WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

Pour la première fois dans l'histoire, Washington a déclaré une armée d'un gouvernement d'un autre pays comme groupe terroriste. Cette mesure pourrait signifier de nouvelles sanctions contre la République islamique; Téhéran, furieux, répond en nature aux forces américaines au Moyen-Orient

Donald Trump a annoncé lundi que les Etats-Unis désignaient le Garde révolutionnaire iranien comme une "organisation terroriste étrangère", dans le but d'accroître la pression sur le pays qui pourrait avoir d'importantes implications diplomatiques au Moyen-Orient.
C'est la première fois que les États-Unis désignent une partie d'un autre gouvernement comme une organisation terroriste.

 

 

La désignation impose des sanctions qui incluent le gel des avoirs que le Corps des gardiens de la révolution islamique peut avoir dans les juridictions américaines et l'interdiction faite aux Américains de faire affaire avec lui.

"Cette étape sans précédent, dirigée par le Département d'Etat, reconnaît la réalité du fait que l'Iran n'est pas seulement un Etat qui sponsorise le terrorisme, mais que le CGR participe, finance et promeut le terrorisme en tant qu'instrument du contrôle de l'Etat", a déclaré Trump dans un communiqué. déclaration.En réponse à la décision de Washington, le Conseil de sécurité suprême iranien a désigné les forces militaires américaines «une organisation terroriste».

Le CGRI est une organisation paramilitaire créée à la suite de la révolution islamique iranienne de 1979 pour défendre son gouvernement supervisé clériquement.

La force ne relève que du chef suprême de l'Iran, agit indépendamment des forces armées régulières et a de vastes intérêts économiques dans tout le pays.La désignation permet aux États-Unis de refuser l'entrée aux personnes qui auraient fourni un soutien matériel à la Garde ou de les poursuivre en justice pour violation des sanctions. Cela pourrait inclure des entreprises et des hommes d’affaires européens et asiatiques qui traitent avec les nombreuses filiales de la Garde.

Cela compliquera également la diplomatie. Sans exclusions ni dérogations à cette désignation, les soldats et les diplomates américains pourraient être interdits de tout contact avec les autorités irakiennes ou libanaises qui interagissent avec des responsables de la Garde ou des substituts.

Le Pentagone et les services de renseignement américains ont exprimé des inquiétudes quant à l'impact de la désignation si le déménagement ne permettait pas le contact avec des responsables étrangers susceptibles d'avoir rencontré ou communiqué avec le personnel de la Garde. Ces préoccupations ont en partie dissuadé les administrations précédentes de prendre la mesure envisagée depuis plus de dix ans.Le département désigne actuellement 60 groupes, tels qu'Al-Qaida et l'État islamique et leurs divers affiliés, le Hezbollah et de nombreuses factions militantes palestiniennes, en tant qu'"organisations terroristes étrangères". Mais aucun d'entre eux n'est une armée dirigée par un État.

 

Les soldats de la Garde révolutionnaire iranienne (Photo: AFP)

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP