaux, le Beth Habad de Rehavia s’est installé au Moulin à vent au coin de la rue, qui s’est rapidement révélé trop petit pour le nombre croissant d’hommes, de femmes et d’enfants qui s’y étaient rassemblés pour assister au service du Chabbat et qui venaient pour d’autres événements au cours de la semaine. .

Heureusement, lors de sa première année en Israël, le très sympathique Rav Israel Goldberg, né au Canada et codirecteur avec son épouse Shoshi, née à Bnei Brak, du Centre Habad à Rehavia ainsi qu’à Nahlaot, était conscient du fait sont des endroits dans le monde où Habad est considéré comme une compétition et est traité avec hostilité.

Il ne voulait pas que cela lui arrive. C’est pourquoi, au cours de sa première année en Israël, il est passé d’une congrégation à l’autre dans Rehavia et ses environs pour s’intégrer à la communauté et assurer à chaque Rav et chef de communauté qu’il n’y aurait rivalité de sa part. Il voulait juste que Habad fasse partie d’une communauté unie.

Parce qu’il est une personne naturellement positive, il n’a eu aucune peine à être largement accepté et a même été en mesure de faire appel à la coopération de dirigeants spirituels et laïcs d’autres congrégations.

Même avant de venir à Jérusalem, il a créé un site Web en hébreu / anglais, JerusalemHabad.com, pour informer les gens que Habad était en route.

Alors qu’il ne faisait pas concurrence aux congrégations de la synagogue de Rehavia, le Rav Goldberg était perçu comme un concurrent dans son propre cercle, à savoir les centres Habad situés dans les environs de Sha’arei Chessed, Talbiyeh, Abou Tor, Baka et Katamon.

Pendant ce temps, Goldberg menait ce qui semblait être une recherche infructueuse de locaux appropriés à Rehavia. Presque tout ce qu’il regardait n’était au bon endroit, et si c’était le cas, ce n’était pas abordable. Enfin, quand il était à bout de ressources, l’espace dans le moulin à vent devint disponible et Goldberg signa joyeusement sur la ligne pointillée d’un contrat de location. L’inauguration a été suivie par le grand Rav Yona Metzger, qui a déclaré qu’un centre Habad à Rehavia comblait un vide.

Avant de venir en Israël, Goldberg a travaillé comme assistant-réalisateur à Habad, dans le comté de Rockland, près de Monsey à New York, où il a été directeur de programme pendant quatre ans. Il a également passé deux ans en tant que réalisateur assistant dans une autre communauté Habad ailleurs à New York. Ces deux postes étaient le meilleur atout pour être directeur, dit-il.

En effet, Goldberg conçoit toujours de nouveaux programmes pour attirer plus de gens.

Alors combien de membres a-t-il?

«Nous n’avons pas de membres», explique-t-il, car certaines personnes ne viennent que pour des services, mais pas pour des conférences ou des cours. D’autres viennent assister à des conférences ou à des cours, mais pas aux services. Il y a ceux qui peuvent venir à ni l’un ni l’autre, mais qui viendront kiddouch chaque chabbat. D’autres encore viennent rarement à quoi que ce soit, mais souhaitent rester informés des activités de Habad de Rehavia et de Nahlaot.

En tout, il y a 6 000 noms sur la liste de diffusion de Goldberg, et les chiffres ne cessent de croître.

Lorsque le centre Habad du moulin à vent ne pouvait plus accueillir le nombre de fidèles venus assister aux offices du Chabbat, Goldberg demanda à Zalli Jaffe et à Asher Schapiro, respectivement président par intérim et président de la Grande Synagogue, de demander s’il pouvait diriger ses services de Chabbat. la grande synagogue. La réponse a été affirmative et le sous-sol, qui sert de centre d’étude pendant la semaine, a été attribué à Habad pour les services du Chabbat, qui réunissent en moyenne environ 125 personnes, mais pendant les Fêtes, ce nombre a augmenté à 200 personnes.

C’est peut-être à cause de l’annonce annuelle du site Web et des dépliants qui ont été distribués: «Nous vous avons fait gagner un siège gratuit à Habad of Rehavia.» Contrairement à la plupart des congrégations, Habad of Rehavia ne facture pas les sièges à la synagogue.
Encore plus de gens viennent au seder annuel organisé par Habad de Rehavia à Heichal Shlomo. La fréquentation moyenne est d’environ 300 personnes.
De plus en plus de personnes assistent aux lectures d’Azza Zaza Megilla à Pourim.

Réalisant que le nombreuses personnes souhaitant entendre la Méguila auraient échappé à la synagogue, Goldberg a sollicité la coopération des cafés et des restaurants de Rehavia et de Nachlaot afin qu’ils organisent des lectures de la méguilla à des heures sidérantes, attirant ainsi des centaines de personnes.

Il a également réussi à obtenir que l’Agence juive et la synagogue Yeshurun ​​lui donnent accès à leurs locaux pour des événements spéciaux.

Lorsque le magasin de King George Street a été mis en vente, il a fallu six mois à Goldberg pour réunir le million de dollars nécessaire à l’achat. Cela s’ajoutait aux 1,2 million de NIS qu’il avait dû réunir pour faire face aux dépenses de fonctionnement du centre.

Une des choses que le Rabbi voulait quand il envoyait ses émissaires dans le monde était qu’ils devraient être financièrement autonomes.

«Les gens pensent que Habad dispose d’un important fonds monétaire qui nous permet de payer nos salaires et nos dépenses», déclare Goldberg. «Mais ce n’est pas vrai. Il peut donner un peu d’aide financière au Chlou’him (comme sont appelés les émissaires) dans les zones éloignées où la communauté juive peut être très faible et pas du tout riches, mais sinon nous avons tous à lever des fonds nous – mêmes. »

Dans le cadre de la célébration de son 10e anniversaire, il a organisé cette semaine à Sukkot une fête pour les enfants atteints de cancer, leur fournissant du théâtre, de la musique et des jeux.

La célébration principale a eu lieu mardi 5 novembre à la Yeshurun ​​Synagogue Hall, avec le fameux conférencier, le Rav Yossef Itshak Jacobson, venu spécialement des États-Unis pour l’occasion.

L’emplacement actuel, dit-il, est le meilleur qu’il puisse rêver: «C’est comme à Times Square à Jérusalem». Au cours de notre entretien dans la réception de son magasin, près d’une douzaine de personnes sont venues juste pour dire bonjour ou pour faire un don. .

Goldberg a un sourire joyeux et un mot chaleureux pour tous.

« Le Rabbi nous a dit d’embrasser tous les Juifs, même ceux qui ne sont peut-être pas des observateurs de la Torah », dit-il.

Communauté est le mot clé chez Goldberg. Il veut donner à chacun un sentiment d’appartenance, qu’il s’identifie ou non à Habad. «Lorsqu’ils passent devant notre centre, ils savent qu’ils ont une adresse», dit-il.

Mais il ne s’agit pas seulement d’attirer les gens. Habad est connue pour ses programmes de sensibilisation, et Goldberg a également noué des contacts avec les FDI et a dansé avec des soldats.

Autorisé par le grand Ravat à organiser des cérémonies de mariage, il est ravi de l’avoir déjà fait pour près de 20 couples. Compte tenu du nombre de grands Rav à Jérusalem, dit-il, le plus grand compliment qu’un couple puisse lui rendre est de lui demander de célébrer leur mariage.

Même s’il aime son emplacement actuel, il s’avère trop petit.

Le grand rêve de son épouse et de lui-même est de disposer d’un centre Habad complet comprenant des installations éducatives pour adultes et enfants, ainsi que d’une synagogue, d’une immense salle à manger et d’un mikveh ultramoderne (bain rituel). avec un spa et tous les autres équipements modernes.

Shoshi Goldberg dirige déjà un jardin d’enfants et un club de femmes. C’est assez étonnant, dit son mari, combien de femmes, y compris celles qui ne pratiquent pas la religion, appellent d’Israël et de l’étranger pour lui poser des questions sur le mikveh.

Il sera assez difficile de trouver un autre emplacement approprié, car ce doit être dans une rue principale où tout le monde a l’impression de pouvoir entrer et de savoir qu’il sera accueilli. Il n’ya pas beaucoup de sites de ce type à Rehavia, et les rares qui existent coûtent la rançon d’un roi.

Mais tout comme il a connu des miracles d’une source plus élevée dans le passé, Goldberg est confiant dans le fait que d’autres seront à venir.

Parallèlement à l’expansion de sa communauté, sa famille s’est également agrandie.

Quand les Goldberg sont arrivés à Jérusalem, ils avaient cinq enfants. Maintenant ils en ont huit. «Nous avons maintenant trois sabras», dit le Rav avec un sourire.

 

Joyeux 10e anniversaire, Chabad de Rehavia

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG