WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

Alto de Pinheiros est un quartier chic situé dans la partie ouest de la municipalité de São Paulo appartenant au district de Alto de Pinheiros auquel donne son nom.

 

C’est un quartier connu pour ses écoles de haut niveau et son immobilier coûteux, mais pas tant pour son judaïsme. Cependant, maintenant que le premier Beth Habad permanent d’Alto de Pinheiro a ouvert ses portes, il est possible que cela change.

Cette banlieue chic de S. Paulo abrite un millier de familles juives. Depuis 2005, le Rav Eliyahu Rosenfeld organise des offices, dirige une école hébraïque avec son épouse Rivky et donnent des cours dans une petite maison louée ici. Les gens étaient intéressés. Mais leur succès est rapidement devenu leur plus grand obstacle : il n’y avait tout simplement pas assez de place pour recevoir tout le monde.

Pendant les fêtes juives, plus de cinq cents personnes se rassemblent dans un endroit ne pouvant en contenir que deux cents. La salle de la synagogue ne pouvait pas accueillir les services et les repas. Les listes d’attente pour l’admission à l’école hébraïque et la programmation pour enfants augmentaient, il n’y avait pas assez de place pour que ces programmes se développent. L’emplacement temporaire s’est heurté aux exigences de zonage, ayant du être confronté à des problèmes juridiques et de lourdes amendes.

Clairement, il était temps de poser des fondements solides. Un comité a commencé à chercher un nouveau local et, en 2014, un complexe commercial en développement a pu être acquis.

Quatre ans plus tard, la structure de cinq étages et 1000m2 est maintenant ouverte aux entreprises. Un arbre grimpant orne l’arche située à l’avant de la synagogue. Le long du mur de pierre de la cour, un autre arbre monte vers le ciel. En dehors du bâtiment se trouve un magnifique atrium où les gens se rassemblent pour discuter, étudier et travailler ensemble. Pendant ce temps, le bâtiment est plein à craquer tous les vendredis soirs. Et les enfants sont partout, apprennent et jouent. La communauté est vivante et en pleine croissance à tous les égards.

«Tout a pris de l’ampleur depuis l’ouverture de notre nouveau bâtiment», déclare le Rav Rosenfeld.


Rivky Rosenfeld et ses partisans devant l’arbre de vie

«C’est une congrégation de spiritualité, de parures confortables et d’architecture moderne», déclare Gorski, un responsable du projet. «Je crois que les gens recherchent des endroits où ils peuvent avoir une expérience complète. Il est essentiel pour le spirituel et le matériel d’aller ensemble. »

L’epouse du Chalia’h, Rivky, fait partie de la deuxième génération des Habad de S. Paulo. Elle a déclaré que de nombreuses femmes visitent le bâtiment, même si elles ne se connectent pas par la prière ou ne croient pas qu’elles s’intégreraient dans un centre orthodoxe. «Nous proposons un cours hebdomadaire intensif d’étude de la Torah, une session de fabrication de Hallot pour une œuvre de charité deux fois par mois et des cours de cuisine professionnels. Il y en a pour tous les goûts, qu’ils soient spirituels, sociaux ou intellectuels. « 

Les Rosenfeld ont beaucoup insisté sur la participation des jeunes de la région dont les parents sont venus s’installer ici pour tirer parti des nombreuses écoles privées très performantes de la région. Une quinzaine d’adolescents rencontrent le rabbin pour un déjeuner-causerie hebdomadaire où tous les sujets sont abordés. Au cours des services du vendredi soir, un programme simultané pour enfants accueil trente enfants. Et Beit Yeladim du centre est devenu le programme parascolaire après l’école dans le quartier. (C’est l’un des nombreux programmes parascolaires de Habad. Les enfants viennent tout droit de l’école publique pour traîner sur le toit-terrasse et prendre leur dose hebdomadaire de judaïsme. Ils viennent tôt et restent tard pendant que leurs parents discutent autour d’un café au premier étage.

David Wulkan, 8 ans, a récemment reçu une médaille pour avoir terminer son premier livre d’Aleph-Bet à Beit Yeladim. Sa mère, Patricia, une femme d’affaires qui élève deux enfants, déclare: « Je trouve formidable que mes enfants reçoivent une éducation juive aussi solide. Ils devraient avoir suffisamment de connaissance pour pouvoir ouvrir prier à la synagogue quand ils seront plus âgés. « 

Un lundi, Mme Wulkan a dû dire à ses enfants qu’en raison d’une panne de voiture, ils ne se rendraient pas à l’école hébraïque ce jour-là. «Mes enfants étaient vraiment énervés», dit-elle. « Ils aiment vraiment y aller. » Le cours, qui a commencé avec cinq enfants, en a quarante cette année. «Et aucun enfant n’a quitté l’année dernière», note fièrement Patricia. « Cela vous dit quelque chose. »

Dani Ajbeszyc amène ses trois enfants chaque semaine. Ce directeur financier d’une société immobilière mondiale, âgé de quarante-cinq ans a contribué au lancement du nouveau projet de construction de Habad sur les plans financier et stratégique. «L’atmosphère ici est fantastique», dit-il. « Le nouveau bâtiment est beaucoup plus visible. Cela attire des familles juives de la région qui n’ont jamais su qu’un centre Habad était présent. La réalisation de ce rêve a été un long voyage, mais nous sommes très heureux d’y être arrivé.”

Quand il était enfant, la famille de Nelson Kagan a ouvert une synagogue dans la ville où ils habitaient. Mais le professeur d’université admet que, jeune adulte, «le judaïsme ne faisait pas partie de ma vie». Après une décennie de mariage au cours duquel Nelson et son épouse, Sarah , n’ont pu avoir d’enfants, elle l’a encouragé à s’impliquer davantage dans la communauté. Il commença à assister aux offices alors modeste et construisit bientôt une Soucca pour la communauté. Il s’est senti vraiment béni lorsque sa femme est tombée enceinte peu après. « Ma vie a changé après avoir rejoint Habad. »

C’était il y a dix ans. Chaque automne, la communauté se rassemble toujours dans sa Souccah faite maison.

Kagan a uni ses forces pour aider à ériger le nouveau Beth Habad. « Le Rav a collecté de l’argent et a impliqué toute la communauté dans le processus», dit-il.« Il a donné à chacun un travail, qu’il s’agisse de donner du temps, de l’argent ou de l’expertise. »

« Les jeunes amènent leurs familles pour leur montrer ce qu’ils ont construit», explique le rabbin. «Ils ont fait l’histoire et sont très fiers de ce que nous avons accompli. Et c’est inestimable.  » 


Classes préscolaires: un nouveau regard


Dévoilement d’une pancarte lors de la cérémonie d’ouverture


Le rabbin Rosenfeld prend la parole lors de la cérémonie d’inauguration


Les cérémonies de la Bat Mitzvah dans le magnifique nouvel espace sont réservées des mois à l’avance


Le nouveau sanctuaire peut accueillir des centaines de personnes

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP