Orphelin de force dès son plus jeune âge et dévoué au renforcement de la vie juive en Union soviétique, le Rav Hillel Pevzner était connu pour son dévouement à dispenser une éducation juive aux enfants parisiens. Le complexe éducatif Sinai qu’il a ouvert en 1992 sert aujourd’hui des milliers d’étudiants.

 

chabad.org

Le Rav Hillel Pevzner est né en 1922, Ses parents, le Rav Avraham Baruch et la Rabbanit Alte Pevzner vivaient à Minsk, en Biélorussie, où le couple avait été envoyé par le sixième Rabbi de Loubavitch , Rabbi Yossef Yitshak Schneersohn, afin d’y renforcer la vie juive. Le sixième Rabbi a écrit qu’il avait choisi le Rav Avraham Baruch Pevzner parce qu’il avait besoin d’un émissaire qui s’occuperait des affaires de la communauté locale de Loubavitch sans se soucier de son intérêt personnel. Le Rav Avraham Baruch Pevzner a rempli cette mission en organisant des cours de Torah dans chacune des plus de 100 synagogues de Minsk. Il a également servi de guide spirituel pour les Hassidim de l’endroit.

Mais en 1930, les autorités soviétiques ont réprimé l’observance des Juifs dans la ville après qu’un rabbin américain ait déclaré aux journalistes américains qu’il avait été témoin de la brutalité des autorités locales envers Minsk. Le Rav Avraham Baruch Pevzner était l’un des 30 rabbins arrêtés dans le cadre de la purge, accusé de propagande anti-soviétique et travaillant pour des agents américains.

Le Rav Avraham Baruch Pevzner a été emprisonné pour une courte période, qu’il a pris comme un avertissement pour cesser son activisme au nom de la communauté juive. Fidèle au Rabbi précédent, il a refusé d’arrêter ses activités. Lorsque la nouvelle de sa nouvelle arrestation a été annoncée, il a fui Minsk.

Forcés par les autorités à quitter Minsk, la famille a finalement retrouvé leLe Rav Avraham Baruch Pevzner et s’est installée à Kharkov, où le Rav Avraham Baruch Pevzner était de nouveau actif dans le renforcement du judaïsme. En 1939, la police a arrêté le Rav et trois autres dirigeants de Loubavitch. C’était la dernière fois que Hillel Pevzner voyait son père.

Après l’arrestation du Rav Avraham Baruch Pevzner, la famille s’est rendue dans une banlieue de Moscou, où Alte Pevzner a estimé qu’il serait plus facile de dispenser une éducation juive à ses enfants.

Beaucoup de temps passa avant que la famille apprenne le sort de leur père: il était emprisonné et faillit mourir pendant la fête de Pessa’h, car il refusait de manger des aliments interdits. Ses compagnons de cellule ont rationné leur propre sucre pour le donner au Rav. Les prisonniers non-juifs, quant à eux, attendaient la nuit pour informer l’homme faible que la fête de huit jours était terminée, afin qu’ils puissent lui donner leur pain.

Il a ensuite été transféré au Kazakhstan, où les gardiens ont confisqué toutes ses affaires, y compris son Talit et ses Téfilines. Le Rav Avraham Baruch Pevzner  a protesté en se privant de nourriture jusqu’à ce qu’ils lui rendent les objets sacrés quelques jours plus tard. Quand il a finalement pu enfiler encore une fois les Téfilines, il a été submergé par l’émotion et s’est évanoui. Peu de temps après, il est tombé malade et est décédé à l’hôpital.

La promesse de son épouse, Alte Pevzner, au chevet de son mari mourant était de continuer à dispenser une éducation juive à leurs enfants. Refusant d’autoriser son fils à subvenir aux besoins de sa famille, elle a envoyé le jeune Hillel Pevzner au système scolaire de Loubavitch, qui maintenait des institutions dans toute l’Europe de l’Est. Le jeune Hillel Pevzner a appris dans les écoles de Zhitomir, en Ukraine, et de Baronovitch, en Biélorussie.

Un de ses professeurs aurait remercié sa mère d’avoir offert à son fils la possibilité de poursuivre ses études. Le professeur lui a dit que son génie le placerait un jour dans le royaume des grands érudits de la Torah.

«Nous apprenions dans le grenier de la synagogue à Zhitomer», a déclaré le Rav Hillel Pevzner au magazine du Centre rabbinique d’Europe des années plus tard. «Même ceux qui venaient prier quotidiennement n’avaient aucune idée qu’il y avait une école dans le bâtiment.»

Le Rav Hillel Pevzner a rejoint sa famille quand ils ont déménagé à Samarkand, en Ouzbékistan, une ville connue pour la relative facilité accordée aux Juifs dans leur pratique religieuse. Pourtant, le gouvernement est venu appeler le jeune homme pour qu’il le fasse entrer dans l’armée. Le Rav Hillel Pevzner, cependant, s’était endormi dans la cour quand les fonctionnaires sont venus le chercher. Ne trouvant que ses chaussures, ils ne prenaient pas la peine de regarder plus loin et repartir.

Dans les années 1940, après la fin de la seconde guerre mondiale, le Rav Hillel Pevzner se rend à Paris pour poursuivre ses études. Après son mariage avec Echka Eidelman, il a commencé à donner des conférences aux étudiants plus âgés de la Yeshiva Tomchei Tmimim Lubavitch, dans la banlieue parisienne de Brunoy. Il a rapidement acquis une reconnaissance pour sa connaissance approfondie du Talmud et de ses commentaires.

Alors que les Juifs de France diminuaient dans les années d’après-guerre, le Rabbi Menachem M. Schneerson appelait les familles Loubavitch à rester et à renforcer la vie juive. Le Rav Hillel et Echka Pevzner ont répondu à l’appel du Rabbi et se sont installés dans le réseau de Loubavitch en tant qu’éducateurs.

Au début des années 1950, le Rav Hillel Pevzner devint le grand rabbin de la communauté de Loubavitch à Paris, puis prit la direction de la synagogue de Loubavitch dans le 17ème arrondissement. Pendant de nombreuses années, le Rav Hillel Pevzner, qui vivait à Brunoy, se rendait chaque vendredi à Paris pour y passer le Chabbat .

Malgré la croissance constante du judaïsme parisien, l’ouverture en 1965 d’une école dans le célèbre quartier juif connu sous le nom de Pletzel par le Rav Hillel Pevzner fut un choc. Avec 20 étudiants, l’institution a été la première école juive à ouvrir ses portes dans la capitale française depuis la seconde guerre mondiale. Le Rav Hillel Pevzner a fait du porte à porte pour collecter des fonds pour l’école et recruter des enfants qui ne recevaient pas d’éducation juive.

Les premiers succès ne devaient pas être vus, mais le Rabbi a encouragé le Rav Hillel Pevzner à continuer son travail au nom de l’école. Le Rabbi a également conseillé au Rav Pevzner de formuler un programme qui mettait l’accent sur les études juives et les études générales.

Un an plus tard, après la victoire d’Israël dans la guerre des Six Jours, les gouvernements arabes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ont expulsé leurs populations juives ou réduit leurs libertés, des dizaines de milliers de Juifs ont inondé Paris et d’autres villes occidentales. L’école a fini par être un endroit idéal pour les nouveaux enfants immigrants et l’afflux d’étudiants a imposé la petite structure.

En 1975, avec un effectif de quelque 400 élèves, l’école s’est installée dans la communauté juive centrale. L’école a continué à connaître une croissance annuelle et, en 1980, le Rav Hillel Pevzner et son épouse ont quitté Brunoy pour Paris, afin de se consacrer pleinement à l’administration de l’institution. À la suggestion du Rabbi, le Rav Yossef Yitshak Pevzner s’est joint à son père pour diriger l’école.

En 1992, le Rav Hillel Pevzner a présidé à l’ouverture du complexe éducatif Sinai-Lubavitch, un bâtiment massif qui, à l’époque, desservait 1400 étudiants et comprenait un centre communautaire pour encourager la participation des parents à l’expérience éducative juive. Trois ans plus tard, le complexe a ajouté un bâtiment supplémentaire.

Au fil des ans, le budget de l’éducation de Pevzner a atteint plusieurs millions de dollars, mais la maison du Rav est restée un logement modeste; son mobilier simple n’a pas beaucoup changé depuis que l’école de jour comptait seulement 20 enfants. De chez lui, le Rav Hillel  Pevzner – membre fondateur du Centre rabbinique d’Europe et membre de son présidium – a répondu à des milliers de questions sur la loi juive émanant de personnes de tout le continent.

« Il n’y avait pas un moment dans la journée où il n’était pas disponible », a déclaré le Rav Levi Isak Kahn, directeur du centre d’études Heikhal Menachem à Paris. « Il répondrait aux appels à toute heure du jour et de la nuit. »

Connu comme une autorité hala’ique de premier plan dans toutes les questions de la vie juive, le Rav Hillel Pevzner possédait une expertise particulière dans la construction de bains rituels juifs, le mikve. En collaboration avec sa femme, il a personnellement construit au moins deux Mikve à Paris, y compris une installation étonnante près de la place de la République. Après la chute du communisme, il est retourné dans l’ex-Union soviétique pour superviser la construction de nombreux autres bains rituels. « Construire des Mikvah en plein air a été ma plus grande revanche envers les Soviétiques », a-t-il déclaré.

Le Rav Irmiya Kohen, membre éminent de la cour de justice juive de Paris et membre du Présidium du Centre Rabbnical de l’Europe, a qualifié le Rav Hillel Pevzner d ‘«homme de grande connaissance scientifique».

« Il n’y avait rien que vous puissiez lui demander dans la loi juive qu’il ne connaissait pas la réponse », a déclaré Kohen. « Isi vous lui apportiez un morceau de page d’un des commentaires sur le Talmud, il était en mesure de dire qui était l’auteur et de quel livre il était. »

«Beaucoup de gens l’appelleraient pour lui demander conseil», a rejoint Kahn. « Ils savaient qu’ils pouvaient recevoir son opinion honnête sur tous les sujets. »

le Rav Kohen, qui occupait auparavant un poste dans le rabbinat en Belgique, a fait savoir que, s’il y avait un désaccord entre deux juges rabbiniques à Anvers, le tribunal renverrait au Rav Hillel Pevzner pour obtenir un jugement.

«C’était un Juif imprégné des enseignements Hassidiques», a déclaré le Rav Kohen, malgré le maintien de relations avec tous les segments de la communauté juive et le gouvernement français, y compris avec l’ancien président Jacques Chirac. «Quand il s’agissait de la loi juive, il était catégorique sur le fait qu’il fallait en faire autant que possible».

Le Rav Hillel Pevzen a quitté ce monde à l’âge de 85 ans, le 4 Tichri 5769-2008

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG