WHATSAPP POUR ENVOI DE PHOTOS UNIQUEMENT : 00972 587 358 770 [email protected]

 

Devorah Leah a vécu dans la ville centrafricaine de Kinshasa, au Congo, pendant la plus grande partie de sa vie. Une vie bien différente, pourrait-on dire, des jeunes-filles hassidiques n’importe où ailleurs dans le monde. 

 

chabad.org

 

Elle avait trois mois en 1991 quand ses parents, le Rav Shlomo et Miriam Bentolila, ont déménagé dans ce qui s’appelait alors le Zaïre pour fonder Chabad-Loubavitch d’Afrique centrale.

“L’Afrique c’est tout pour moi”, dit Devorah Leah. “Les gens sont amicaux, la communauté juive est proche et sûre. Je me plais beaucoup ici.”

Elle se souvient de ce qu’on appelle parfois “la Seconde Guerre du Congo”, en 1998, quand, à 7 ans, elle et sa famille ont pris le dernier avion du pays en août. “Je ne me souviens pas avoir eu peur, mais on pouvait sentir la tension dans le pays. Les rues étaient vides. “

Sa famille est retournée au Congo, mais a connu d’autres périodes d’instabilité par la suite. Néanmoins, en tant que Juive, elle n’a jamais eu peur. “Les Congolais sont très sympathiques et gentils. Ils aiment les Juifs et nous ont toujours respectés. Nous nous sentons à l’aise en tant que Juifs dans ce pays.”

Maintenant, avec son mari d’origine parisienne, le Rav Yerah Bensaïd, la jeune mère de deux enfants s’apprête à ouvrir le plus récent avant-poste de Habad -Loubavitch sur le continent.

Cette année, les Bensaïd s’installeront à Abidjan et établiront le Beth Habad de Côte d’Ivoire. Ce centre communautaire sera le septième centre permanent sous l’égide du Chabad de l’Afrique centrale, rejoignant les pays voisins du Ghana et du Nigeria. Un centre a ouvert ses portes en Ouganda à la fin de 2017 et un autre en Tanzanie plus tôt cette année.

Ironiquement, avec un vol de trois heures et demie reliant Abidjan et Kinshasa (mais seulement trois fois par semaine), la nouvelle maison de Devorah Leah Bensaid ne sera pas si loin de son ancienne. Au-delà de l’avantage de savoir à quoi ressemble la vie en Afrique, Devorah Leah dit qu’elle s’inspirera des leçons qu’elle a apprises au Congo, où elle a vu ses parents bâtir une communauté juive vibrante et aimante.

“L’exemple que je regarde est ma mère. Elle a créé une belle école juive, où les enfants ont appris à lire et à écrire en hébreu et à célébrer le Chabbat et toutes les fêtes juives dans une atmosphère chaleureuse”, dit-elle. “J’espère que mes enfants et tous les enfants de la communauté juive de Côte d’Ivoire acquerront le même sentiment de fierté et d’enthousiasme juifs.”

Son mari, le Rav Yerah Bensaid, qui a visité et rencontré pour la première fois des membres de la communauté juive en Côte d’Ivoire il y a plusieurs mois, affirme que l’ancienne colonie française (également connue sous le nom de Côte d’Ivoire) est un lieu de plus en plus important. La communauté juive compte entre 200 et 300 personnes. Un mélange d’Israéliens, d’Américains et d’Européens – en particulier des Juifs français – qui sont impliqués dans une multitude d’entreprises, du développement des infrastructures au pétrole et au gaz, en passant par les produits de base.

“Nous cherchons un endroit approprié pour ouvrir la première synagogue d’Abidjan, qui servira également de base aux activités de Habad”, dit-il. “Avant tout, notre priorité sera de construire un Mikvé”.

Le Rav Shlomo  Bentolila, était un jeune étudiant rabbinique lors de sa première visite en Côte d’Ivoire en 1988. Lui et un autre étudiant de la Yechiva ont passé une semaine à Abidjan dans le cadre du programme de visites rabbiniques Merkos Shlichus , également connu sous le nom de Roving Rabbis, visitant six pays, ouvrant la voie à la création d’un centre permanent.

À l’époque, la communauté juive de Côte d’Ivoire était plus importante. Un grand rassemblement avait marqué la conclusion de l’étude du Rambam en présence de 125 personnes. Trois ans plus tard, alors marié, le Rav Shlomo  Bentolila s’installe à Kinshasa et entretient des relations solides avec la communauté juive ivoirienne depuis lors et les aide régulièrement.

Alimenté par le développement rapide des infrastructures, une importante communauté juive a prospéré à Abidjan à partir des années 60 et, en 1973, il y avait même une école juive de 300 enfants. Igual Cohen est né à Abidjan en 1973 et se souvient de ces jours, mais, dit-il, ” la plupart des gens sont partis au début des années 1990 lorsque le pays est devenu de moins en moins stable”. Après avoir grandi en Côte d’Ivoire, où il a fréquenté l’école juive, Cohen a vécu en France pendant un certain temps, avant de retourner à Abidjan en 1994. La vie juive, dit-il, a grandement bénéficié de l’attention particulière de Chabad of Central Afrique.

“Je connais le Rav Bentolila depuis de nombreuses années. Il nous visitait souvent et il envoyait des étudiants des Yechivot du monde entier pour toutes les fêtes juives”, dit-il. “C’est toujours une expérience très émouvante, et cela nous apporte beaucoup de satifaction.”

Jusqu’à présent, la Côte d’Ivoire était l’un des 11 pays africains sans centre Habad. Un autre est la République du Congo (par opposition à la République démocratique du Congo, où vivent les Bentolila), où Ephraim Meslet est entré en contact avec Habad sur le continent. Originaire de France, Meslet et sa famille ont immigré en Israël il y a 15 ans, mais ses affaires l’ont conduit en Afrique depuis 2011. Avant de venir en Côte d’Ivoire, il passait deux semaines chaque mois à Brazzaville, la capitale de la République du Congo.

“C’est une aventure folle de traverser la rivière”, dit-il. “La communauté juive essayait d’organiser des activités régulières, mais elle recevait toujours une aide de des jeunes arrivant avec des Matsot pour la Pâque ou des Menorah et les beignets pour Hanoucca . J’ai vu leur capacité à trouver des Juifs perdus dans la jungle. C’était incroyable.”

Maintenant, en Côte d’Ivoire, Meslet dit qu’une présence permanente de Chabad permettra à la communauté juive d’Abidjan de franchir le prochain niveau. “Je pense que c’est très nécessaire”, dit-il de l’arrivée imminente du Rav Bensaid. “Ils ouvriront un lieu de rassemblement, une bonne maison juive. Et je pense que de plus en plus de gens viendront . “

Amnon Razin est l’un des piliers de la communauté juive ivoirienne. Comme les autres, il se souvient lui aussi de l’impact qu’a eu Habad sur une autre petite communauté qu’il avait autrefois organisé chez lui. Dans les années 1970, après la capture du Sinaï d’Egypte en 1967, il était secrétaire de la petite ville de Neviot, aujourd’hui Nuweiba, dans la péninsule du Sinaï. L’un des problèmes rencontrés par la communauté était le manque d’éducation juive traditionnelle pour leurs enfants,  jusqu’à ce que des volontaires du Beth Habad d’Eilat, à 80 kilomètres au nord, commencent à visiter la ville et à enseigner à leurs enfants.

“Ils accomplissaient une tâche importante là-bas, que nous avons tous beaucoup apprécié”, dit Razin. “Je pense que la même chose va se produire ici. La communauté n’est pas très grande, mais quand quelqu’un est loin de son pays, loin de sa culture, il a soif de la Torah, de la tradition. Donc, Habad va combler ce manque vraiment. “

Amnon Razin, qui est d’abord venu en Côte d’Ivoire pour transformer le système de permis de conduire du pays en un système biométrique de format carte de crédit, a depuis évolué vers d’autres projets. Il note également le nombre croissant d’opportunités en Côte d’Ivoire. Il dit que de plus en plus d’Israéliens sont attirés par l’Afrique en général à cause des nouvelle opportunités de marchés.

Il y a aussi un sentiment que la récente stabilité en Côte d’Ivoire va se maintenir, et de nombreuses entreprises françaises ont commencé à revenir et à réinvestir dans le pays. Les progrès seront finalement mis à l’épreuve lors des prochaines élections, prévues pour 2020. «J’ai un bon sentiment de ce qui se passera», dit Cohen.

“Cela semblait être le bon moment pour envoyer des nouveau émissaires en Côte d’Ivoire”, dit le Rav Bentolila, qui attribue également le récent afflux de nouveaux émissaires en Afrique centrale au Rav Moshe Kotlarsky, vice-président de Merkos L’Inyonei Chinuch, le bras éducatif de Chabad-Loubavitch. “C’est un petit Paris, un beau pays, et nous croyons que son avenir est brillant.”

 

 

Commentaires

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP